Databac

RICHARD III

Roi d'Angleterre (1483/85). Fils cadet de Richard d'York, il acquit une puissance considérable lorsque son frère devint roi sous le nom d'Édouard IV (1461). À la mort de son frère (avr. 1483), il se proclama lui-même régent et protecteur de son neveu, le jeune Édouard V, qu'il séquestra à la Tour de Londres avec son frère, le petit duc d'York. Il fit alors déclarer leur naissance illégitime, fut désigné comme roi par le Parlement et couronné (juin 1483). Les « enfants d'Édouard » furent sans doute mis à mort sur son ordre. Lorsque Henri Tudor, héritier des Lancastre, débarqua en Angleterre (7 août 1485), Richard III, abandonné par son royaume, fut rapidement battu et tué à la bataille de Bosworth. Il fut le dernier roi de la maison d'York et de la dynastie angevine des Plantagenêts ; à sa mort, l'avènement d'Henri Tudor (Henri VII) termina la guerre des Deux-Roses.

Richard III (Fotheringhay Castle 1452-Bosworth 1485) ; roi d’Angleterre [1483-1485].

Le plus jeune fils de Richard, duc d’York, et de Cécile Neville est créé duc de Gloucester lors du couronnement de son frère Édouard IV. De 1469 à 1471, il prend part aux côtés d’Édouard à la lutte contre Warwick et contre les partisans d’Henri VI. Son frère le nomme connétable d’Angleterre. Son mariage en 1472 avec Anne, la fille cadette de Richard Neville, a pour conséquence des querelles de succession avec son second frère George, duc de Clarence, qui avait épousé la fille aînée du même Richard Neville. Cependant R. ne semble pas être responsable de la chute et de l’exécution de Georges (1478). En 1480, Édouard lui confère le titre de lieutenant général du Nord et lui demande peu avant sa mort (1483) de bien vouloir défendre les intérêts de son fils Édouard V. Avec l’appui d’Henry Stafford, duc de Buckingham, R., nommé Protecteur (régent) du royaume, brise le pouvoir des Woodville. Avec l’exécution du lord-trésorier Hastings, il s’empare entièrement du pouvoir et retarde le couronnement d’Édouard V. Le 25 juin 1483, il se fait lui-même proclamer roi par le Parlement et justifie son action par la thèse selon laquelle les fils d’Édouard IV seraient illégitimes. Son couronnement a lieu en juillet 1483. La même année, la rébellion de Buckingham s’effondre, le duc est exécuté, et avant même d’avoir pu débarquer en Angleterre, Henri (VII) Tudor retourne en Bretagne, d’où il avait fait valoir son droit au trône. Mais le fils unique de R. meurt en avril 1484, et, en août 1485, Henri débarque à Milford Haven et reçoit le renfort d’anciens partisans de R. Ce dernier, ultime roi de la maison d’York, tombe à la bataille de Bosworth. Son court règne se résume essentiellement à ses efforts pour consolider son pouvoir. La guerre avec l’Écosse se termine en 1484. Avec la France et la Bretagne, R. parvient à un compromis. La recherche récente consacrée au règne de R. s’efforce de corriger l’image de monstre sanguinaire forgée par l’historiographie au service des Tudor. La question clé n’a cependant pas encore pu être résolue : dans l’affaire de l’assassinat de ses neveux en l’an 1483, les arguments qui démontrent l’innocence de R. sont aussi nombreux que ceux qui prouvent sa complicité. Bibliographie : P.M. Kendall, Richard III, 1979.




RICHARD III (Fotheringhay, Northamptonshire, 1452-Bosworth, Leicestershire, 1485). Roi d'Angleterre (1483-1485). Fils de Richard d'York, il inspira un drame de Shakespeare, Richard III (1592-1593). Rendu très impopulaire pour avoir fait assassiner les enfants d'Édouard IV, ses neveux, il fut tué par Henri Tudor (le futur Henri VII).

Liens utiles