Databac

ORGANISATION POUR LA LIBÉRATION DE LA PALESTINE (OLP)

Décidée au sommet de la Ligue arabe du Caire en janv. 1964 et créée par un congrès des Arabes de Palestine, le 23 mai 1964, cette organisation avait pour objet de maintenir l'unité nationale palestinienne et de regrouper les mouvements de lutte armée. Après la défaite arabe de 1967, le mouvement Fatah devint la principale composante de l'OLP, tandis que Yasser Arafat (v.) était nommé à la tête de l'Organisation palestinienne en 1969. La personnalité et la politique d'Arafat furent à plusieurs reprises contestées par d'autres mouvements palestiniens plus radicaux tels que le FPLP de Georges Habache, le FDLP de Nayef Hawatmeh, le FIA pro-irakien ou la Saïka contrôlée par la Syrie. L'OLP, basée en Jordanie jusqu'en 1971, date à laquelle le roi Hussein liquida les combattants palestiniens (opération Septembre noir), se replia au Liban (v.) jusqu'en 1983, puis à Tunis en 1993. L'Organisation palestinienne multiplia les actes militaires et les actions terroristes (prises d'otages, détournements d'avions), avant de s'engager dans la voie de la négociation diplomatique avec Israël. En nov. 1988, l'OLP proclama l'établissement d'un État palestinien et reconnut implicitement le plan de partage de 1947. La légitimité de l'OLP fut renforcée dès 1987 par l'Intifada, révolte palestinienne que l'organisation n'avait cependant pas su anticiper. La centrale palestinienne commit une autre erreur d'appréciation en se rangeant du côté de Saddam Hussein, qui se posait alors en défenseur de la cause palestinienne, lors de la seconde guerre du Golfe (v.). En 1992, le retour des travaillistes au pouvoir en Israël permit de lever les interdits pesant sur les contacts officiels avec l'OLP et c'est directement avec Y. Arafat que Yitzhak Rabin et Shimon Pérès signèrent, en sept. 1993 à Washington, une déclaration de principe sur des arrangements intérimaires d'autonomie. La mise en œuvre de ce texte permit l'installation à Gaza d'une Autorité palestinienne, formée d'un conseil législatif dominé par l'OLP et d'une présidence exercée par Y. Arafat. Par ailleurs, en avr. 1996, le Parlement de l'OLP élimina de sa charte les articles niant l'existence d'Israël.

Liens utiles