Databac

Kant E. : 1724-1804.

Kant E. : 1724-1804.

Naquit en Prusse à Konigsberg et fut initié dans sa famille au piétisme. En 1740, il entra à l’Université où il suivit les cours de Schieltz et de Martin Knutzen, rationalistes et piétistes, qui confirmèrent son goût des sciences et des préoccupations morales. Il devint professeur et enseigna jusqu’en 1797. Œuvres principales : La Critique de la raison pure, 1781 ; Prolégomènes à toute métaphysique future, 1784 ; Fondements de la métaphysique des mœurs, 1785 ; Critique de la raison pratique, 1788 ; Critique du jugement, 1790.

Kant E. : 1724-1804.

Naquit en Prusse à Königsberg et fut initié dans sa famille au piétisme. En 1740, il entra à l'Université où il suivit les cours de Schieltz et de Martin Knutzen, rationalistes et piétistes, qui confirmèrent son goût des sciences et des préoccupations morales. Il devint professeur et enseigna jusqu'en 1797. Œuvres principales : La Critique de la raison pure, 1781 ; Prolégomènes à toute métaphysique future, 1784 ; Fondements de la métaphysique des mœurs, 1785 ; Critique de la raison pratique, 1788 ; Critique du jugement, 1790.

KANT (Emmanuel, ou, en allem., Immanuel), philosophe allemand, fondateur de la philosophie critique (Königsberg 1724 - id. 1804). Sa vie fut sans histoire, entièrement consacrée à l'étude, à l'enseignement et à la méditation. Il ne quitta jamais sa ville natale. Ses premiers écrits, plus lyriques que philosophiques, portaient sur la nature de la matière et la formation du monde. Ce n'est qu'à cinquante-sept ans qu'il développa sa philosophie proprement dite, dans la Critique de la raison pure (1781). Le génie de la méthode critique est d'avoir découvert que le but de la philosophie n'est point d'étendre nos connaissances du monde, mais d'approfondir notre connaissance de l'homme. C'est en analysant les possibilités profondes de l'esprit que nous saurons, en fait, de quoi l'esprit humain est capable : ce qu'il peut savoir, ce qu'il doit faire, ce qu'il peut espérer. La Critique analyse d'abord nos possibilités de connaître, dont Kant déduit très exactement les formes de la connaissance mathématique et les principes fondamentaux de la physique de Newton; il démontre, de plus, l'impossibilité d'une science métaphysique, en l'absence de tout objet réel capable de lui donner un contenu. La Critique de la raison pratique (1788) montre que la loi morale est la possibilité la plus profonde de notre être; c'est en ce sens que I'« impératif catégorique » est une réalisation absolue de notre liberté, de notre destination véritable. On pourra lire avec profit les Fondements de la métaphysique des mœurs (1785), qui constituent le précis de l'action morale à la fois le plus clair et le plus rigoureux qui puisse exister. Dans la Critique du jugement (1790), où se trouvent une philosophie de l'œuvre d'art et une théorie de la vie organique, Kant cherche à unifier sa philosophie théorique et sa philosophie pratique. C'est ce projet d'unification des différents aspects de l'homme (comme connaissance, action et sentiment) que reprendront les « postkantiens» (Fichte, Schelling et Hegel). Kant est en outre l'auteur de : Prolégomènes à toute métaphysique future qui aura le droit de se présenter comme science (1783), Premiers Principes métaphysiques de la science de la nature (1786), la Religion dans les limites de la simple raison (1794), Anthropologie (1798), et Logique (1800). G. Krüger a écrit que Kant était « le dernier des philosophes dogmatiques et le premier des philosophes modernes; le dernier à fonder sa philosophie sur une théologie et le premier à apercevoir le caractère absolu de la liberté humaine ». « J'ai limité le savoir, disait Kant, pour faire place à la foi. »

kantisme, doctrine de Kant et de ses disciples. — On distingue notamment : 1° les kantiens, disciples et commentateurs classiques comme Vaihinger, Chr. E. Schmid, Beck; parfois critiques comme Reinhold, Salomon Maimon, Schulze (fin du XVIIIe s.); 2° les postkantiens, qui veulent dépasser l'analyse de la connaissance vers une théorie de l'absolu : Fichte, Schelling, Hegel (fin du XVIIIe s.-début du XIXe s.),- 3° les néo-kantiens (XIXe s.), qui se cantonnent dans la théorie de la connaissance et la logique : O. Lieb-mann, les philosophes de l'école de Marburg (H. Cohen, P. Natorp, E. Cassirer) et de l'école de Bade (H. Rickert).

postkantien, continuateur de Kant. — La philosophie postkantienne, qu'on nomme encore l'« idéalisme allemand de la grande époque », s'est développée dans la période particulièrement féconde qui va de 1794 (publication du premier exposé de la Théorie de la science, de Fichte) à 1814 (élaboration de la Grande Logique, de Hegel) : elle a été inaugurée par Reinhold, qui, le premier, dans sa Nouvelle Théorie de la représentation (1789), a voulu dépasser Kant « de l'intérieur » et déduire les principes de la connaissance humaine à partir d'une proposition fondamentale, d'une unité absolue. Les principaux représentants de la philosophie postkantienne sont Fichte, Schelling et Hegel. — Partis de Kant, les postkantiens ont tour à tour approfondi sa théorie de la connaissance, d'abord dans une philosophie du sujet (Fichte), puis dans une philosophie de la nature (Schelling), enfin dans une philosophie de l'absolu (Hegel). — Il ne faut pas confondre l'idéalisme postkantien avec le néo-kantisme (école de Marbourg), qui lui fut postérieur et se définit, en réaction contre lui, comme un positivisme et un « retour à Kant ».

Liens utiles