Databac

BRAZZA Pierre Savorgnan, comte de

BRAZZA Pierre Savorgnan, comte de. Explorateur français, né à Castel Gandolfo, près de Rome, le 25 janvier 1852, mort à Dakar le 14 septembre 1905. Descendant d'une illustre famille italienne, il fut envoyé très jeune en France pour suivre, selon le voeu de ses parents, des études ecclésiastiques. Mais il devait bientôt les abandonner, pour satisfaire à son goût profond qui le poussait vers les voyages et l'aventure. S'étant inscrit à l'Ecole navale de Brest, il obtint, bien qu'étranger, d'entrer dans la marine de guerre. Ayant adopté, en 1873, la nationalité française, il s'embarque à Bordeaux, en compagnie de deux autres savants, pour l'Afrique (1875) et remonte, avec eux, le cours de l'Ogooué sur deux cents km. environ. Après un bref séjour en Europe, où il est revenu pour préparer une nouvelle expédition qu'il envisage cette fois plus longue et plus difficile, il repart en 1879 pour la même région : remontant à l'intérieur des terres, il fonde tout d'abord la colonie de Franceville, descend l'Alima, dont il est le premier à relever le cours, puis, ayant rejoint le Congo, là où il forme le lac Stanley-Pool, édifie une cité qui allait porter, par la suite, son nom : Brazzaville, et qui, aujourd'hui, avec ses 280 000 habitants, est la capitale de l'Afrique Équatoriale Française. Grâce à une politique intelligente et soucieuse des intérêts des indigènes, Brazza sut conquérir pour la France les quelque 2 300 000 km2 que représente l'A.E.F. sans qu'une goutte de sang ait été versée. Cela lui valut d'être nommé commissaire général de ces territoires. Malheureusement, il devait être rappelé en France à la suite d'attaques et d'accusations malveillantes. Cependant, quelques années plus tard, justice devait lui être rendue, puisqu'il fut envoyé de nouveau à Brazzaville avec la charge d'étudier de nouvelles formules d'administration en harmonie avec les conditions propres au pays. Bien que souffrant d'une maladie tropicale, il put mener à bien sa tâche; mais il devait mourir à Dakar lors du voyage de retour. Conformément au désir qu'il avait formulé de reposer en terre africaine, il fut enterré à Alger. Brazza a laissé de ses voyages une relation vivante et pittoresque, Explorations dans l'Ouest africain, essentielle pour la connaissance de son oeuvre de colonisateur pacifique.

Brazza, Pierre Savorgnan de (Rome 1852 -Dakar 1905) ; explorateur français.

Souvent cité comme l’exemple d’une politique de conquêtes coloniales pacifiques au temps de l’impérialisme colonial, B. donne son nom à la capitale du Congo, Brazzaville. D’origine italienne, il n’acquiert la citoyenneté française qu’à l’âge de vingt-deux ans. Officier de marine, il part en 1875, au nom du ministère français de la Marine, pour sa première exploration à partir du Gabon, où est basée la flotte française. Il pénètre au Congo où, à la même époque, Henry M. Stanley le traverse pour la première fois d’est en ouest. Lorsqu’on 1879, Stanley revient au Congo pour l’acquérir au nom du roi des Belges Léopold II (propriétaire de la Société internationale du Congo), B. s’y est installé et a conclu un traité de protection avec les États Makoko (royaume des Batékés). En 1883, il est nommé Commissaire général du Congo français. N’ayant pratiquement jamais recours aux armes, il ne reçoit que peu d’aide pour diriger cet immense territoire, d’où sort en 1910 la fédération coloniale de l’Afrique équatoriale française. B. s’oppose à ce que de vastes territoires soient accordés à des compagnies privées qui, cherchant seulement de rapides profits, provoquent le gaspillage des forces vives d’une population clairsemée. B. est rappelé en 1898 sous la pression des puissants groupes d’intérêts dont il menace la politique. Obtenant alors les concessions désirées, les compagnies finissent en raison de leur exploitation éhontée des hommes et des ressources par soulever l’indignation de l’opinion publique en Europe. B. est envoyé au Congo pour une enquête administrative, mais il meurt au cours du voyage, le 14 septembre 1905 à Dakar.

Liens utiles