Databac

arvales, frères

arvales, frères (fratres arvales). Le plus ancien des collèges de prêtres à Rome, il existait déjà au début de la République et fut rétabli par l’empereur Auguste. Il tire son nom des sacrifices publics qu’offraient ses prêtres pour la fertilité des champs (arvum, un champ labouré). En ce qui concerne leur origine mythique, voir acca la-rentia). De nombreux documents les concernant ont été conservés par les inscriptions. Le collège comprenait douze membres choisis à vie parmi les familles sénatoriales les plus distinguées; depuis les temps impériaux, l’empereur régnant en a, semble-t-il, fait partie. Leur cérémonie essentielle a lieu en mai, en l’honneur de la déesse agraire Dea Dia, dans un bosquet sur la Via Campania, à 8 km de Rome. Le fameux chant des frères arvales, le carmen arvale, a été préservé sur une inscription de 218 apr. J.-C. qui constitue le plus ancien spécimen connu de poésie latine ; sa version originale remonte au vie ou ve siècle av. J.-C. D’autres inscriptions qui ont survécu, mentionnant des vœux et des offrandes que les prêtres étaient tenus de faire, sont des témoignages importants sur l’écriture latine à Rome ainsi que pour la chronologie de l’Empire; en effet, de nombreux événements qui avaient lieu dans la maison impériale étaient célébrés par le collège des prêtres arvales.

Liens utiles