Databac

SPEER Albert

Architecte et homme politique allemand. Il adhéra au parti national-socialiste en 1931 et, en 1934, Hitler confia à cet architecte l'organisation des grands rassemblements de l'Allemagne nazie, à Nüremberg notamment, et la construction des monuments grandioses du Reich, dont nombre furent abandonnés dès le début de la guerre ou détruits par les bombardements (Chancellerie de Berlin, détruite en 1945). Intime de Hitler, il succéda à Todt comme ministre de l'Armement (1942). Il se détacha du Führer en 1944 et envisagea même de l'éliminer. Membre du gouvernement Dönitz en 1945, il fut arrêté par les Alliés et traduit devant le tribunal de Nuremberg, où il accepta toutes ses responsabilités. Condamné à vingt ans de réclusion, il fut libéré de la prison de Spandau en 1966.

Speer, Albert (Mannheim 1905-Londres 1981); architecte et homme politique allemand.

Au printemps 1942, l’architecte S. succède à Todt comme ministre de l’Armement et des munitions et inspecteur des routes, de l’eau et de l’énergie. Adhérant du parti nazi dès 1931, Hitler lui confie à partir de 1934 la réalisation du décor des représentations du parti. Il réussit, grâce à ses dons de technicien et d’organisateur, à élever rapidement à son maximum la production de guerre à laquelle il ne connaissait rien à l’origine. Lorsqu’à la fin de 1944, il comprend que l’Allemagne n’a plus aucun espoir de gagner la guerre, il essaie également d’en convaincre Hitler. Il s’oppose ouvertement aux destructions que celui-ci ordonne, qui impliquent l’anéantissement de toutes les installations industrielles et agricoles en se fondant sur l’idée que si l’on a perdu la guerre, il n’est pas nécessaire « de se soucier des éléments de base dont le peuple a besoin pour survivre dans des conditions primitives ». S. empêche systématiquement la mise en oeuvre de ces dispositions. En mai 1945, il fait partie du gouvernement Dönitz comme ministre de l’Economie. Le tribunal militaire international de Nuremberg le condamne à vingt ans de prison pour crimes de guerre. Ses Mémoires constituent une réflexion personnelle sur les rapports entre technocratie et dictature. Libéré de la prison de Spandau en 1966, il meurt à Londres en 1981.

SPEER, Albert (Mannheim, 1905-Lon-dres, 1981). Homme politique allemand. Architecte inscrit au Parti national-socialiste dès 1931, il fut ministre de l'Armement en 1942, puis ministre de l'Économie (mai 1945). Il fut condamné à 20 ans de prison par le tribunal de Nuremberg.

Liens utiles