Databac

résumé introduction L'Esthétique Hegel

Publié le 30/05/2022

Extrait du document

hegel

« HEGEL- Introduction à L’Esthétique I. Définition de l’esthétique et réfuctation de quelques objections contre la philosophie de l’art Domaine de l’esthétique : surtout le beau ds l’art, « philosophie de l’art et des beaux-arts », exclue le beau dans la nature « la beauté qui est l’œuvre de l’art est plus élevée que celle de la nature ; car elle est née de l’esprit » « le beau n’est véritablement beau que quand il participe de l’esprit et est créé par lui. » car l’esprit est l’être véritable donc le beau dans la nature n’est que le reflet de la beauté de l’esprit. Art est-il autre chose qu’un « délassement de l’esprit » ? ne nous détourne-t-il pas des véritables intérêts de la vie active ? est-il digne d’être traité scientifiquement ? -Pr défendre l’art on lui donne un but sérieux et moral en faisant de lui un médiateur entre raison et sensibilité -> n’est dans ce cas qu’un moyen, n’a pas son but en lui-mm. C’est « l’art esclave » qu’envisagerait la science. -l’art opère ds un but sérieux par l’illusion et l’apparence or c’est la vérité qui doit manifester la vérité. -art incapable par sa nature d’être soumis aux procédés rigoureux de la science car s’adresse à l’imagination et à la sensibilité mais non à la raison ; ce qui plait ds l’art : caractère de liberté loin des idées abstraites. Imagination plus riche que la nature, science ne peut embrasser cette « multitude infinie de rpz° si diverses. » -science ne s’occupe que du nécessaire, or si elle laisse de côté le beau ds la nature, elle abandonne le nécessaire. Monde l’esprit/imagination est règne de l’arbitraire et de l’irrégularité. -> Etudier l’art libre et indépendant, c’est seulement ainsi qu’il est véritablement art et « résout le pb de sa haute destination »= « exprimer les intérêts les plus profondes de la nature humaine et les vérités les plus compréhensives de l’esprit », ds les œuvres de l’art, les pples ont déposé leurs pensées les plus intimes. - Reproche d’indignité fait l’art comme produisant ses effets par l’apparence et l’illusion n’est pas fondé car l’apparence est nécessaire au fond qu’elle manifeste. Il faut chercher la véritable réalité, càd « la substance et l’essence de toutes les choses » au-delà de l’apparence perçue par les sens. Or cette existence absolue est l’objet des rpz° de l’art. ds le monde réel elle est confondue avec le chaos des intérêts particuliers. « l’art dégage la vérité des formes illusoires et mensongères de ce monde imparfait et grossier, pr la revêtir d’une forme plus élevée et pure, créée par l’esprit lui-mm. » -> « les formes de l’art renferment plus de réalité et de vérité que les existences phénoménales du monde réel. Le monde de l’art est plus vrai que celui de la nature et de l’histoire.». rpz° de l’art sont plus expressives que les événements ptcl de l’histoire, communiquent mieux avec l’esprit. Cependant l’art ne peut atteindre qu’un degré de vérité car il est obligé de revêtir ses conceptions d’une forme sensible. Pr nous (héritage du christianisme), on comprend plus profondément la vérité qd elle ne fait plus alliance avec le sensible. Donc « l’art avec sa haute destination est qqch de passé ; il a perdu pr nous sa vérité et sa vie ». science de l’art nécessaire pr approfondir sa nature. - opinion selon laquelle l’art peut être objet de réflexions philo mais non de science régulière. Philo et science sont inséparables : considèrent les choses dans leurs caractères essentiels et nécessaires. - ne pt être objet de science car création libre de l’imagination : « on ne peut nier que le beau en art n’apparaisse sous une forme précisément opposée à la pensée réfléchie » -> q° trop grave pr être traitée à fond. Mais argument : l’esprit peut s’objectiver lui-mm, or art est produit de l’esprit et donc d’une nature spirituelle -> « l’art est bien plus près de l’esprit que de la nature. ». l’esprit s’étudie lui-mm en étudiant les œuvres de l’art et satisfait un « besoin essentiel de sa nature » - fond de ses rpz° n’est pas livré aux fantaisies d’une imagination déréglée mais déterminé par ces idées qui intéressent notre intelligence. Les formes ne sont pas arbitraires car elle doivent exprimer une idée, doit convenir au fond. II. Méthode -> à la fois empirique et rationnelle III. L’idée du beau ds l’art Beau, objet de la science de l’esthétique, n’est pas donné par les sens. Est-il une pure création de notre esprit ? -> ici on cherhce à « examier les ppaux aspects sous lesquels le sens se repste ordinairement l’idée du beau ds l’art » I. L’art comme produit de l’activité humaine 1.Réfute : l’opinion que « l’art s’apprend par les règles » : c’set réduire l’art à sa parite ext, mécanique et technique, partie intérieure et vivante est le résultat de l’activité spontanée du génie (l’esprit tire de son fonds les idées et les formes) Réfute : l’idée d’inspiration : talent et génie doivent être développé par réflexion et exp, s-f nécessaire, être conscient de soi pr maitriser les matériaux de l’art. Echelle ds les arts/ poésie = là que le génie doit avoir été formé apr l’esp de la vie et par la réflexion 2. Réfute : l’opinion selon laquelle le fond de l’œuvre de l’art est sa matérialité, la vie n’est qu’en apparence et donc l’œuvre de l’art est inférieure à celle de la nature qui produit des objets animés.-> le caractère essentiel de l’œuvre de l’art est d’être une création de l’esprit. L’art saisit et fait ressortir ce qui est significatif ds un fait/circonstance (ce qui nous intéresse) donc sup aux productions de la nature « Nulle existence réelle n’exprime l’idéal comme le fai l’art. » + donne une perpétuité à ses créations (êtres de la nature sont périssables) 3. Réfute : arg selon lequel les euvres de la nature sont sup car œuvres de Dieu. Or Dieu tire plus de gloire de ce que fait l’esprit : il y a du divin ds l’homme et le divin se manifeste en lui sous une forme plus élevée que ds la nature. II. Principe et origine de l’art Art est une création de l’esprit : quel besoin a l’homme de produire des œuvres d’art ? Principe d’où l’art tire son origine : l’homme est un être qui a conscience de luimm. Conscience de soi qui s’acquiert de deux manières : théorique par la science, pratique par l’action=> par l’act pratique lsq un penchant le pousse à se manifester ds ce qui l’environne et à se reconnaitre ds ses œuvres (objets »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles