Databac

analyse linéaire remarque 74 livre VIII La bruyère

Publié le 24/06/2022

Extrait du document

« Introduction : La Bruyère commence à écrire ces caractères en 1670 au siècle de Louis XIV. Comme l’a fait Montaigne dans ses essais, La Bruyère ne cesse d’enrichir son œuvre ajoutant des remarques à celles des éditions précédentes. Il propose dans son œuvre un ensemble réfléchisseur sur la conduite à adopter en société. La remarque 74 du Livre VIII est présente dans la première édition. Dans ce livre qui traite de la cour, il évoque les mœurs de la cour. La cours nous y est indirectement critiquée comme un lieu des apparences et de la décadence. Indirectement car LB utilise un biais: celui du regard éloigné. Voyons donc comment le regard étranger permet de dénoncer l’étrangeté scandaleuse de ce petit monde qu’est la cour de Versaille. Analyse : Mouvement 1 : Présente une jeunesse : “L’on parle d’une région” -> Pronom indéfini + terme générique + article indéfini => 3 mots marquent un flou/ incertitude. L’énonciateur prend de la distance “les vieillards sont galants, polis et civils” -> 3 adjs mélioratifs + douce assonance en “i” “au contraire” -> opposition net “durs, féroces, sans mœurs ni politesse” -> adjs péjoratifs + allitération en “r” => 4 procédés qui montre que la nouvelle génération est dépourvu des qualités naturelles de la jeunesse => La cour est représentée comme une petite société en régression, avec un retour à l'État sauvage “ils se trouvent affranchis de la passion des femmes dans un âge où l’on commence ailleurs à la sentir” -> paradoxe : ils ne ressentent plus de sentiment amoureux: à l'âge où d'habitude on ressent les premiers émois, ils sont déjà blasés. “ils leur préfèrent des repas, des viandes, et des amours ridicules.” -> énumération “Celui-là chez eux est sobre et modéré, qui ne s’enivre que de vin” -> hyperbole + champs lexical de l'alcool + négation restrictive : jeunesse portée par l’excès “l’usage trop fréquent qu’ils en ont fait le leur a rendu insipide ; ils cherchent à réveiller leur goût déjà éteint par des eaux-de-vie, et par toutes les liqueurs les plus violentes ; il ne manque à leur débauche que de boire de l’eau-forte.” -> paradoxe : ce qui paraît excès est normal à la cour Bilan: LB présente une société déclinante, décadente à travers la description de cette jeunesse blasée et immorale Mouvement 2 : les femmes et les hommes “Les femmes du pays précipitent le déclin de leur beauté par des artifices qu’elles croient servir à les rendre belles” -> ”croient” : paradoxe : effet contraire à ce qu’elles espéraient + “des artifices” : périphrase pour désigner leur maquillage outrancier: rappelle qu’il n’est pas habitué à un tel spectacle “leur coutume est de peindre leurs lèvres, leurs joues, leurs sourcils et leurs épaules” -> énumération + accumulation souligne l'extension inattendue de ce maquillage : l’idée que leur corps disparaissent sous la peinture »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles