Databac

dictateur

dictateur. La dictature était à Rome une magistrature extraordinaire, reconnue par la Constitution peu de temps après la fin de la royauté en 509 av. J.-C. Elle devait permettre que l'autorité suprême fût confiée temporairement à un seul homme en période de crise grave (comparer avec collège 1). Le dictateur était désigné par un consul après approbation du Sénat. Il détenait l'autorité militaire et judiciaire suprême, qui n'était pas sujette à appel, et n'avait pas à rendre compte de ses actes. Également appelé magis-ter populi, «maître de l'infanterie», le dictateur nommait immédiatement son second, le magister equitum, «maître de la cavalerie ». Les autres magistrats restaient en place mais étaient subordonnés au dictateur, dont le mandat ne devait pas dépasser six mois. Cette limite de temps signifiait que la magistrature n'était pas de grande utilité hors d'Italie et elle perdit de son importance au IIIe siècle av. J.-C. Toutefois, Sylla fut nommé dictateur en 82 av. J.-C. «pour rétablir la République», c'est-à-dire pour une période indéterminée. De la même manière, César fut nommé dictateur une première fois en 49 av. J.-C. pour les élections de 48 et une deuxième fois en 48 pour un an peut-être ; il fut nommé une troisième fois en 46 pour dix ans, puis en 44 à vie. Il est évident que ces dictatures étaient différentes de la dictature ancienne. Après le meurtre de César, la dictature fut officiellement abolie et Auguste refusa de la rétablir.




DICTATEUR. Fonction politique créée dans la Rome antique . Elle était exercée par un magistrat extraordinaire dans les cas de péril grave pour la République, notamment en temps de guerre ou de révolution. Nommé par les consuls sur proposition du Sénat, le dictateur disposait pendant six mois au maximum de tous les pouvoirs, le maître de cavalerie pour subordonné, avec toutes les autres magistratures, lui devant obéissance. Fréquente aux Ve-ive siècles av. J.-C., devenue très rare au IIIe siècle av. J.-C. sauf pendant les guerres Puniques, la dictature fut abolie, au Ier siècle av. J.-C., après l'assassinat de Jules César. Voir Curule (Siège), Licteur.

Liens utiles