Databac

CLAUSEWITZ Karl von

CLAUSEWITZ Karl von. Officier et théoricien militaire allemand. Né le 1er juin 1780 à Burg, près de Magdebourg (Brandebourg), mort le 16 novembre 1831 à Breslau (Silésie). Fils d'un officier, il s'engagea dans l'armée prussienne en 1792 et prit part aux campagnes du Rhin (1793-1794). Devenu officier en 1795, il entra à l'Académie militaire de Berlin en 1801 et là, attira l'attention de Scharnhorst qui le fit nommer, en 1803, aide de camp du prince Auguste de Prusse, avec lequel Clausewitz fut fait prisonnier par les Français, après le combat de Prenzlau (1806). Rapidement libéré, il devint en 1809 chef de bureau au ministère de la Guerre, à Berlin, et principal collaborateur de Schamhorst. Il demeura le conseiller de celui-ci et de Gneisenau lorsqu'il fut nommé professeur à l'École de guerre prussienne (1810). Deux ans plus tard, après la rupture de l'alliance de Napoléon et du Tsar, Clausewitz prit du service dans l'armée russe où il devint successivement aide de camp de Phull, quartier-maître de Pahlen et chef d'état-major général du corps de Wallmoden. Après avoir été l'un des négociateurs russes de la convention de Taurwoggen, le 31 décembre 1812, il travailla à l'instruction de la Landwehr de Prusse-Orientale. En 1814, il rentrait dans l'armée prussienne, avec le grade de colonel, et, pendant la trêve militaire correspondant à ta première Restauration, il écrivit son Aperçu de la campagne de 1813 [1813, Leipzig, 1814]. Après 1815, Clausewitz devint chef d'état-major du 3e corps, à Coblence, sous le commandement du général Thielemann; il fut nommé général en 1818 et, à la même date, directeur de l'École de guerre, poste qu'il occupa jusqu'en 1830. Nommé ensuite inspecteur de l'artillerie à Breslau, il servit encore en Pologne en qualité de chef d'état-major de l'armée Gneisenau (1831). C'est entre 1816 et 1830 qu'il écrivit son célèbre traité De la guerre, resté inachevé, et très souvent réédité depuis sa première publication dans les oeuvres posthumes sur la guerre et le commandement militaire [10 vol., Berlin, 1832-1837]. La première traduction intégrale du traité De la guerre en français n'a eu lieu cependant qu'en 1954. A côté de cet ouvrage théorique, il convient de mentionner des travaux d'un intérêt plus directement historique, tels que les Nouvelles de la Prusse dans sa grande catastrophe de 1806 [1806] publiées pour la première fois en 1888 dans les Kriegsgeschichtlichen Einzelschriften des grossen Generalstabs; La Campagne de 1796 en Italie; La Campagne de 1815; La Campagne de 1812 en Russie et la guerre de libération de 1813-1815 [Berlin, 1906]; enfin des souvenirs sur La Vie et le caractère de Scharnhorst. Cent cinquante ans après, les théories militaires de Clausewitz — v. De la guerre — conservent leur prestigieuse autorité. C'est peut-être que, le premier à avoir envisagé la « guerre totale », Clausewitz a compris que l'art militaire n'est qu'une forme de la politique en général et que — bien qu'il accorde aussi une grande importance aux facteurs numériques — les forces morales constituent la chance et l'incertitude fondamentales de la guerre, particulièrement de la guerre moderne qui engage les nations tout entières.


Clausewitz, Karl von (Burg, près de Magdebourg, 1780-Breslau 1831); théoricien militaire prussien, réformateur de l’armée. Bien qu’il soit le plus grand penseur militaire de l’Allemagne, C. a exercé assez peu d’influence de son vivant. Originaire d’Allemagne moyenne, d’une famille de pasteurs et de fonctionnaires appartenant à la petite bourgeoisie, il prend part, en tant qu’officier prussien, à la guerre de la première coalition (1793-1794), fréquente l’Ecole de guerre de Berlin (1801-1803), devient adjudant du prince Auguste de Prusse ; après plusieurs mois de prison en France à la suite de la bataille d’Auerstädt, il se joint en 1808 au cercle des réformateurs qui se réunit autour de, Stein et Scharnhorst. Chargé de cours à l’École de guerre, il se voit confier l’éducation militaire du kronprinz Frédéric-Guillaume IV. Au début de l’année 1812, après l’alliance conclue entre la Prusse et la France, sa conscience le pousse, ainsi que d’autres réformateurs, à passer au service de l’armée russe. Il lui faut attendre 1815 pour que le roi, fâché de son départ, l’autorise à réintégrer l’armée prussienne. Il est nommé chef d’état-major au commandement général à Coblence et, à partir de 1818, directeur de l’École de guerre de Berlin. Peu après sa nomination comme chef d’état-major de Gneisenau à Poznan, il meurt subitement du choléra à Breslau. L’importance de sa réflexion n’apparaît qu’en 1832-1834, lorsque sa veuve publie pour la première fois son ouvrage De la guerre, synthèse de son expérience militaire et de ses préoccupations de philosophe et d’historien, qui fait de lui le créateur de la science militaire moderne. En montrant les caractéristiques constantes de la guerre, il définit celle-ci comme un « acte de violence visant à forcer l’adversaire à exécuter notre volonté » et présente la lutte armée comme un des moyens de la politique, que tout homme d’Etat responsable doit maîtriser et utiliser au même titre que d’autres moyens. Cette priorité du politique sur le militaire est restée jusqu’à nos jours au centre du débat («L’âme de la guerre loge au cabinet... Il est impossible de séparer la guerre de la politique, de la traiter comme un être indépendant, obéissant à ses propres lois »). L’oeuvre de C. a exercé une grande influence sur Lénine par exemple, mais a trouvé peu de résonance en Allemagne.

Bibliographie : P.-M. de La Gorce, Clausewitz (Présentation et choix de textes), 1964 ; R. Aron, Penser la guerre, Clausewitz, 1976, 2 vol.




CLAUSEWITZ, Karl von (Burg, Magdebourg, 1780-Breslau, 1831). Général et théoricien militaire prussien. Après avoir combattu les armées napoléoniennes dans les rangs de l'armée russe et s'être distingué à Waterloo, Clausewitz devint en 1818 directeur de l'École générale de guerre de Berlin. Son traité De la guerre, qu'il écrivit entre 1816 et 1830 et qui fut publié à titre posthume, influença fortement la pensée militaire du XXe siècle.

Liens utiles