Databac

BRITTEN Benjamin

BRITTEN Benjamin. Musicien anglais. Né le 22 novembre 1913 à Lovestoft, dans le Suffolk, mort à Alderburgh le 4 décembre 1976. Doué et précoce, il étudia très tôt la composition et le piano. A dix-neuf ans, encore au Collège, qu'il publia sa première oeuvre, une Sinfonietta. Son premier succès important fut la commande, pour le festival de Salzbourg de 1937, de Variations sur un thème de Frank Bridge. Ce n'est pourtant pas dans le domaine de la musique instrumentale qu'il faut chercher le génie particulier de Britten. A l'exception de la Sinfonia di Requiem (1940) dédiée à la mémoire de ses parents, on n'y trouvera que quelques pièces de circonstance et des exercices d'école. L'essentiel de son oeuvre a été composé pour la voix. Dans ce domaine, sa production est abondante et variée. Il nous a laissé plusieurs opéras; les deux plus célèbres sont Peter Grimes (1944) et Billy Budd (1951), tous deux des drames où la mer sert de toile de fond à la cruauté des hommes. Le couronnement de la reine Elisabeth II lui donna l'occasion d'écrire, en 1953, un grand opéra à décor historique, Gloriana. C'est encore dans la grande tradition de l'opéra qu'il faut placer son adaptation du Songe d'une nuit d'été de Shakespeare (1960). Mais, dès 1946, il avait fondé un petit groupe composé d'une douzaine de chanteurs et d'un orchestre de chambre, dans le but de restaurer la tradition de l'opéra de chambre qui avait été une des gloires de l'Angleterre baroque. C'est avec cet « English Opéra Group » qu'il réalisera le plus grand nombre de ces oeuvres à partir de cette date : Le Viol de Lucrèce [ 1946] d'après Shakespeare, Albert Herring, adaptation discutable du Rosier de madame Husson (1947), Le Tour d'écrou [1953] d'après Henry James qui est peut-être sort chef-d'oeuvre. Il faut ajouter à cette production trois « opéras d'église », tentative de renouveler la tradition des mystères médiévaux : La Rivière du courlis [ 1964], Les Adolescents dans la fournaise [The Burning fiery furnace, 1966] et Le Fils prodigue [The Prodigal Son, 1968]. Son oeuvre la plus populaire dans le domaine de la musique sacrée est Une célébration de Noël [A Ceremony of Carols]. Mais une place à part doit être faite à son Requiem de guerre de 1962, où il superpose trois niveaux d'expression différents, solistes masculins et orchestre de chambre pour dire la douleur des hommes, soprano, choeur et grand orchestre pour la liturgie de la messe, orgue et choeur d'enfants pour exprimer la vision d'un paradis lointain. Cette capacité d'utiliser des combinaisons variées de voix et d'instruments est une des caractéristiques essentielles du style de Britten. On la retrouve dans la Sérénade pour ténor, cor et cordes (1943), la Symphonie de printemps [1949], le Nocturne pour ténor, instruments solistes et cordes (1958). Il faut y ajouter d'innombrables pièces pour piano et chant, de facture plus classique, où Britten refuse à la fois la tentation du néo-classicisme et tout modernisme technique systématique, permettant ainsi une mise en valeur très précise des textes employés.

Liens utiles