Databac

SUFFREN DE SAINT-TROPEZ Pierre André de, dit bailli de Suffren

Amiral français. Entré dans les gardes de la marine en 1743, il servit jusqu'à la paix de 1748, puis passa dans l'ordre de Malte, où il devint commandeur et bailli. Revenu dans la marine royale en 1754, il fit partie de l'escadre de La Galissonière en Méditerranée où il contribua à la défaite des Anglais à Mahon (1756), mais fut fait prisonnier par ceux-ci l'année suivante. Durant la guerre de l'Indépendance américaine, il fit subir de graves dommages, à Porto Praya (îles du Cap-Vert), à l'escadre du commodore Johnstone (16 avr. 1781), puis arriva dans le golfe du Bengale, où il infligea une série de défaites à l'amiral sir Edward Hughes et aux établissements anglais des côtes indiennes, apportant en même temps une aide importante au raja du Mysore (v.) Haïder Ali, allié de la France. Rentré en France à la paix de Versailles (1783), il fut fait vice-amiral. Il trouva la mort dans un duel avec le prince de Mirepoix. On a publié le Journal de bord du bailli de Suffren dans l'Inde (1888).

Suffren de Saint-Tropez, Pierre-André de, dit le bailli de Suffren (château de Saint-Cannat, près d’Aix-en-Provence, 1729-Paris 1788) ; amiral français.

Troisième fils du marquis de Saint-Tropez, S. naît au château de Saint-Cannat en juillet 1729 et est destiné, comme beaucoup de cadets de la noblesse provençale, à l’ordre militaire et religieux de Saint-Jean-de-Jérusalem (Malte). Entré dans la marine royale en 1743, il se bat contre les Anglais devant Toulon en 1744, part ensuite pour les Antilles et participe à la malencontreuse expédition du Cap-Breton en 1746. Fait prisonnier à la bataille de Belle-Isle en 1747, il. est libéré lors de la paix de 1748 et entre alors dans l’ordre de Malte. Nommé bailli, il sert contre les Barbaresques. Lorsque la guerre reprend entre la France et l’Angleterre (guerre de Sept Ans), S. reprend le combat, participe à la prise de Minorque, mais est fait prisonnier en 1757. Après le traité de Paris (1763), il retrouve son rôle de chasseur de pirates au service de l’ordre de Malte. Lors de la guerre d’indépendance américaine, S. sert, comme commandant de vaisseau, sous les ordres de l’amiral d’Estaing, d’abord en Amérique du Nord, puis dans l’océan Indien. En avril 1781 il défait près du Cap la flotte anglaise. Devenu chef de l’escadre des Indes, il engage en 1782 contre l’amiral anglais Edward Hughes une campagne demeurée célèbre par l’importance des batailles navales. Les combats de Madras et de Trincomalee permettent à Haïder Ali, sultan du Mysore et allié de la France, d’emporter quelques succès. Créé vice-amiral après la paix de Versailles (1783), il meurt en décembre 1788, vraisemblablement à la suite d’un duel, encore que la version officielle ait invoqué une crise d’apoplexie. Bibliographie : R. Glachant, Suffren et le temps de Vergennes, 1976.

SUFFREN DE SAINT-TROPEZ, Pierre André de, dit le bailli de SUFFREN (château de Saint-Cannat, près d'Aix-en-Provence, 1729-Paris, 1788). Amiral français, il s'illustra lors de la guerre d'indépendance américaine (1775-1782). Chevalier, commandeur puis bailli dans l'ordre de Malte, il devint capitaine de vaisseau dans la marine royale en 1754 et se distingua dans la guerre d'indépendance, faisant subir de graves dommages à la flotte anglaise à Porto Praya (île du Cap-Vert), puis guerroya dans les mers de l'Inde (golfe du Bengale). Rentré en France après le traité de Versailles (1783), il fut nommé vice-amiral, puis trouva la mort dans un duel.

Liens utiles