Databac

SOLFERINO

Village d'Italie, en Lombardie, au N.-O. de Mantoue. Bataille livrée par l'armée franco-sarde de Napoléon III à l'armée autrichienne, commandée par l'empereur François-Joseph (24 juin 1859). Bien que François-Joseph ait finalement ordonné la retraite de ses troupes, la bataille ne fut pas décisive. Particulièrement sanglante, elle fit 17 000 morts franco-sardes et 22 000 morts autrichiens. Alarmé par ses pertes et inquiet d'une mobilisation prussienne sur le Rhin, Napoléon III préféra offrir aux Autrichiens l'armistice de Villafranca (11 juill. 1859), conclu à des conditions beaucoup moins favorables aux Italiens que celles qu'avaient prévues les accords de Plombières. Cavour, indigné, démissionna. C'est le carnage de Solferino qui inspira à Henri Dunant la fondation de la Croix-Rouge (1864).

SOLFÉRINO (Bataille de, 24 juin 1859). Bataille livrée à Solférino (village de Lombardie) par les armées franco-piémontaises de Napoléon III contre l'armée autrichienne conduite par l'empereur François-Joseph. Livrée dans le but de libérer l'Italie de la tutelle autrichienne, la bataille fut un véritable carnage (environ 40 000 morts), et inspira à H. Dunant la fondation de la Croix-Rouge qui prit pour symbole le drapeau suisse aux couleurs inversées. Alarmé par les pertes et inquiet d'une mobilisation prussienne sur le Rhin, Napoléon III préféra signer avec les Autrichiens les préliminaires de Villafranca (juillet 1859) à la grande déception des Italiens et de Cavour qui démissionna. Voir Magenta.

Liens utiles