Databac

SIKKIM

État de l'Union indienne situé dans l'Himalaya oriental, entre le Népal, la Chine (Tibet) et le Bhoutan ; capitale Gangtok. Les habitants originels du pays, Lepchas et Bhotias, dont la religion se rattache au bouddhisme tibétain, ne forment plus aujourd'hui qu'un quart environ de la population à la suite de l'immigration massive de Népalais hindouistes. Dès le milieu du XVIIe s., le Sikkim était entré dans la sphère spirituelle tibétaine ; le lamaïsme était devenu religion d'État et, jusqu'à nos jours, le pays fut gouverné par une dynastie de rajas d'origine tibétaine portant le titre de chogyal. À la suite d'incursions népalaises, le chogyal rechercha en 1816 la protection des Anglais, auxquels il céda Darjeeling en 1839. Le traité de 1861 établit formellement le protectorat anglais, lequel fut reconnu en 1890 par la Chine. Après la fin de l'Empire britannique des Indes, ce protectorat fut transféré, par le traité du 5 déc. 1950, à l'Inde indépendante, qui se fit attribuer la responsabilité de la Défense, des Affaires étrangères et des Transports. À partir de 1962, la tension sino-indienne donna une importance stratégique nouvelle au Sikkim. Au terme d'un long conflit politique entre le chogyal et la majorité népalaise de la population, celle-ci, appuyée par l'Inde, imposa la fin de la monarchie et le rattachement du Sikkim à l'Union indienne (15 avr. 1975).

Liens utiles