Databac

SIENNE

Ville de l'Italie centrale, en Toscane. Ancienne colonie romaine fondée par Auguste sous le nom de Sena Julia, elle s'émancipa de la tutelle de ses évêques au XIIe s. et devint une république puissante, gouvernée par ses consuls. Au XIIIe s., elle se plaça à la tête des villes gibelines de Toscane et infligea à sa rivale Florence une grave défaite à Montaperti (4 sept. 1260). Mais la ville fut longtemps troublée par d'âpres luttes intestines. À la fin du XIIe s., les consuls avaient été remplacés par un podestat ; en fait, les nobles, les magnati, s'étaient emparés du gouvernement, mais ils furent renversés en 1277 par une oligarchie marchande ; celle-ci forma un conseil des Neuf (les Nove), sous le gouvernement duquel Sienne connut la tranquillité et la prospérité de 1287 à 1355. L'école artistique siennoise brilla au plus haut point de la fin du XIIe à la fin du XIVe s. La révolte à la fois populaire et nobiliaire qui mit fin, en 1355, au conseil des Neuf ouvrit pour Sienne une nouvelle période d'instabilité qui lui fit perdre définitivement son hégémonie en Toscane. Au XIVe et au XVe s., Sienne donna à la chrétienté deux personnalités remarquables : ste Catherine (dite de Sienne), inlassable dans sa démarche pour reconstituer l'unité de l'Église au temps de la papauté d'Avignon, et Bernardin, considéré comme le plus grand prédicateur du Moyen Âge. De 1487 à 1512, Sienne connut la tyrannie brillante de Pandolfo Petrucci qui tenta de créer une dynastie analogue à celle des Médicis à Florence. En 1524, les Siennois, pour échapper à la domination des Petrucci, se placèrent sous la protection de Charles Quint. Vite révoltés contre l'empereur ils appelèrent les Français à leur aide. Mais la ville fut assiégée et prise par les Espagnols (1555), malgré la défense de Monluc, et absorbée dans le duché de Toscane.