Databac

Biodégradation

Publié le 16/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Biodégradation Ce document contient 509 mots soit 1 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Faune et Flore.

« 1 / 2 52 Biodégradation 1 La dégradation biologique, ou biodégradation, est un important phénomène de la biosphère.

Elle joue un grand rôle dans la marche des cycles biologiques, tels que celui de l'azote, au cours duquel cet élément, contenu dans les protéines des organismes morts ou les déchets des orga­ nismes vivants, est libéré par l'attaque des micro-organismes présents dans le sol et les eaux.

Si la biodégradation n'exis­ tait pas, la Terre serait depuis des millénaires enfouie sous une couche de déchets de plusieurs kilomètres d'épaisseur.

2 Le pétrole, produit naturel de l'action bactérienne sur les déchets d'organismes végétaux, est parvenu jusqu'à nous grâce à son accumulation ultérieure dans des gise­ ments abrités de la microflore.

Il reste biodégradable.

La lutte contre les matées noires tire parti de cette propriété.

Sa dégradation peut d'ailleurs constituer une source de protéines nutritives.

3 En revanche, nombre de substances créées par l'homme, produites en grandes quantités et abondamment utilisées en raison de leurs qualités physiques (durabilité, résistance à la corrosion), fournissent une masse énorme de déchets que les bactéries existantes n'ont pas le pouvoir de dégrader.

Ne s'étant jamais trouvées en présence de tels produits, elles ne sont pas équipées de l'arsenal enzymatique suffi­ sant pour fractionner rapidement les matériaux synthétiques.

4 Aucune des techniques mises en œuvre (incinération, compression) n'ayant encore résolu le problème de la pollu­ tion plastique, on étudie les moyens de provoquer artificiel­ lement l'activité des micro-organismes.

Déjà certains cham­ pignons, aidés du rayonnement ultraviolet, viennent à bout du nylon.

On envisage la synthèse de matériaux à base de liaisons chimiques que les enzymes savent déjà défaire ou l'isolement de mutants capables de s'attaquer aux matériaux de synthèse existants. 2 / 2. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓