Databac

L'harmonie entre les facultés chez Kant

RAPPEL DE COURS: 3 réponses aux critères du beau dès le XVIIe:


Corneille, Racine, Molière, La Fontaine, La Bruyère, Fénelon, Boileau, Bossuet, madame de Sévigné, Nicolas Poussin, l’architecte Mansart, etc.). Rameau en musique.

Citation de Boileau : « Rien n’est beau que le vrai : le vrai seul est aimable ;
Il doit régner partout, et même dans la fable.
De toute fiction l’adroite fausseté
Ne tend qu’à faire aux yeux briller la vérité. » - Épîtres.

Le beau est l’incarnation du vrai. Molière : incarner un grand caractère humain (avare, dévot, hypocondriaque, cuistre, etc.). Vérité de l’humanité.
Consensus est expliqué par les classiques => car les grandes œuvres incarnent des idées vraies comme des idées mathématiques.
Le mauvais gout c’est l’erreur ou l’ignorance.


L'œuvre belle plait aux organes sensoriels, au corps. Comme nous avons tous les mêmes organes sensoriels. Ce qui plait à un corps sain plaira à tous les organismes sains.
Les différences de gout sont expliquées à cause de sens grossiers ou mal dégrossis. 
Si on a cultivé ses sens (ouïe, vue, gout), on aura un « sens commun ». Entre hommes « de goût », on se comprend… Tous ceux qui s’y connaissent en danse sont d’accord sur la beauté de l’œuvre de…
Le beau plait à notre constitution organique.