Databac

éphèbes

éphèbes («jeunes»). En grec, ce terme servait habituellement à désigner tous les garçons âgés de quinze à vingt ans, mais à Athènes, au IVe siècle av. J.-C., on l'utilisait pour désigner spécifiquement les membres de l'éphé-bie («collège des éphèbes»). Fondée vers 335 à la suite de la défaite d'Athènes face aux Macédoniens à Chéronée en 338, cette institution donnait aux jeunes hommes de dix-huit à vingt ans un entraînement militaire obligatoire et opérationnel; elle s'étendit rapidement à l'ensemble du monde grec. Pendant leur service militaire, les jeunes gens étaient exemptés des charges dues aux tribunaux, ils recevaient une solde de quatre oboles par jour et étaient assujettis à une discipline sévère par leurs instructeurs et par leurs professeurs. Ils mangeaient ensemble dans des casernes et effectuaient des tâches de garde et de patrouilles sur la côte et aux frontières. Dans leur uniforme caractéristique, composé d'un grand manteau sombre et d'un chapeau à larges bords, ils furent, tout au long de leur existence, une particularité gracieuse de la scène athénienne. Avec la fin du service militaire obligatoire, environ en 300 av J.-C., et l'abolition de la solde, l'éphé-bie se transforma dans une très large mesure en un système éducatif destiné à l'élite fortunée (voir éducation 3) et, à la fin du IIe siècle av. J.-C., elle fut remodelée en une école spécialisée de littérature et de philosophie.