Databac

Drusus

Drusus. 1. Marcus Livius Drusus. Tribun de la plèbe en 122 av. J.-C. , il fut partisan de l'aristocratie contre C. Gracchus. 2. Marcus Livius Drusus. Tribun de la plèbe en 91 av. J.-C., fils du précédent et grand-père de Livie, épouse de l'empereur Auguste. Il proposa, parmi diverses mesures démocratiques, d'accorder la citoyenneté aux alliés italiens. Ses divers ennemis complotèrent contre lui et il fut assassiné. Ses propositions, et les soulèvements qui s'ensuivirent, conduisirent à la guerre Sociale. 3. Nero Claudius Drusus (38-9 av. J.-C.). Second fils de Tiberius Claudius Nero et de Livie. Lorsque Livie se remaria avec Auguste, il devint le gendre de celui-ci. Tibère (l'empereur qui succéda à Auguste) était son frère aîné. On l'appelle communément Drusus le Vieux afin de le distinguer du fils de Tibère, Drusus le Jeune. Il épousa Antonie (la fille de Marc Antoine et d'Octavie) qui lui donna pour enfants Nero Claudius Germanicus et l'empereur Claude. Il remporta brillamment une série de campagnes contre la Germanie dans les années 12-9 av. J.-C., mais il mourut la dernière année des suites de blessures contractées lors d'une chute de cheval. On lui donna le surnom de Germanicus après sa mort, mais on l'utilisa rarement pour le désigner personnellement et le surnom passa à ses descendants.

4. Drusus Julius Caesar (v. 13 av. J.-C. -23 apr. J.-C.). Drusus le Jeune était le fils de l'empereur Tibère et de sa première femme Agrippine Vipsa-nia, fille d'Agrippa (1). Le nom qu'il portait avant l'adoption de son père par Auguste est resté inconnu. Après la mort de Germanicus, en 19 apr. J.-C., il devint le principal collaborateur de son père et semble avoir été désigné pour lui succéder. Il mourut en 23, empoisonné, soupçonna-t-on plus tard, par sa femme, qui avait été séduite par Séjan, l'ambitieux ministre de Tibère.

Drusus, Nero Claudius (38-9 av. J.-C.) ; général romain.

Frère de Tibère, D., fils de Livie et de Ti. Claudius Nero, est né peu de temps après le mariage de celle-ci avec Octave (Auguste). À la mort de son père (33), il est élevé par Octave qui accélère sa carrière (en 19 par exemple, il lui est permis de se présenter aux magistratures, cinq ans avant l’âge légal ; en 18, il est questeur), et lui confie très vite, comme à son frère, des missions importantes. En 15, il mène avec Tibère une opération combinée qui prend en tenailles les Rhètes. Les deux frères étendent la frontière romaine au Haut-Danube : la province de Rhétie est créée, le Norique est annexé puis transformé en province. En 13, légat impérial des Trois Gaules, D. organise le cens, fait le voeu (12) d’élever au Confluent (la Croix-Rousse, à Lyon) un autel à Rome et à Auguste (consacré en 10) et prépare la conquête de la Germanie (installation de camps fortifiés, construction d’un canal reliant le Rhin à la mer du Nord, principaux camps de base à Xanten, Cologne et Mayence) qu’il mène de 12 à 9. L’expédition fluviale sur le Rhin inférieur, puis maritime vers les embouchures de l’Ems et de la Weser dans le but de soumettre les tribus y résidant (Frisons, Chauques, Bructères), suscite l’admiration de ses contemporains, même si la flotte subit quelques dommages au retour. À la fin de l’année 12, il est à Rome, devient préteur urbain (en 11). Revenu sur le Rhin, il atteint, la même année, la Lippe et la Weser, par voie de terre, soumet les Usipètes, traverse le territoire des Sicambres, sur les terres desquels il déplace les Chattes. Un soulèvement de ceux-ci en 10 le rappelle en Germanie. Devenu consul (9), D. fait une percée jusqu’à l’Elbe, en Bohême du Nord vraisemblablement, balaie la résistance des Suèves, des Chérusques et des Marcomans. Sur le chemin du retour, il se tue en tombant de cheval. Tibère poursuit les campagnes de D., pousse même au-delà de l’Elbe, jusqu’au Brandebourg (9-7), puis se retire en exil volontaire à Rhodes (6 av. J.-C.). Ce n’est qu’entre 4 et 6 après J.-C. qu’il soumet les peuples germains jusqu’à l’Elbe. Mais la frontière est ramenée au Rhin et au Danube après le soulèvement en Illyrie (6-9) et la défaite de Varus dans la forêt de Teutoburg. La mort de D., apprécié pour ses grandes qualités et jouissant de l’estime générale, à l’inverse de Tibère, sera une grande perte pour la jeune dynastie. De son union avec Antonia Minor, l’une des filles de Marc Antoine et d’Octavie, naissent deux fils, Germanicus et le futur empereur Claude, et une fille, Livilla.

Liens utiles