Databac

CHEVTCHENKO Taras Grigorévitch

CHEVTCHENKO Taras Grigorévitch. Né le 9 mars 1814 dans le village de Morincy (district de Kiev), mort le 10 mars 1861 à Saint-Pétersbourg, il est le plus grand poète ukrainien. Serf attaché à la terre, orphelin très tôt, il ne connut, dans son enfance, que misère, mauvais traitements et injustices. Il apprit à lire et à écrire chez le sacristain du village. A treize ans, il menait paître les troupeaux des paysans : plus tard, il fut attaché au service personnel du maître, Engelhardt, Allemand d'origine devenu Polonais. A cette époque, un goût pour la peinture s'était déjà manifesté chez Chevtchenko, et Engelhardt décida de le faire étudier pour se servir de lui comme décorateur. A cette fin il le conduisit à Saint-Pétersbourg, où Chevtchenko eut l'occasion de faire la connaissance de quelques éminents compatriotes, qui le présentèrent au célèbre peintre russe Brjulov dont il fut, plus tard, l'elève préféré. Ce furent ces amis qui libérèrent Chevtchenko du sevrage de la terre en payant une belle somme à son maître. Le 5 mai 1838 il devint un homme libre; il se sentait poète : ses premiers poèmes datent précisément de 1838. Ce fut alors que commença la belle période de son existence : il fréquentait l'Université, étudiait à l'Aca-démie des Beaux-Arts, possédait amis et admirateurs. Son premier recueil de poésies, Kobzar fut édité en 1840, et, en 1842, les Haïdamaks. Dans ces deux oeuvres, les éléments fondamentaux de son art se trouvaient déjà mis en évidence : incomparable musicalité du vers, clarté magistrale de l'expression, contenu idéologique très élevé, et, surtout, un amour passionné pour sa patrie. Ayant brillamment terminé ses études a l'Académie des Beaux-Arts en 1845, Chevtchenko retourna en Ukraine, où il fut accueilli triomphalement et devint aussitôt le centre de la vie nationale. Accusé de professer des idées subversives, il fut arrêté le 24 mars 1847, emprisonné et envoyé comme simple soldat (avec huit heures par jour d'« exercice ») à Orenbourg, puis sur les bords de la mer Caspienne, avec interdiction de peindre et d'écrire. Il écrivait tout de même, cachant ses vers dans ses bottes. Après beaucoup de tentatives infructueuses, ses amis réussirent à le faire gracier en 1858, après dix ans de martyre. Il rentra à Saint-Pétersbourg, mais son rêve était de s'établir en Ukraine; malheureusement il était usé par les souffrances endurées et son coeur ne résista pas. Sa dépouille fut inhumée en Ukraine. Le jour de son anniversaire, le gouvernement tsariste faisait entourer sa tombe de troupes afin d'endiguer le pèlerinage du peuple. Dès ses premières manifestations littéraires, Chevtchenko s'imposa comme un grand poète. Parmi ses oeuvres les plus connues, rappelons : les poésies Catherine et Testament; Ivan Pidkova (1839); A Gogol [1843]; Songe [Son, 1844]; Hamalija (1844); Hérétique [1845]; Caucase [1845]; Néophyte [1857]; Maria (1859); la comédie Nazar Stodolja; quelques récits en prose parmi lesquels le récit Artiste [1849] et un Journal qui ne fut édité qu'en 1931 à Moscou. Chevtchenko mérite de survivre également en tant que peintre; quelques-unes de ses toiles figurent dans d'importants musées russes.

Liens utiles