Databac

CASTI Giambattista

CASTI Giambattista. Écrivain italien. Né le 29 août 1724 à Acquapendente (Viterbe), mort le 5 février 1803 à Paris. A seize ans, ayant reçu les ordres sacrés, il enseignait déjà au séminaire de Montefiascone, et conserva longtemps cette charge. Remarqué fort tôt pour la facilité et l'abondance de son talent poétique, il fut l'un des Arcadiens de Rome. Mais des déclarations imprudentes et, peut-être, des attitudes peu conformes à son état le contraignirent à abandonner le Latium. Il se rendit d'abord en Toscane, où il fut bien accueilli par les Grands-Ducs, puis à Vienne. De là il partit pour Pétersbourg où il demeura six ans à la cour de Catherine II (1778-1784). En remerciement de l'hospitalité reçue, il composa le Poème tartare, qui dans une transparente allégorie tournait en ridicule la souveraine et sa cour. Il voyagea en Autriche, visita Constantinople, se rendit à Milan et retourna à Vienne, où l'appelait l'empereur François Ier qui le nomma en 90 « poète de cour ». Il occupa ce poste six ans, mais quitta définitivement la cour autrichienne en 1798, et partit pour Paris où il devait rester jusqu'à sa mort. De son vivant, sa renommée fut grande et son esprit — qui le mit parfois en fâcheuse posture — lui procura des honneurs disproportionnés à son talent poétique. Néanmoins l'inimitié de ses nombreux adversaires, à commencer par Parini, fut excessive : on ne peut nier l'esprit qui anime ses sonnets de jeunesse réunis sous le titre de Les Trois Jules, et l'habileté des octaves qui composent les douze chants du Poème tartare. Casti survit toujours dans son oeuvre Les Nouvelles galantes [Novelle galanti], écrites elles aussi en octaves. Renommée ambiguë, car elle est fondée plus sur la liberté des images érotiques auxquelles l'auteur s'attarde que sur d neureux arguments narratifs. Nous n'irons pas jusqu'à dire que Casti soit obscène — il s'agit plutôt d'impertinence volubile. Casti se contente d'être l'interprète littéraire zélé et passif des moeurs faciles; ses nouvelles sont le fruit d'un esprit riche de fantaisie mais pauvre de sentiments.

Liens utiles