Databac

CALLINOS d'Ephèse

CALLINOS d'Ephèse. Poète grec. Né à Ephèse au VIIe siecle avant J.-C. Il est un des plus anciens poètes élégiaques grecs, peut-être le plus ancien que nous connaissions. Il est difficile de donner des précisions chronologiques sur les événements de sa vie : nous ne savons même pas s'il est antérieur à Archiloque, ainsi que l'affirme Strabon (XIV, 647 et cf. également Clément d'Alexandrie, Strom. I, 398) qui le déduit du fait que Callinos parle de Magnésie sur le Méandre comme d'une cité encore florissante, alors qu'Archiloque la décrit en ruine. Nous savons, par Strabon aussi (XIV, 647, et XIH, 627), que Callinos fait mention dans ses chants de la destruction de Sardes par les Cimmériens et les Trères : les allusions que l'on trouve dans les fragments qui nous sont parvenus sur ces peuples barbares sont trop vagues pour que l'on puisse se risquer à mettre une date sur ces faits, et d'autre part, l'on sait qu'au cours du VIIe siècle, les régions de l'Asie Mineure et les cités grecques telles Smyme et Ephèse subirent les attaques répétées des barbares. Un détail, toutefois, situerait Callinos dans le temps avant le VIIe siècle, c'est lorsque, faisant allusion aux origines communes d'Ephèse et de Smyrne, il appelle parfois les Smyrnéens ses compatriotes (Strabon XIV, 633). Parmi les rares fragments des oeuvres de Callinos qui nous soient parvenus — v. Elégies — un seul présente un véritable intérêt : il s'agit d'un appel du poète à ses concitoyens les invitant à défendre leur patrie contre les envahisseurs ennemis; passage oratoire mais sincère et non dépourvu de vivacité. Il ne semble pas que les anciens aient rangé Callinos parmi leurs gloires, seul le grammairien Proclus (Chrest 242,19 W.) affirme qu'il excellait, ainsi que Mimnerme, dans le métre élégiaque.

Liens utiles