Databac

CABET Etienne

CABET Etienne. Publiciste socialiste français. Né à Dijon le 2 janvier 1788, mort à Saint-Louis (Missouri, États-Unis) le 9 novembre 1856. Après de brillantes études, il vint à Paris où il étudia le droit, s'affilia au Carbonarisme français; il devint membre de son comité directeur en 1827. Ses idées républicaines le firent révoquer en 1830 du poste de procureur général en Corse et, en 1834, ses attaques violentes contre les ministères Thiers et Guizot dans le journal Le Populaire, qu'il avait fondé, le contraignirent à s'expatrier pour cinq ans en Angleterre. Il revint imprégné des idées du communiste anglais Robert Owen, et publia son Histoire de la Révolution. Ses doctrines, teintées d'un vague spiritualisme, connurent plus de succès, auprès du public de l'époque, que le matérialisme de son principal adversaire Dezamy, chef de l'école communiste rivale. En 1840 parut l'oeuvre de sa vie, Le Voyage en Icarie, dans lequel il expose en détail ses théories communistes, suivant la devise : « De chacun selon ses forces, à chacun selon ses moyens. » Les cours qu'il organisa pour divulguer sa doctrine, les condamnations sévères encourues par Le Populaire qu'il faisait reparaître, et enfin la publication d'un nouvel ouvrage, Nouveau Christianisme, tout cela contribua à accroître le nombre de ses disciples. Mais bientôt il ne lui suffit plus de prêcher : il décida de mettre ses théories en pratique. Grâce à des souscriptions, les Icariens achetèrent des terrains aux Etats-Unis, et partirent pour y fonder une communauté. Après des mois de misère et de privations, ce qui restait de l'avant-garde icarienne embarquee à Brest le 3 février 1848 parvint à la Nouvelle-Orléans (mars 1849) d'où, en compagnie d'autres Icariens venus de Paris, ils partirent pour Nauvoo, ancienne ville mormone de l'Illinois. Là, sous la direction de Cabet, ils fondèrent leur colonie. Celle-ci prospéra d'abord, puis des luttes intestines surgirent qui contraignirent Cabet à se retirer avec 200 Icariens. Il eut de nombreux démêlés avec la justice française, mais son innocence fut pleinement reconnue en Cour d'Appel le 26 juillet 1851. Il mourut d'une attaque d'apoplexie.



CABET, Étienne (Dijon, 1788-Saint-Louis, États-Unis, 1856). Socialiste utopiste français, il tenta, sans succès, de fonder des colonies communautaires aux États-Unis. Républicain, il participa aux mouvements insurrectionnels sous la Restauration puis la monarchie de Juillet. Arrêté et condamné à deux ans de prison ( 1832), il se réfugia en Angleterre jusqu'en 1839 où les théories d'Owen l'influencèrent. Cabet publia notamment Voyage en Icarie (1842), roman philosophique dans lequel il défendait un communisme utopiste.

Liens utiles