Databac

BROCKES Berthold Heinrich

Poète allemand. Né à Hambourg le 22 septembre 1680, mort dans cette ville, le 16 janvier 1747. Son autobiographie, publiée en 1847, le présente comme un personnage pédant et ambitieux, dévoré du désir, lui simple bourgeois, de fréquenter les nobles et les gens de cour. Son talent poétique n'est pas des plus évidents et pourtant son oeuvre a exercé une influence marquée sur la littérature de son temps. Il était le fils d'un riche commerçant, mort jeune encore en 1694. Sa mère ne sut pas lui imposer une stricte discipline dans ses études et le laissa suivre son penchant pour les arts : dessin, musique et poésie. Il s'inscrivit cependant, à vingt ans, à l'Université de Halle pour y faire son droit, mais il négligea ses cours et se mit à voyager à travers l'Allemagne, la Suisse, la France, l'Italie et la Hollande. Ces voyages formèrent son goût et lui permirent de nouer des amitiés précieuses. En 1704, il termina rapidement ses études à Leyde, car sa mère, qui venait de perdre sa fille, le rappelait. Revenu dans son milieu familial à Hambourg, active cité d'affaires, il n'en continua pas moins à vivre en oisif et en amateur d'art. Il espérait faire un riche mariage et obtenir une charge publique. Il se découvrit poète en écrivant d'abord des vers dédiés à un ami qui se mariait, puis un oratorio, Jésus martyrisé et mourant pour les péchés du monde, qui fut mis en musique par Haendel. Il déclara bientôt que « la poésie qui ne se propose pas un but utile et défini n'est qu'un vain jeu qui ne mérite aucune attention » et il décida « de ne choisir comme sujets que ceux qui soient édifiants et honnêtement divertissants ». De ces bonnes intentions naquit Le Plaisir terrestre en Dieu, recueil qui lui valut l'enthousiaste approbation de ses contemporains. Ses autres ambitions se réalisèrent : il épousa une riche héritière en 1704 et fut ennobli en 1730; conseiller en 1740, il fit partie, à ce titre, de nombreuses missions diplomatiques.

Liens utiles