Databac

BOTIC Luka

BOTIC Luka. Poète et écrivain croate, né à Split (Dalmatie) en 1830, mort à Dubrovnik le 20 août 1863. Fils d'une blanchisseuse, Botic fit ses études dans sa ville natale et suivit des cours de théologie — sans les terminer — à Zadar. Quittant le séminaire, il vécut quelque temps en Bosnie et à Belgrade pour occuper ensuite un emploi dans l'imprimerie du mouvement illyrien à Zagreb. Lorsqu'il fut connu comme poète, le grand mécène, l'évêque Strossmayer, l'appela (1853) à Djakovo et lui confia un poste dans l'administration épiscopale. En 1860, après la fin de l'absolutisme en Autriche, il retourna à Split pour travailler en faveur de l'unification de la Dalmatie et de la Croatie. En 1861, il fut élu, à Djakovo, député au Sabor (diète croate). Il publia successivement un récit, Dilber-Hasan (1854), quelques poésies lyriques et — la partie la plus caractéristique de cette oeuvre peu volumineuse — trois contes poétiques en vers : Fraternité [ 1854], Mara l'infortunée (1861) et Petar Bâcic (1862). Partisan fervent de l'idée de la liberté et de l'unité yougoslaves, formé dans l'esprit de l'illyrisme croate, influencé dans ses moyens littéraires par la vieille poésie épique italienne et surtout, de manière décisive, par la poésie populaire, il décrivit, dans le style et le rythme de cette dernière, les rapports, souvent douloureux, entre musulmans, orthodoxes et catholiques de la Bosnie. Assoiffé de justice et de beauté, adversaire des préjugés confessionnels, sensible au charme oriental de cette province gouvernée toujours par les Turcs, il raconta des amours tragiques, déchirées par la diversité religieuse, et autres sujets romantiques. Son oeuvre, fidèle au programme littéraire du nationalisme illyrien, appartient à l'époque de transition entre le romantisme et le réalisme croates — tout en étant beaucoup plus proche du premier. Cependant la valeur littéraire de Luka Botic demeure modeste.