Databac

BORGEN Johan

BORGEN Johan. Romancier, nouvelliste et auteur dramatique norvégien. Né le 28 avril 1902 à Oslo. Fils d'un avocat, issu d'une famille bourgeoise aux idées conservatrices, il gardera toujours le contact avec ses origines, même quand il sera attiré par le marxisme. Après le baccalauréat, il tâta du journalisme, mais s'orienta surtout vers la littérature, publiant en 1925 un premier recueil de nouvelles. Après un séjour en France, il devint journaliste pour de bon et travailla au Dagbladet de 1930 à 1941. Ses chroniques brillantes, signées du pseudonyme « Mumle Gàsegg », emprunté aux contes populaires, révélèrent un humoriste et un satirique. Elles furent l'arme dont il se servit contre l'occupant dès 1940, ce qui lui valut d'être interné au camp de Grini en septembre 1941. Relâché, il travailla dans la presse clandestine et se réfugia ensuite en Suède. Il avait alors publié un premier roman, Tout compte fait [1934] et donné des pièces comme En attendant (1938) et la joyeuse comédie Les Andersen [1940], mais c'est avec les nouvelles de L Esprit de l'enfance [1947] qu'il s'imposa. Depuis la guerre, Borgen a publié moins de neuf recueils de nouvelles, dont Nouvelles nouvelles [1965], Grand Prix de Littérature du Conseil Nordique. Il fallut attendre le succès de la trilogie Le Petit Lord (1955), Les Sources sombres [ 1956] et Le Voici [1957] pour qu'il soit reconnu également comme romancier. Il désorienta ses lecteurs avec un roman expérimental, Moi [1959], suivi de Blatind (1964), Le Brouillard rouge [1967] et de Mon bras, ma tripe [1972] et, finale ment d'Exemples [1974]. Il a aussi poursuivi son œuvre dramatique et travaillé comme metteur en scène. Critique littéraire, il a dirigé la revue Vinduet (1954-1960). Lus à la radio, ses souvenirs, Le Royaume de l'enfance [ 1965] ont remporté un grand succès.

Liens utiles