Databac

BOISSIER Marie Louis Antoine Gaston

BOISSIER Marie Louis Antoine Gaston. Historien français. Né le 15 août 1823 à Nîmes, mort le 10 juin 1908 à Viroflay (Seine-et-Oise). De vieille famille bourgeoise, il entra à l'Êcole normale supérieure, puis il fut nommé professeur à Angoulême en 1846; il enseigna ensuite à Nîmes (1847). En 1857, il passa son doctorat en Sorbonne avec deux thèses sur Plaute et sur Accius; la même année, il fut nommé au lycée Charlemagne de Paris. En 1859, il obtint le Prix Bordin avec un mémoire sur Varron. En 1861, il suppléa Havet à la chaire d'éloquence latine au Collège de France, puis il devint maître de conférences à l'Ecole normale (1865) et la même année suppléa Sainte-Beuve au Collège de France (chaire de littérature latine); à la mort de celui-ci, il en devint titulaire. Il fut également directeur de l'Êcole des Hautes Études, et membre du Conseil Supérieur de l'instruction Publique. Le 8 juin 1876, il entra à l'Académie Française, et dix ans plus tard à l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Il ne se retira de l'enseignement qu'en 1906. Très informé sur les études allemandes et françaises concernant l'histoire et la civilisation romaines, et sur les récentes découvertes archéologiques et épigraphiques, il étudia le monde romain avec beaucoup de goût et de sensibilité; sa manière de décrire les personnages, les lieux et les faits, est extrêmement vivante et intéressante. L'influence de Renan et de Fustel de Coulanges apparaît dans son œuvre, sans pour cela en ôter l'originalité de vue et de conception. Parmi ses nombreux travaux citons : Le poète Attius (1857), Etude sur la vie et les ouvrages de M. T. Varron; M. T. Varron (1861), Cicéron et ses amis, La Religion romaine d'Auguste aux Antonins (1874), L'opposition sous les Césars (1875), Promenades archéologiques, Rome et Pompéi (1880), Nouvelles promenades archéologiques, Horace et Virgile (1886), La fin du paganisme (1891), L'Afrique romaine (1895), Tacite (1903), La Conjuration de Catilina (1905).

Liens utiles