Databac

STALINGRAD (bataille de, sept. 1942/févr. 1943)

Lors de la seconde grande offensive de la Wehrmacht, durant l'été 1942, Stalingrad fut à plusieurs titres l'objet des attaques allemandes : la ville était devenue entre les deux guerres un grand centre d'industries métallurgiques d'équipement ; par sa situation géographique, elle commandait les relations entre le Caucase et le reste de l'URSS. Défendue par le général Tchouïkov, elle dut être conquise rue par rue, et les combats les plus sévères se livrèrent pour l'usine Octobre rouge, qui fut prise, perdue, puis reprise par la Wehrmacht (28 sept./4 oct.). À la fin d'oct. cependant, la plus grande partie de la ville, qui s'étendait sur près de 40 km le long de la Volga, était entre les mains des Allemands. Mais la VIe armée de von Paulus constituait une flèche avancée dans le système allemand et se trouvait donc exposée à une tentative d'encerclement. Le 19 nov., l'Armée rouge contre-attaqua au nord (Rokossovski) et au sud (Ieremenko) de Stalingrad, réalisant le 23 nov. l'encerclement complet de la VIe armée allemande. Le 31 janv. 1943, von Paulus signa sa capitulation, et les Soviétiques firent 90 000 prisonniers allemands dont 5 000 revinrent de captivité. La défaite de Stalingrad marqua pour l'Allemagne le tournant décisif de la Seconde Guerre mondiale, moins pour ses conséquences militaires immédiates que pour son retentissement psychologique, qui fut considérable et répandit dans le camp allié la certitude de la victoire finale.



STALINGRAD, auj. VOLGOGRAD (Bataille de, septembre 1942-février 1943). Sanglante bataille qui marqua un tournant de la Seconde Guerre mondiale. La défaite allemande contre les Russes eut dans le camp allié un retentissement psychologique considérable, l'espoir d'une victoire finale étant enfin acquis. Commandée par Friedrich Paulus, la VIe armée allemande atteignit en septembre 1942 les faubourgs de la ville. Défendue, quartier par quartier et rue par rue, par le général Tchouikov soutenu par la population, la plus grande partie de Stalingrad se trouva néanmoins, fin octobre, aux mains des Allemands. L'armée Rouge, dirigée par Joukov, contre-attaqua au nord (avec Rokossovski) et au sud (avec lere-menko), provoquant l'encerclement de l'armée de Paulus dans Stalingrad. Hitler ayant refusé toute retraite, les Allemands encerclés résistèrent encore pendant deux mois avant de capituler (2 février 1943). La bataille de Stalingrad, en partie détruite par les bombardements et le feu de l'artillerie, coûta à la Wehrmacht près de 300 000 hommes, tués ou prisonniers, mais fut aussi sanglante pour l'armée soviétique.

Liens utiles