Databac

Unité et pluralité des valeurs

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Unité et pluralité des valeurs Ce document contient 1585 mots soit 4 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« Analyse du sujet : Sujet construit sur une alternative (« ou ») entre l'unité et la pluralité. Unité : du latin unitas , de unus, « un ».L'unité désigne donc la qualité de ce qui est un, unique, mais aussi ce qui forme un tout, dont les diverses parties constituent un ensemble indivisible.

L'unité fait aussi référence àl'harmonie et à l'accord. Pluralité : du latin pluralis , « pluriel ».

Désigne la diversité et s'oppose à l'unité.

La pluralité montre qu'il y a une absence de lien entre les éléments qui sont tous différents, indépendants et ne renvoient pas les uns auxautres. Valeurs : du latin valor, de valere , « être bien portant », puis « valoir ».

Le terme de « valeur » désigne habituellement la qualité des choses, des personnages et des conduites que leur conformité à une norme ouleur proximité par rapport à un idéal rendent particulièrement dignes d'estime.

Pour résumé, on peut ainsi parlerde valeurs diverses, qu'elles soient culturelles, morales, esthétiques ou scientifiques, qui a chaque foiscorrespondent à a norme, la référence ou l'idéal.

D'autre part, ce terme peut aussi renvoyer au prix.

Il y a alorsdeux aspects différents à dégager : d'une part l'aspect économique qui désigne le prix commercial d'une choseque l'on peut échanger.

Dans ce cas, la valeur d'un objet se détermine par rapport à sa fin, c'est-à-dire parrapport à l'usage que nous en avons et par rapport à notre besoin.

On peut donc dans ce cas parler de valeurrelative, le prix de l'objet est fixé et peut être modulé.

D'autre part, la valeur peut renvoyer à la valeur d'unepersonne, sa dignité, son importance, cette valeur est absolue car inestimable et considérée comme une fin ensoi, non comme un moyen. Problématique : Le problème de fond posé par cette question est un problème éthique et culturel.

En effet, les valeurs incarnent lebien, l'idéal de référence.

Il s'agit ici de déterminer si l'ensemble des valeurs qui régissent notre société peut seregrouper sous un seul modèle, un idéal unique dont la ligne de conduite serait unifiée et commune à toutes, c'est-à-dire animée d'un même mouvement idéologique, ou si au contraire, les valeurs n'ont pas de lien entre elles, restentindépendantes, défendant divers aspects, présentant une multiplicité d'arguments et d'orientations, fidèles à rendrel'image d'une communauté d'êtres humain animés par des sentiments divers, des attentes et des critères pluriels.Parler de l'unité des valeurs, c'est sous-entendre que le système culturel et social est dominé par un seul modèle depensée, qui oriente et influence tout le code éthique.

Cela peut conduire à aborder en quelque sorte le domaine dela pensée unique, c'est dire qu'il y a une vérité bonne à suivre et que les autres ne sont pas valables.

Mais c'estaussi dire que les valeurs, mêmes dans leurs différences, expriment l'essence d'un même idéal.Parler de la pluralité, c'est aborder un modèle social différent, représentatif de la multiplicité culturelle existante,illustrant les nombreux idéaux, les différentes communautés culturelles et intellectuelles, les différentes prises deposition.En partant du principe que le bien est commun à tous, universel et donc unique et souhaitable par tous, on peut sedemander si, en tant que modèles de référence à suivre ou à atteindre, normes du bon et du bien, les valeurs sedoivent de présenter une unité.

Ou bien, cette valeur du bien, modèle et norme à la fois, peut-elle s'incarner àtravers des valeurs et des idéologies différentes, à travers la pluralité ? Peut-elle être relative à un contexte culturelet social particulier ?Pour finir enfin, on peut se demander si tolérer toutes les valeurs ne conduit pas au contraire à l'intolérance ? Est-ce une posture philosophiquement acceptable de tout accepter au nom de la diversité et de la pluralité des valeurs,au nom du respect de la différence ? Est-il en effet possible de tout justifier idéologiquement ? Faut-il viser ladiversité ou peut-on, tout en respectant les valeurs d'autrui trouver une certaine unité animant l'ensemble desvaleurs humaines? Proposition de plan : 1- L'unité des valeurs comme morale qui règle mon action : Au-delà de la pluralité : une seule règle de conduite valable et transcendante.A première vue, on peut considérer l'ensemble des valeurs comme une unité propre à nous guider dans la vie,modèle de référence inébranlable qui nous permet de différencier le bien du mal et d'établir notre conduite parrapport à un critère objectif et idéal.Descartes considère ainsi les valeurs comme des normes indiscutables de la conduite.Kant propose une vision moraliste des valeurs humaines : selon lui, le bonheur ne peut être pris en compte pourdéterminer les valeurs telles que le bien et le mal : la loi morale me dépasse, je reconnais en elle une autoritésupérieure, celle de la raison.La morale traditionnelle impose un code de valeurs à suivre pour rester dans le droit chemin, pour atteindre lebien.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles