Databac

science - science.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : science - science.. Ce document contient 3080 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Encyclopédie
science - science.
1

PRÉSENTATION

science (du latin scientia, de scire, « connaître «), dans son sens le plus large, connaissance systématisée ; dans un sens plus restreint, tout savoir considéré comme objectif et, par conséquent, vérifiable.
Chaque domaine de connaissance donne lieu à une science qui lui est propre : dans ce sens, il s'agit plus précisément d'un ensemble cohérent de lois, considérées comme valables jusqu'au moment où de nouvelles découvertes viendraient les
infirmer, ou de conventions, décrites de manière que tous les spécialistes de ce domaine puissent partager un langage, des expériences et des résultats.
La recherche d'une définition exhaustive de la science, amorcée par les penseurs de l'Antiquité, constitue l'un des thèmes majeurs de la philosophie des sciences. En grec, dianoia, généralement employé dans le sens de pensée discursive, est une
approche scientifique visant à la connaissance ; épistémé est, selon Platon, la connaissance parfaite ; ensemble, elles désignent le savoir. Selon Aristote, l'épistémé ne concerne que ce qui est objet de démonstration. Descartes va plus loin dans le
rationalisme en affirmant que « toute connaissance qui peut être rendue douteuse ne doit pas être appelée du nom de science «. Connaissance, savoir, science, ces termes se renvoient l'un l'autre dans un cadre général appelé théorie de la
connaissance.

2

HISTOIRE DES SCIENCES

L'histoire des sciences est une approche fondamentale pour la compréhension et la mise en perspective des activités scientifiques.

2.1

Origines de la science

Les efforts visant la systématisation de la connaissance remontent aux temps préhistoriques. Nous en avons des indices par les dessins du paléolithique sur les murs des grottes, par les enregistrements numériques gravés sur les os ou la pierre et par
les outils des civilisations néolithiques. Les documents écrits les plus anciens d'investigations protoscientifiques viennent des cultures de la Mésopotamie ; des listes de données astronomiques, de substances chimiques et de symptômes de maladies
étaient inscrites en écriture cunéiforme sur des tablettes en argile. Les Babyloniens connaissaient le théorème de Pythagore, savaient résoudre les équations du second degré et avaient développé un système de mesure sexagésimal (à base 60) dont
sont dérivées les unités modernes de mesure du temps et des angles.
Des documents écrits sur papyrus remontant à la même période ont été découverts dans la vallée du Nil ; ils contiennent des informations sur le traitement des plaies et des maladies, ou encore sur la distribution du pain et de la bière. Quelques-unes
des unités de longueur actuelles nous viennent d'Égypte ancienne, tandis que le calendrier utilisé de nos jours est le résultat indirect d'observations astronomiques préhelléniques.

2.2

Essor de la théorie scientifique

En Égypte comme en Mésopotamie, la connaissance scientifique était est principalement de nature pratique. Parmi les premiers Grecs recherchant les causes fondamentales des phénomènes naturels, c'est le philosophe Thalès, au VIe siècle av. J.-C.,
qui émet l'hypothèse que la Terre est un disque plat flottant sur l'eau. Son disciple, le mathématicien et philosophe Pythagore, fonde une école de philosophie (v. 530 av. J.-C.) dans laquelle les nombres sont la principale préoccupation. Les disciples
de Pythagore postulent que la Terre est sphérique et évolue sur une orbite circulaire. La philosophie ionienne naturelle et la science mathématique de Pythagore se combinent à Athènes au VIe siècle av. J.-C. pour donner naissance à la synthèse des
philosophies logiques de Platon, disciple de Socrate, et d'Aristote. L'Académie de Platon met l'accent sur le raisonnement déductif et la représentation mathématique, tandis qu'au lycée d'Aristote on insiste sur le raisonnement par induction et la
description qualitative.
Après la mort d'Alexandre le Grand, l'activité scientifique de la civilisation hellénistique est en pleine effervescence : le mathématicien, astronome et géographe Ératosthène, effectue une mesure extraordinairement exacte de la circonférence de la
Terre à l'aide de cadrans solaires ; l'astronome Aristarque...

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles