Databac

Peut-on attribuer aux particularités qui distinguent le régime Nord-coréen des autres régimes totalitaires, la longévité ce celui-ci ?

Publié le 17/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Peut-on attribuer aux particularités qui distinguent le régime Nord-coréen des autres régimes totalitaires, la longévité ce celui-ci ? Ce document contient 2469 mots soit 5 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Politique.

« Peut-on attribuer aux particularités qui distinguent le régime Nord-coréen des autres régimes totalitaires, la longévité ce celui-ci? Au cours du XXe siècle, les régimes totalitaires se sont multipliés, certains s'imposant fortement sur la scène internationale au point de bouleverser les équilibresgéopolitiques en place.

C'est le cas par exemple de l'Allemagne du IIIe Reich ou de l'URSS de Staline.

Ces régimes sont ainsi définis comme totalitaires puisque cesont des modes de gouvernement dans lesquels un parti unique détient la totalité des pouvoirs et ne tolère aucune opposition, exigeant le rassemblement de tous lescitoyens en un bloc unique derrière l'Etat.

De plus, cet Etat prétend gérer outre la vie publique, la vie privée des individus.

Par ailleurs, ces régimes sont caractériséspar la présence d'un leader charismatique faisant l'objet d'un culte de la personnalité, et d'une idéologie forte.

La notion de totalitarisme est apparue au début duXXème siècle puis fut théorisée par la philosophe Hannah Arendt.

La république populaire démocratique de Corée, instituée en 1948 par le leader Kim Il Sung, estencore le dernier de ces régimes en place.

On peut alors s'interroger sur l'étonnante longévité du régime.Le régime nord coréen se distingue avant tout des autres totalitarismes par sa durée dans le temps.

A partir de là, nous allons nous demander en quelle mesure il estpossible d'attribuer aux particularités qui distinguent le régime nord coréen des autres régimes, la longévité de celui-ci.Le régime nord coréen est bien un régime totalitaire dont les particularités lui ont permis de se maintenir dans le temps malgré la difficulté pour un tel régime derester en place à l'heure actuelle.I.

Le régime Nord-coréen présente tous les traits communs des régimes totalitaires connus dans l'histoire.A.

Le totalitarisme est un modèle historiquement très répandu mais aujourd'hui de plus en plus difficile à constater1) La mondialisation et l'essor des techniques de communication font du totalitarisme un projet politique de moins en moins capable de se réaliser face à descontestations plus nombreuses et mieux organisées* Un tel régime suppose non seulement une capacité répressive très élevée, mais aussi une idéologie forte qui retire tout espace de liberté et de jugement personnel,un parti unique pou l'appliquer et incarner l'Etat à lui seul.* Aujourd'hui, la mondialisation, l'essor des techniques de communication, la diversification des identifications et des allégeances, le totalitarisme est de plus en plusdifficile à mettre en place.

C'est même quasiment impossible.* De plus, peu de régimes, surtout ceux du Sud comme nous le voyons aujourd'hui, ont les moyens techniques de le pérenniser.* La propagande est de plus en plus difficile à mettre en place efficacement, face aux modèles et enseignements extérieurs apportés par internet et la télévision.* Les modèles démocratiques du XXIème siècle sont plus nombreux et mieux reconnus comme les modèles à suivre, source d'égalité et de bonheur des peuples.

Ilss'allient de manière plus efficace contre les régimes autoritaires en les stigmatisant comme les « mauvais » régimes, non démocratiques, et non respectueux des droitsde l'homme.* Il serait donc plus juste de parler aujourd'hui de la mise en place ou de l'existence de régimes autoritaires, voire autocratiques, ou le régime politique n'est paslibrement choisi par les citoyens et où le pouvoir est concentré aux mains d'un seul homme ou parti qui limite les libertés en restreignant, voire en niant, les droits, eten laissant le moins d'autonomie possible aux individus. 2) Mais, contrairement aux pays qui connaissent aujourd'hui de violents soulèvements, la Corée du Nord est un pays presque parfaitement isolé avec les moyensd'instaurer un régime totalitaire* En effet, si la Corée du Nord a l'ambition d'entrer d'ici 2012 dans la catégorie des nations prospères et puissantes, l'objectif puissant est plus visé que celui deprospère.

(C'est aujourd'hui l'un des plus pauvres de la planète).

Le pays n'a jamais tenté le moindre partenariat économique avec des pays défavorables au régimequ'il entretient et reste prudemment isolé de toute forme de démocratie.* Il entretient un isolement d'une efficacité rare, puisque la Corée du Nord est presque complètement coupée du web.

Elle a annoncé début 2004 la création d'unembryon de réseau, mais qui serait réservé à quelques milliers de privilégiés.

Sujets à la propagande, la radio et la télévision ne comptent que respectivement 17 et 4chaines, toutes appartenant au gouvernement.* L'indice global de libertés civiles (indice ou 1=libre et 7=répression) de la Corée du Nord est de 7 depuis plus de 30 ans, ce qui pourrait expliquer l'absence decontestations.

Même en Tunisie il est de 5, ou en Egypte il est passé en cinq ans de 5 à 3,5.

Ces pays là sont, on le sait, en pleine vague de contestations.Ainsi, la Corée du Nord n'est pas qu'un régime autoritaire comme ceux que l'on connait aujourd'hui et que beaucoup appellent totalitaires à tort.

C'est d'ailleurs peutêtre même le seul régime réellement totalitaire qui subsiste aujourd'hui.B.

Concrètement, le régime contrôle aussi bien la vie privée et publique de ses citoyens qu'il les intimide par des mesures radicales prises à l'encontre de ceux quicritiquent le régime1) La Corée du nord contrôle chaque aspect de la vie des individus en usant d'une propagande efficace au profit de son idéologie* Ainsi fermé, le régime mène une propagande étroite destinée non seulement aux habitants de son pays mais aussi aux pays étrangers, tentant de les convaincre nonseulement de la démocratie évidente qui est instaurée mais aussi de leur puissance militaire pour les intimider en même temps (cf.

le nombre de vidéos de paradesmilitaires nord-coréennes).* Les chaines de télévision et de radio, dont tous les programmes sont contrôlés par le gouvernement, sont forcées de diffuser des messages de propagande destinés àendormir les habitants.

Ceux-ci n'ont aucun accès aux formes de régimes tenus à l'extérieur de la Corée du Nord et n'imaginent aucune alternative.* Les individus sont tenus de montrer leur adhésion à l'idéologie du régime Nord-coréen : le Djoutché.

Elle pose le « Grand Leader » en père de la nation, lié aupeuple coréen dans une unité sans faille.

Cette idéologie se rapproche du stalinisme par son culte de la personnalité très poussé puisqu'elle repose presque entièrementsur le fondateur du régime, Kim-Il-Sung, « étoile polaire de l'humanité ».

Le Djoutché consiste aussi à affirmer la maîtrise de son propre destin par le pays, et sonindépendance par rapport au monde extérieur.

D'où l'importance de la politique d'autarcie et des forces armées, principales garanties de la stabilité du régime.* L'État a été mis en place en 1948 sur un modèle stalinien : collectivisation des terres, nationalisation des industries, organisation de la société par unités deproduction, réalisation de plans économiques… On peut dire que l'idéologie du pays est un mélange de marxisme-léninisme (stalinisme). 2) En cas de contestations, a été mis en place un système simple et historiquement condamné par les démocraties : les camps de travail.* On dénombre aujourd'hui huit camps de concentration dans le pays : Onsung, Hoeryung, Kyungsung, Dunsung, Hoechung, Youngbyung, Yodok et Kaechung.

Lecamp de Yodok réunit des familles de « criminels politiques » dont de nombreux enfants.

Environ 50 000 personnes y sont enfermées.

On dénombre 154 000prisonniers en tout, minimum.* Non seulement accusés de ne pas respecter les droits de l'homme, malgré les nombreux traités signés, la Corée du Nord est désormais aussi accusée de crimescontre l'humanité.* Comparables aux camps de concentration nazis, une estimation de 200 000 personnes sont forcées à travailler jusqu'à l'épuisement, et meurent à petit feu.Beaucoup sont nés sur place et resteront enfermés toute leur vie à cause de « crimes » qu'auraient commis leurs parents ou grands-parents.* Une petite cinquantaine de prisonniers ou d'anciens gardiens de camps ont aujourd'hui réussi à fuir le « royaume ermite » et témoignent. Tr : Cet enfermement complet des individus par un régime subtilement organisé peut expliquer en partie la survie du régime qui se consacre ainsi pleinement à ladéfense de son modèle, sans avoir pour autant de visée expansionniste II.

Cependant, c'est un Etat qui se distingue par une combinaison de caractères particuliers qui en font un régime à part et lui permettent de perdurer dans le tempsA.

Le régime nord-coréen s'inscrit dans un contexte particulier, qui lui est historiquement propre, et qui se consacre avant tout à sa survie déployant une politiqueextérieure restreinte.1) Un régime hors d'enjeux géopolitiques majeursHistoriquement, totalitarisme qui reste encadré : tout essai de rébellion contre la Corée du Sud sera puni par les USA / Entretiens six-parties ont été établis pourtrouver une solution paisible au malaise croissant entre les 2 gouvernements coréens, fédération russe, République populaire de Chine, Japon, Etats-Unis.- En Corée, c'est un régime qui persiste en restant hors de situation particulière propice à la montée de mouvements totalitaires.

Il n'est donc pas un régime de crise.Que ce soit en Russie, en Italie, en Chine ou en Allemagne (régimes que l'on reconnait comme régimes totalitaires), ce sont des régimes qui ont eu des originesinitiales dans le chaos à la suite de la Première guerre mondiale dans lequel la sophistication des armes modernes et des communications ont permis aux mouvementstotalitaires de concentrer la puissance.

Ils étaient de fait des régimes totalitaires intrinsèquement instables.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles