Databac

L'HOMME SE RECONNAIT-IL MIEUX DANS LE TRAVAIL OU LE LOISIR ?

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : L'HOMME SE RECONNAIT-IL MIEUX DANS LE TRAVAIL OU LE LOISIR ? Ce document contient 1172 mots soit 3 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« L'HOMME SE RECONNAIT-IL MIEUX DANS LE TRAVAIL OU LE LOISIR ? Remarque La question nous enferme dans une alternative, elle nous sollicite de choisir entre deux notions qui sont présentéescomme opposées l'une à l'autre.

Il sera utile de montrer les présupposés d'une telle formulation.

Il est habituel eneffet de voir opposer travail et loisir, mais il faut s'interroger sur la validité d'un tel schéma. Introduction Rappel du sens commun : dans l'opinion s'affrontent ou se juxtaposent souvent, de façon paradoxale, deux attitudes: la valeur du travail que l'on considère comme essentiel à la dignité de l'homme : les problèmes quotidiens duchômage alimentent tout un discours sur le droit au travail. l'importance du loisir, avec les exigences sans cesse croissantes de temps libre, les revendications sur la réductionde la durée du travail, la valeur spontanément accordée aux vacances. La question se pose alors de savoir si l'homme se reconnaît mieux dans le travail ou le loisir.

Mais la réponse supposeune analyse préalable des fondements de cette opposition, et des conditions de son apparition.

Ne s'agirait-il pas aufond d'une fausse question, à laquelle il faudrait substituer une autre réflexion ? 1 - Différentes approches du sujet a) L'aspect psychologique Aujourd'hui, subjectivement, chaque individu vit plus ou moins consciemment l'alternative proposée.

Une certainerépugnance au travail conduira tel d'entre nous, mécontent des conditions de son activité professionnelle, à nereconnaître que les moments de loisir comme spécifiques de sa propre existence, parce qu'ils sont les seuls danslesquels il puisse avoir l'impression d'être maître de son action.

Inversement, tel autre aura le sentiment des'accomplir totalement dans son travail et ne supportera pas l'idée d'en être privé.

Cette approche reste de l'ordrede l'opinion spontanée, elle appelle un dépassement. b) L'aspect historique Nous héritons de valeurs idéologiques qui reproduisent ce schéma d'opposition.

Les sociétés antiques et médiévalesréservaient les activités laborieuses aux esclaves ou aux couches inférieures de la population.

Sous l'Ancien Régime,un membre de la noblesse ne pouvait travailler sans déroger.

Cette forme de loisir était donc considérée commeseule ligne de l'homme.

Inversement, la bourgeoisie considère le travail comme la valeur première, alors que le loisir devient souvent synonyme d'oisiveté.

Relisez Voltaire, et particulièrement Candide. C) L'aspect philosophique La réflexion philosophique reproduit, elle aussi, ce schéma.

Aristote conseille à ses disciples de laisser le travail (au sens moderne) à des esclaves ou à un intendant, pour ne s'occuper que de science, de philosophie.

L'homme s'yréalise, parce qu'il échappe là à la nécessité, et met en œuvre les caractéristiques les plus nobles de sa nature :ses facultés intellectuelles.

Au contraire, pour Hegel, le travail permet à l'homme de maîtriser la nature et de se développer lui-même, de se transformer au contact de la nature.

Il faut relire le célèbre épisode des rapports entrele maître et l'esclave : le maître qui vit dans l'oisiveté, dégénère et se voit supplanter par l'esclave qu'il faisaittravailler pour lui. Les différents plans d'opposition illustrent les problèmes du sujet sans apporter de réponses, ils ne font que définirles domaines dans lesquels ils se posent. 2 - Présupposés du sujet Nature humaine et aliénation « Se reconnaître » dans l'une des deux possibilités suppose la croyance en une nature spécifique de l'homme qui ne se réaliserait que dans des conditions déterminées.

C'est ce que sous-entend Aristote lorsqu'il réserve le travail aux esclaves, qui ne sont pas, selon lui, des hommes. Dans l'opposition entre travail et loisir, on présuppose donc une nature humaine et la possibilité de son aliénation, dans l'un ou l'autre des termes de l'alternative. Un rapport d'exclusion Opposer les deux termes sans nuances, nous demander de choisir entre eux suppose qu'ils sont incompatibles.

Cette. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles