Databac

L'Homme et l'animal par rapport au texte de Kant

Publié le 16/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : L'Homme et l'animal par rapport au texte de Kant Ce document contient 1486 mots soit 3 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« 1) On peut voir dans ce texte la mise en relief d'un contraste entre l'Homme et l'animal.

L'animal dès sa naissance serait capable de vivre seul, sans aucune aide, alors que l'Homme nécessite l'appuide quelqu'un d'autre pour pouvoir survivre.

La thèse du texte serait donc que l'animal possède un instinct, contrairement à l'Homme.La première partie du texte nous décrit le comportement des animaux dès leur naissance, le pouvoir qu'ils ont de se développer naturellement : Kant illustre ces propos par l'exemple des jeuneshirondelles sortant de leur oeuf qui savent déjà créer un nid.

Puis la seconde partie du texte est plus théorique, l'auteur expliquant ici ce qu'il veut dire par «soins», c'est à dire le non-instinct,l'éducation qui constitue l'opposé de l'animal, soit l'Homme.

Il illustre encore une fois sa théorie avec un exemple pouvant se définir comme l'inverse du comportement humain.

Enfin, latroisième partie regroupe les deux premières et met vraiment en confrontation l'idée d'instinct chez l'homme et chez l'animal.

Kant nous révèle ainsi qu'il ne pense pas que l'homme soit doté d'uninstinct, contrairement à l'animal.

2) Le premier exemple : «les jeunes hirondelles, à peine sorties de leur oeuf et encore aveugles, savent s'arranger de manière à faire tomber leurs excréments hors de leur nid» nous montre qu'unanimal, dès les premiers jours de sa vie, ont déjà acquit les règles élémentaires et fondamentales tel que l'hygiène.

On sait qu'un manque d'hygiène et la proximité avec des excrétions peuvent êtretrès dangereux.

Kant nous montre ici que les animaux possèdent déjà les outils leur permettant de survivre seul, sans l'aide d'aucun parent ou autre exemple sur lequel il pourrait se baser, étantaveugles.

Le second exemple : «si ...

un animal, venant au monde, criait comme le font les enfants, il deviendrait infailliblement la proie des loups et d'autres bêtes sauvages qui seraient attirés par sescris» est en fait un contre exemple montrant à quelqu'un qui pense que l'Homme possède un instinct dès la naissance a tort.

L'auteur nous montre ici que les animaux à leur naissance ont desréflexes de survie que ne possède pas l'Homme.

Un enfant aurait beaucoup plus de chance qu'un animal de se faire tuer par un prédateur s'il n'y avait personne pour le protéger.

L'Homme n'auraitdonc pas d'instinct.Par conséquent, avec ces deux exemples Kant oppose l'animal à l'Homme sur le plan de l'instinct, et plus particulièrement de l'instinct de survie.

Un animal possède, à la naissance, des réflexeslui permettant d'éviter de faire des erreurs pouvant nuire à sa vie, alors qu'un enfant n'en serait pas capable, et a absolument besoin de l'aide de ses parents pour survivre.

3) Kant veut dire par cette phrase qu'un animal, qui est un être vivant capable de sentir et de se mouvoir, possède un instinct, une impulsion intérieure lui permettant d'avoir des comportements enaccord avec son espèce, et que ce dernier constitue la totalité de ce qui le définit.

En effet, l'instinct d'un animal lui permet de se comporter comme tout être de son espèce ; son instinct auraprédéfinit la manière dont il se comporte.

L'auteur nous précise que c'est une «raison étrangère» qui lui a permit de posséder cet instinct.

On peut penser que c'est une force sensée que l'on neconnait pas forcément, qui ne nous apparait pas directement, qui a permit aux animaux de recevoir les actions et les moyens invariablement nécessaires à leur survie.

Cette force peut êtreconsidérée comme la nature elle-même, par le bais de l'évolution, ou comme résultant d'un dieu.

Finalement, Kant veut nous faire comprendre qu'une force a donné aux animaux l'instinct, qui sont des impulsions leur permettant d'avoir des comportements adaptés à leur vie, et à leur survie,qu'ils ont pu acquérir dès leur naissance, données d'avance et sans aucune éducation préalable.

4)Ce texte de Kant nous montre une réflexion sur l'instinct : selon lui, les animaux possèdent un instinct qui leur est propre, et qui leur permet de survivre seul, contrairement à l'homme qui abesoin des autres.

Nous allons donc voir ce qui fait que l'Homme a besoin de l'aide et de la présence des autres.

Ainsi, si nous pouvons dire que l'Homme possède quelques atouts lui permettantde survivre dans certaines conditions, ne peut-on pas dire que Kant possède de solides arguments prouvant que les animaux n'ont besoin de personne, contrairement à l'Homme ? Tout d'abord, si l'on conteste la thèse de Kant, on peut penser que l'Homme comporte plusieurs instincts relativement utiles, pouvant donc lui permettre de survivre seul, sans avoir recours auxautres.

Par exemple, on parle régulièrement d'instinct maternel : la femme qui possède d'une manière naturelle les facultés lui permettant d'être une bonne mère, et d'effectuer les éléments ou deressentir des émotions qui vont lui permettre de traiter son enfant correctement pour qu'il vive : on peut penser que les mères tiennent toujours beaucoup à leurs enfantsNous pouvons cependantvoir que cet «instinct» n'est pas invariable : nous pouvons tous connaitre des mères ne se souciant que très peu de leur progéniture, ce qui peut même aller jusqu'à des sortes de maltraitances etl'abandon d'un nourrisson.

Un cas plus connu de ce manque d'intérêt peut être défini dans un autre exemple : la dépression post-natale, qui entraine une absence d'attention pendant les premièressemaines de la vie de son enfant, qui est totalement incompatible avec la notion d'instinct maternel.

Ensuite, on pourrait également supposer que les réflexes que connaissent les hommes peuvent faire partie de la notion d'instinct.

Les réflexes de douleur consistant à ne pas répéter un mouvementou un geste qui a entrainé une sensation douloureuse, et d'autres réflexes comme retirer sa main qui est proche d'une flamme, ou le réflex rotulien, bien connu des médecins peuvent êtreconsidérés comme un instinct de survie, nous empêchant de nuire à notre santé physique.

Néanmoins, tous ces réflexes peuvent plus être rapprochés d'un fonctionnement biologique etphysiologique des corps humains plutôt qu'un réflexe psychique à proprement parlé : ce sont des pulsions créant un geste bref et ponctuel, contrairement à ce qu'on peut appeler instinct quientrainera divers comportements complets.

Après avoir étudié les arguments sur lesquels on pouvait se fonder pour dire que l'Homme possédait des instincts et après avoir vu qu'ils pouvaient se révéler faux, nous allons comprendrepourquoi l'Homme, selon la même vision de Kant, est dénué de tout instinct.

Tout d'abord, pour reprendre les arguments cités dans le texte, nous pouvons dire qu'à sa naissance, un nourrisson utilise les cris et les pleurs pour communiquer, et faire comprendre à sesparents ce dont il a besoin.

Cela entraine deux conséquences précises.

Tout d'abord, le fait de crier est incompatible avec tout instinct de survie : le bruit peut attirer les prédateurs, qui pourronttuer l'enfant.

Ensuite, le nourrisson communique avec ses parents pour que ces derniers subviennent à ses besoins.

Si l'Homme était doué d'instinct comme l'est l'animal, il pourrait survivre seulen trouvant de la nourriture, de l'eau, etc.

Il a donc besoin des autres pour vivre, il ne peut pas assurer sa vie lui même.

Ses besoins physiologiques doivent être assurés par ses parents, lenourrisson ne peut pas le faire seul : il ne peut ni marcher, ni réfléchir.Cet état chétif de l'Homme a la naissance, contrairement à l'animal s'explique par les éléments qui différencient ces deux types d'être vivants.

L'animal possède un instinct, à sa naissance, luipermettant de survivre, alors que l'Homme n'a que la réflexion pour lui, celle-ci se construisant au fur et à mesure qu'il vieillit.

Cette réflexion lui permettra de répondre à tous ses besoins.Cependant, pour acquérir cette réflexion, l'Homme a besoin d'une éducation, d'être stimulé intellectuellement ainsi que de se reposer sur des exemples et des lignes de conduite qui vont luipermettre d'avancer.

L'éducation est indissociable d'un état de connaissance collectif.

L'Homme est incapable de se construire seul, il a donc besoin du secours des autres, dans un premier tempspour veiller à satisfaire ses besoins fondamentaux.A partir de là, l'Homme a également des besoins sociaux, des besoins de sécurité, d'estime de soi ainsi que de réalisation de soi, ce qui constituerait le bonheur suprême donc il est toujours enquête.

Ces besoins ne sont réalisables que s'il y a d'autres Hommes avec qui l'on peut avoir des interactions.

Au niveau social, l'Homme ne peut être heureux que si les autres sont là etl'entourent.

Le besoin de sécurité nécessite d'être encadré par une société : avoir un rôle et un statut n'est possible que dans le cadre d'une collectivité.

+ exemples (santé, connaissances collectives, etc.) Pour conclure, on peut dire que l'Homme est donc doué de la réflexion, d'une quête de bonheur qui n'est possible qu'en étant entouré de plusieurs autres personnes, il a donc besoin du secoursdes autres.

Il s'oppose donc à l'animal, qui est doué de l'instinct, d'une quête de survie qu'il peut remplir lui même, avec les armes que la nature lui a donné.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles