Databac

l'histoire enseigne t-elle la relativité des valeurs ?

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : l'histoire enseigne t-elle la relativité des valeurs ? Ce document contient 2795 mots soit 6 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« Ce sujet laisse supposer que la succession des événements passés, à savoir l'histoire, ne serait, sans cesse,qu'apparition de la nouveauté.

En effet, aucune valeur ne parvient à perdurer dans le cours de l'histoire, c'est quesans cesse, de nouvelles valeurs viennent s'imposer.

Chaque époque serait donc porteuse de ses propres valeurs,des valeurs différentes des époques précédentes: chaque époque serait en somme une nouveauté morale.

Maisalors, nous sommes bien en mal avec une autre notion contenu dans le sujet: celle d'enseignement.

En effet,qu'est-ce qu'enseigner si ce n'est transmettre un savoir? Or, un savoir, c'est avant tout un corps cohérent depropositions vraies.

Par exemple, une discipline comme la chimie ne contient pas une addition d'éléments sansrapport entre eux: chaque proposition est prise dans une chaîne de proposition plus large comme élément d'unensemble logiquement tenu.

En ce sens, si l'histoire nous apprend la relativité des valeurs, elle ne nous enseignepour ainsi dire rien, puisqu'au lieu d'un savoir organisé, nous n'avons qu'un ensemble incohérent de nouveauté qui sesuivent, une addition d'éléments hétéroclites. D'un autre côté, si l'histoire nous permet de saisir une relativité des valeurs, cela signifie qu'aucune valeur neperdure dans le cours de l'histoire.

Dans cette perspective, s'il est impossible de tirer du joug de l'histoire undénominateur commun à toutes les périodes, si aucune valeur n'est capable de dépasser le cours d'une époque,c'est qu'aucune de ces dites valeurs n'est donc transcendantes.

En d'autres termes, l'histoire nous enseigneraitl'idée que rien ne lui échappe, que tout est soumis, relatif, à l'espace et au temps d'une époque.

En ce sens,l'histoire serait donc l'endroit où tout se passe, tout se déroule, et à la fois, l'endroit où rien ne se sait, un passé quine peut rien nous enseigner.

Ne voyons-nous donc dans l'histoire qu'un amas de valeurs sans rapport entre elles,réductibles aux époques où elles ont émergé? En somme, n'y a-t-il de valeur qu'historique? Platon: quitter l'histoire pour trouver l'en soiI. Dans la République , Thrasymaque évoque la légende de l'anneau de Gygès afin de démontrer à Socrate, qu'au fond, tout homme n'a d'intérêt non pour le juste, mais quepour ce qui l'arrange, même si cela est d'ailleurs contraire au juste.

Cette légende luipermet de sonder habilement l'âme humaine, et de retenir que la vertu n'est qu'unmasque que nous nous efforçons de garder sur le visage.

L'homme n'accorde aucuneimportance à ce qui est légitime: il a seulement peur de la sanction légale et dujugement d'autrui.

L'idée est ici effroyable, puisqu'elle signifie que, si nous ne pouvonspas trouver de valeur morale méta-historique, c'est-à-dire qui dépasse la simple histoire(son temps et son espace), nous pouvons cependant trouver une constante dans lecomportement humain: soit une proprension à n'être juste que par convention, chaquehomme, et de tous temps, ne souhaitant en vérité en son for intérieur que suivre sonsimple plaisir (un plaisir transgresseur).

L'instinct est en ce sens en dehors de l'histoire, ilest le même chez tout homme et à toute époque. Alors qu'il menait ses bêtes, Gygès, un berger Lydien, vît soudainement la terre s'ouvriredevant lui dans un bruit effroyable.

Une fois le tonnerre passé, il se précipita dans la brêche et put y découvrir, entre mille trésors, un anneau délicatement posé sur une des roches souterraines.

Il lapassa au doigt et retrouva la surface ainsi que sa vie quotidienne.

Un jour, alors qu'il participait à une assembléeentre berger, il fît tourner le châton de sa bague et put alors s'apercevoir que les autres berger parlaient comme s'iln'était pas là: il était devenu invisible.

Il rentra chez lui, et s'assura de se pouvoir en faisant pivoter à de multiplereprises l'anneau autours de son doigt: l'effet était confirmé: à chaque tours, il devenait invisible.

Il profita de ceformidable pouvoir pour accompagner dans le plus parfait anonymat des messagers du roi qui passaient par sesterres, et put ainsi se rendre au palais.

Sur place, il séduisit la reine, puis assassinat le roi pour enfin prendre lepouvoir du royaume où il ne vivait auparavant qu'en berger. Par cette argumentation, Thrasymaque entend montrer que, si l'on donne cet anneau à un homme réputé bon et àun autre cette fois-ci méchant, les deux poursuivront la même fin, celle qui sert leur intérêt, et non le bien.

Socrateva confirmer l'idée selon laquelle il n'existe pas d'autres véritablement vertueux, il va lui même rappeler l'impossibilitéde trouver sur cette terre un régime politique qui ne soit pas corrompu.

L'histoire ne nous enseigne que cela.

A celas'ajoute le fait que, d'un pays à un autre, d'une civilisation à une autre, les hommes sont incapable de se mettred'accord sur une norme du juste.

Ce qui est juste pour les uns, ne l'est guère pour les autres.

Et c'est précisémentla raison pour laquelle tant d'hommes sont injustes: ils sont incapable de se mettre d'accord entre eux sur le justeparce qu'ils ne le connaissent pas: « Nul homme n'est méchant volontairement » nous dit Platon.

Or, pour Socrate, c'est précisément parce qu'aucun homme n'est juste, n'est capable d'agir en dehors de son intérêt, n'est capable degouverner son tirer le pouvoir à son avantage, qu'il faut aller chercher la norme de la justice, ce qu'elle est en soi,en dehors de l'expérience sensible qui patauge dans sa corruption. Montaigne: leçon de conservatisme II. Socrate nous demande donc d'aller par-delà l'histoire, chercher dans le monde des Idées, la norme du juste en soi:c'est là seulement que réside les véritables valeurs.

Notre monde est foncièrement en proie à la corruption: il change sans cesse de telle sorte que rien de stable ne s'offre à la connaissance.

Ce monde n'est qu'une copie d'unmodèle, le monde des Idées, où résident les essences immuables de chaque choses, seules garantes d'uneconnaissance vraie.

Or ce monde ne peut être saisi par l'oeil physique, sensible, organique, mais seulement par l'oeil. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles