Databac

Les vraies valeurs ne renvoient-elles qu'au passé ?

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Les vraies valeurs ne renvoient-elles qu'au passé ? Ce document contient 593 mots soit 1 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« [La raison est piètre juge par rapport au temps.

Ce qui demeure est ce qui est vrai.

Ce que le passé aconservé est aussi ce qui sert de fondement au présent.

Les racines de toute culture sont ancestrales.] N'est vrai que ce qui dureL'expérience montre qu'il en va de la vie organique comme des valeurs humaines: l'une comme les autres sontsoumises à un processus de «sélection naturelle» dont le grand ordonnateur est le temps, et lui seul.

Unereligion n'est vraie que parce qu'elle est éternelle.

Ce qui prouve la valeur d'une oeuvre d'art, c'est sa facultéde résister à l'épreuve du temps. Le passé est fondateurLouis-Ambroise de Bonald, critiquant la Révolution, lui oppose un système moral, politique, qui a l'éternité pourlui, puisqu'il repose sur la parole divine.

Monarchie absolue, organisation familiale patriarcale sont des réalitésvraies, puisqu'elles ne dépendent pas de décisions humaines, mais incarnent une volonté transcendante.Cette volonté, révélée aux origines de la religion, doit être scrupuleusement respectée. Le passé contient toutes les vraies valeursLes modes passent, les opinions changent.

Ne demeure que ce qui a de la valeur.

Un peuple ne tire sa force,son identité que de son passé.

C'est pourquoi, se respectant lui-même, respectant les grands hommes qui ontfait son histoire, il doit vouloir conserver ce joyau dont la pureté ne tient qu'au temps.

C'est au conservatismequ'il doit sa grandeur.

[Pour que passé il y ait, il a bien fallu que des événements en tissent la trame.

Les valeurs du passé, en leur temps, étaient de nouvelles valeurs.

Créer de nouvelles valeurs, voilà ce qui a vraiment de la valeur.] Sans présent, le passé n'aurait jamais existéRémy de Gourmont, dans ses Promenades philosophiques, a mille fois raison de poser cette question: «Latradition ? sans doute la tradition.

Mais, ne croyez-vous pas qu'il y ait un commencement à tout, même à latradition ?» Par là, il montre bien que ce que le conservatisme tend à conserver est précisément le fruitd'audaces faisant fi de la tradition. La vie est, par essence, évolutionLe conservatisme repose sur une contradiction essentielle: il admet l'innovation, créatrice des valeursauxquelles il se réfère et, en même temps, refuse d'admettre que cette même innovation puisse, un jour, nierses convictions.

Plus fâcheux encore! Il nie cette évidence: la vie, en son ensemble, ne cesse de setransformer, d'évoluer. Conserver, c'est emprisonnerDescartes ne décèle dans les coutumes et les traditions aucune vérité certaine.

Les valeurs du passé, à sesyeux, n'ont aucune valeur de vérité, même si l'on doit s'y soumettre, tant que la raison ne les a pas invalidéesou fondées.

Demeurent ce fait et cette exigence: l'oeuvre de connaissance est contraire à toute forme deconservatisme.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles