Databac

Les sciences humaines sont-elles de véritables sciences ?

Publié le 16/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Les sciences humaines sont-elles de véritables sciences ? Ce document contient 8812 mots soit 20 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« Les sciences humaines sont-elles de véritables sciences ? Compréhension du sujet A.

Sens des mots de l'énoncé :— Lorsqu'on parle de sciences, on pense le plus souvent aux sciences exactes telles que les mathématiques, ou auxsciences de la nature, c'est-à-dire à toutes les disciplines ayant pour objet l'étude rigoureuse de la matière brute (laphysique, la chimie, l'astronomie, etc.) et de la matière vivante (l'anatomie, la physiologie, la biologie).— Les sciences humaines, ayant pour objet d'une façon générale l'étude des comportements humains, semanifestent essentiellement dans l'histoire, la sociologie, la psychologie. B.

Sens de la question :C'est une interrogation directe, il s'agira donc de donner une réponse précise en la justifiant. C.

Présupposés de la question :Si la question se pose on peut supposer qu'il y a des différences entre «sciences» et «sciences humaines».

Il fautalors situer le niveau de ces différences. D.

Formulation du problème :L'homme peut-il être connu et expliqué aussi rigoureusement qu'un objet de la nature ? Recherche des idées A.

Rappel : — Nature de la pensée scientifique : C'est une activité intellectuelle par laquelle l'homme s'efforce d'expliquer lesphénomènes de la nature en cherchant les lois qui les régissent, cela au moyen d'une observation rigoureuse.L'esprit scientifique ou positif s'adonne à la recherche du relatif en cherchant non pas pourquoi mais comment unphénomène se produit.

La science implique alors une conception rationnelle de la nature en rapportant sesphénomènes à une nécessité impersonnelle.

«Tout dans la nature obéit à des lois» affirme Laplace ; de son côté C.Bernard affirmait que «la critique expérimentale met tout en doute excepté le principe du déterminisme scientifique».La notion de science est en effet étroitement liée à celle de déterminisme.On comprend alors que la condition primordiale de la science soit l'objectivité : le sujet doit s'effacer devant l'objets'il veut l'expliquer, c'est pourquoi Bachelard a dit «la science dans son besoin d'achèvement comme dans sonprincipe s'oppose absolument à l'opinion».

L'opinion reste du domaine du subjectif, de la connaissance non fondée,s'appuyant sur les apparences.

La science dans son souci d'objectivité doit dépasser l'apparence qui éloigne durationnel.Les sciences de la nature visant à expliquer les phénomènes utilisent la méthode expérimentale.— Les sciences humaines se sont constituées tardivement, on a pendant longtemps pensé que si l'homme faisait lascience il était supérieur à elle ; pourtant un certain nombre de disciplines, telles que la sociologie, l'histoire, lapsychologie, ont cherché et cherchent encore à expliquer les comportements humains en découvrant les lois qui lesrégissent.Ainsi la sociologie dans la mesure où elle prétend être une science suppose l'existence d'un déterminismesociologique.

A.

Comte déjà déclarait que son but était de «déterminer l'ensemble des lois fondamentales propresaux phénomènes sociaux.

Les sociologues prenant modèle sur les sciences de la nature se sont donc efforcés dedécouvrir les conditions constantes dans lesquelles se produisent les phénomènes sociaux qu'ils étudient.

Cetteexigence implique une méthode : selon Durkheim il s'agit de traiter les phénomènes sociaux comme des choses,c'est-à-dire les considérer en eux-mêmes, détachés des sujets conscients qui se les représentent ; à cette seulecondition il est possible de les étudier objectivement, scientifiquement, pour découvrir les lois qui les régissent.

AinsiDurkheim et Halbwachs ont énoncé la loi du suicide : le taux des suicides est inversement proportionnel au degréd'intégration de la société familiale, politique, religieuse, etc.

C'est sur la statistique servant d'instrument de mesureque la sociologie s'appuie pour établir ses lois.

De même la psychologie s'efforce-t-elle d'introduire la quantité et lamesure pour établir des lois de comportement (ex.

: la loi de l'oubli : l'oubli croîtrait proportionnellement à unecertaine puissance du logarithme du temps).L'Histoire comparée, de son côté, est utilisée comme instrument d'analyse, afin de découvrir les rapports constantsentre un type d'économie donné par exemple, et les institutions qui en découlent (ex.

: la société féodale déterminel'économie rurale).— Examen critique : Les faits sociaux, comme les faits psychologiques ou historiques, sont des faits humains.

Envoulant les saisir de façon tout à fait objective, on s'expose à laisser échapper ce qui fait leur caractère propre.

Unphénomène humain implique un tel nombre de facteurs à la fois d'ordre psychologique, physique, social, culturel qu'ilsemble impossible de le cerner rigoureusement.

C'est ainsi que s'est élevée une polémique anti-durkheimienne.

Lepoint de vue de J.

Monnerot est entièrement humaniste ; il part du sujet comme condition humaine située et datée,et emprunte à Max Sheler l'idée que l'affectivité est un moyen de connaissance.

La société ne peut être vécue quepar des consciences individuelles, il s'ensuit que les faits sociaux ne peuvent être considérés comme des choses. B.

Bibliographie :. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles