Databac

le virus découvert par Montagnier est un ré­trovirus qui se trouve dans les lymphocytes T alors que celui découvert par Gallo est un vi­rus qui provoque la leucémie chez les malades atteints du SIDA

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : le virus découvert par Montagnier est un ré­trovirus qui se trouve dans les lymphocytes T alors que celui découvert par Gallo est un vi­rus qui provoque la leucémie chez les malades atteints du SIDA. Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Ressources gratuites

 


L'historique du SIDA (Syndrome d'immun-déficience acquise) mêle étroitement les deux noms de Robert Gallo et de Luc Montagnier, ce dernier travaillant à l'Institut Pasteur.

Ce n'est qu'au début des années 1980 que l'on com­mence à faire mention d'une nouvelle maladie, le SIDA. Cette maladie terriblement meurtrière inquiète en raison de sa vitesse de propagation. Les laboratoires du monde entier planchent sur le problème.

En 1983, Robert Gallo exprime l'hyphotèse selon la­quelle la maladie qui détruit le système immunitaire, est la résultante de l'infection des lymphocites T par un rétrovirus". En 1983, l'équipe de Montagnier découvre effectivement un rétrovirus qui se trouve dans les lymphocytes T d'un malade au stade du pré­sida. Montagnier le baptise LAV. Dans le même temps, l'équipe de Robert Gallo découvre un virus qui pro­voque la leucémie chez les malades atteints du SIDA. II l'appelle IITLV-1. Chacun des chercheurs se targue d'avoir, enfui, découvert le responsable de la mala­die. En 1984, Robert Gallo admet s'être trompé et an­nonce avoir enfin découvert le rétrovirus en question (HTLV-3), le même que celui identifié un an auparavant par Montagnier.

Les enjeux financiers sont énormes et alimentent la polémique. La paternité de la découverte doit être prouvée pour pouvoir bénéficier des sommes prove­nant de la mise au point d'un test de dépistage du SIDA. Il faudra attendre 1987 pour que le problème soit résolu. Gallo et Montagnier s'accordent alors sur l'identité entre le HTLV-3 et le LAV. Une Commission de virologues le baptise HIV (Human Immuno-deficiency Virus). Finalement, la polémique trouve un


épilogue en mai 1991, lorsque Robert Gallo admet publiquement que le virus qu'il a découvert provient d'une culture que lui avait envoyée Montagnier. L'accord intervenu concernant le partage des droits provenant du test de dépistage entre les Etats-Unis et la France pourrait être remis en cause à la suite de cette déclaration.

Depuis 1987, on a mis en lumière l'existence de deux virus distincts. Nommés HIV1 et HIV2, ils diffèrent en raison de leur provenance géographique. Le premier est responsable de l'infection notamment en Europe, aux Etats-Unis et en Afrique centrale, l'autre sévit en Afrique de l'Ouest.

 

Mais les découvertes se succédèrent encore. Dernière­ment, on a identifié le virus HBLV, cofacteur d'infec­tion augmentant la virulence du SIDA. Espérons que Gallo et Montagnier, avec d'autres, contribueront à l'élaboration d'un remède plus efficace que l'AZT actuellement prescrit.

Liens utiles