Databac

Le travail permet-il à l'homme de s'accomplir ?

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Le travail permet-il à l'homme de s'accomplir ? Ce document contient 5819 mots soit 13 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« RAPPEL DE COURS: TRAVAIL & HOMME Cette valorisation malgré tout de l'activité que représente le travailpourrait être l'indice que le travail ne se réduirait pas à la nécessitébiologique (il faut travailler pour vivre).

D'abord il a une valeur morale: il oblige à l'effort et à la persévérance.

Ainsi Alain pense-t-il que letravail est une éducation de la volonté.

Il est même une éducation àla liberté, car nous ne sommes libres que si nous ne subissons pas lemonde, et nous ne le subissons pas si nous pouvons le modifier grâceà notre travail.

Un monde où tout serait donné à l'homme, où l'onn'aurait pas besoin de travailler, où les fleuves seraient de lait et lesrochers en chocolat est un rêve infantile, dit Alain, le rêve dequelqu'un qui ne connaît que ses désirs, qui est incapable de lesdiscipliner en se confrontant à la réalité et qui ne peut donc que selaisser dominer par elle.

Mais il y a plus : le travail serait le propre del'homme, ce qui permet à l'homme de réaliser son humanité.

C'est ceque veut montrer Hegel dans sa célèbre dialectique du maître et del'esclave.

Le maître fait travailler l'esclave pour la satisfaction de sespropres besoins et finit ainsi par en dépendre, tandis que l'esclavegrâce à son travail plie la nature à sa propre volonté.

L'esclavedevient ainsi le maître du maître et le maître l'esclave de l'esclave.Marx reprendra cette idée générale de Hegel : l'homme se réalisedans et par son travail parce qu'il peut s'y reconnaître.

En promouvant le travail au rang des activités essentielles del'homme, Hegel et Marx prennent le contre-pied d'une idée ancienne.Dans la Grèce antique, les activités de production (le travail) sontplutôt considérées comme une des plus animales et des moins nobles.C'est pourquoi on peut la confier à des esclaves, qu'Aristoteconsidérait comme des « machines animées ».

L'homme libre, lui, netravaille pas, et il ne viendrait pas à l'idée de Platon ou d'Aristote dedécrire les activités intellectuelles (philosophie, sciences) ou l'actionpolitique comme du « travail ».

Ainsi Aristote distingue-t-il trois typesde sciences : les sciences « théorétiques » (c'est-à-dire théoriques,comme la philosophie, les mathématiques ou la physique), lessciences « pratiques », c'est-à-dire les sciences de l'action (commela politique) et les sciences qu'il appelle « poïétiques », du grecpoïésis, qui veut dire fabrication, c'est-à-dire les connaissances donton a besoin pour fabriquer des objets.

Le travail relève à l'évidencede cette troisième sphère.

Or ces sciences sont d'inégale dignité.

Lessciences « théorétiques » sont les plus éminentes, parce que les plusdésintéressées (elles cherchent à savoir pour savoir), les sciences«poïétiques» les plus inférieures, car les plusassujetties au règne de la nécessité.

Pour Aristote, l'homme quiphilosophe accomplit davantage son humanité que l'homme quitravaille.

C'est cette hiérarchie des activités humaines que, contre Hegel etMarx, la philosophe américaine Hannah Arendt veut réhabiliter encantonnant le travail dans la sphère biologique (il faut travailler pourvivre) : une œuvre n'est pas simplement un produit.

Quelle est doncla signification véritable du travail humain ? Nécessité vitale oudignité de l'homme ? Cette question est une des questions centralesde la philosophie contemporaine. Termes du sujet: HOMME: Le plus évolué des êtres vivants, appartenant à la famille des hominidés et à l'espèce Homo sapiens (« homme sage »).• Traditionnellement défini comme « animal doué de raison », l'homme est aussi, selon Aristote, un « animal politique».

Ce serait en effet pour qu'il puisse s'entendre avec ses semblables sur le bon, l'utile et le juste que la naturel'aurait pourvu du langage. TRAVAIL: Du latin populaire tripalium, «machine à trois pieux » destinée à immobiliser les chevaux pour les ferrer, d'où « instrument de torture ».Toute activité visant à la production d'une oeuvre utile.

Spécialement, ensemble des activités accomplies parl'homme pour produire des biens et des services en contrepartie desquels il est rémunéré.• Le travail est souvent associe a la peine et a la souffrance.

Dans la Bible d'ailleurs, Dieu punit le premier péché enchassant Adam du jardin d'Eden et en l'obligeant à cultiver désormais une terre stérile : « Tu gagneras ton pain à lasueur de ton front ».• Pour Marx, le travail humain contribue à transformer l'homme tout autant que la nature.

En effet, contrairement à. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles