Databac

Le travail permet-il à l'homme de s'accomplir ?

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Le travail permet-il à l'homme de s'accomplir ? Ce document contient 1511 mots soit 3 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« Aide fournie par l'élève: Au premier abord, nous considérons généralement le travail comme une contrainte. Nous travaillons pour réussir nos études, pour gagner notre vie, pour satisfaire nos besoins et nous saisissonsrarement cette activité comme le lieu de l'accomplissement.

Bien au contraire, nous considérons que nous pouvonsmieux nous accomplir dans nos loisirs ou lors de notre temps libre.

Le travail apparaît ainsi en premier lieu commeune soumission au contraintes et à la nécessité voire même comme une punition.

Sur ce point, vous pouvez vousreporter au texte de la genèse dans la Bible qui fait du travail une punition divine.

Vous pouvez également penser àl'étymologie du terme qui l'assimile à un instrument de torture.

Vous pouvez également vous reporter aux analysesd'Aristote dans la Politique lorsqu'il montre en quoi l'homme libre, le citoyen est celui qui ne travaille pas.

Ce sont lesesclaves qui travaillent, qui sont soumis à la nécessité ce qui permet au citoyen de consacrer son temps à la vie dela cité.

Vous pouvez également montrer en quoi le travail peut être source d'aliénation.

Sur ce point, reportez-vousaux analyses de Marx qui montre en quoi le travail à la chaîne réduit l'ouvrier à une chose.

Marx parle ainsi deréification, le terme res venant du latin signifiant chose.

Dans ces conditions, si le travail est susceptible de réduirel'homme à une chose on saisit difficilement en quoi il pourrait être synonyme encore d'accomplissement.

Pourtant,vous pouvez remarquer en quoi l'absence de travail peut avoir aussi de lourdes conséquences.

Vous pouvez ainsimontrer en quoi celui qui a perdu son travail et qui ne parvient pas à en retrouver est souvent petit à petitdésocialisé.

Le travail pourrait apparaître ainsi comme ce qui permet à un individu de s'intégrer dans la société.

Unetelle intégration ne peut-elle pas être source d'accomplissement ? Par ailleurs, par son travail, par son activité,l'homme transforme la nature et le monde qui l'entoure.

Il pose ainsi sa marque dans les choses.

Le travail ne peut-ilpas alors apparaître encore en ce sens comme une source d'accomplissement ? Pensez ici aux analyses de Hegel.

SiAristote nous dit que seuls les esclaves travaillent et sont soumis à la nécessité, il n'en demeure pas moins quel'homme libre, le citoyen, se cultive, apprend à participer à la vie de la cité.

En grec, on désigne ainsi cette activitésynonyme de loisir par le terme skole qui a donné le terme d'école.

Ne peut-on pas assimiler cela à un travail ? Vouspouvez donc remarquer que l'on pourrait distinguer différentes formes de travail, un travail parfois peut-être sourced'aliénation et un autre source de développement, d'accomplissement de soi. Le travail est nécessaire à l'homme. «Il est de la plus grande importance d'apprendre aux enfants à travailler.

»Kant, Réflexions sur l'éducation (1776). • Le travail est l'activité par laquelle l'homme transforme la nature pour la plierà ses besoins.

La technique est l'ensemble des moyens qu'il met en oeuvrepour cela.

D'un côté, l'homme invente des outils pour mieux exploiter lesressources naturelles, de l'autre, ces outils deviennent eux-mêmes l'objet d'untravail.

Ce cycle voue l'homme à transformer indéfiniment la nature.• On peut y voir un cercle vertueux permettant à l'homme de progresser, nonseulement matériellement, mais aussi moralement.

C'est le cas par exemple deKant, pour qui le travail ne doit pas être vu comme une malédiction (Adamchassé du Paradis et voué à «manger son pain à la sueur de son front»),mais, d'une part, comme un moyen pour l'homme de ne pas s'ennuyer, etd'autre part, comme une ruse de la nature qui pousse l'homme à développerses facultés. Le travail dénature l'homme et l'aliène. «Le travail ne produit pas seulement des marchandises; il se produit lui-mêmeet produit l'ouvrier comme une marchandise.» Marx, Manuscrits de 1844. • Le cercle qui lie le travail et la technique peut néanmoins être interprété de manière moins optimiste.

Marx analysecomment la transformation technique de la nature va de pair avec une transformation de l'homme lui-même en objettechnique.

Dans la société industrielle capitaliste, l'ouvrier n'est pas le maître des machines sur lesquelles il travaille:il leur est asservi et la rationalisation de son travail le transforme lui-même en machine.• D'autre part, son travail devient une marchandise comme une autre.

Ainsi, «plus le monde des choses augmenteen valeur, plus le monde des hommes se dévalorise»: l'extrême division et rationalisation du travail et la séparationentre les producteurs et les détenteurs des moyens de production (entre le travail et le capital) déshumanisel'homme et crée une société toujours plus inégalitaire.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles