Databac

Le commentaire de texte (Méthodologie pour EAF)

Publié le 02/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Le commentaire de texte (Méthodologie pour EAF). Ce document contient 978 mots soit pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format PDF sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en: Echange.


remarques

Les textes de l'examen sont généralement des XIXe et XXe siècles. La proportion des œuvres en prose équilibre celle des poèmes. Cette année, seuls Balzac et Verlaine représentent le siècle dernier.

objectif

du commentaire composé

Il vise à mettre en évidence le fonctionnement d'un texte de haute tenue littéraire et ses intentions. Le souci du candidat doit être l'examen approfondi du passage.

deux dangers à éviter

• La paraphrase qui consiste à répéter ce que dit l'auteur sans rien apporter à la compréhension du lecteur.

• Les considérations vagues à propos de l'auteur avec, de loin en loin, des références au texte. Celui-ci constitue une unité qui doit se suffire.
 

conseils méthodologiques

Le commentaire composé au baccalauréat a la réputation d'être un exercice difficile : peu de candidats s'y mesurent. Et pourtant, un texte « facile « peut donner matière à un bon commentaire alors que le résumé risque d'entraîner l'élève dans les méandres d'une réflexion abstraite qu'il ne domine pas. Or, tout texte doit être « facile « si l'on sait le lire.

lecture du libellé

Le libellé comporte des indications dont il faut tenir compte, mais auxquelles il ne faut pas obéir aveuglément.

Ainsi, lorsqu'on demande de procéder à une étude précise du vocabulaire, de la syntaxe, des rythmes, éventuellement des rimes, le candidat ne doit, en aucun cas, en faire une partie de commentaire. Cette étude n'est que préparatoire et met en lumière les vrais thèmes.

De même, lorsqu'à la suite de l'extrait de Marcel Aymé, on indique comme thème le merveilleux, il ne s'agit pas d'un objectif, fixé au début du travail, ce qui risquerait de forcer le sens du texte. Le contenu du libellé est à interpréter comme autant de suggestions, de pistes pour orienter la première lecture du texte. En général, la situation du passage (11, 13, 17, 18) aide les candidats. L'absence de références (épreuve 12) les dissuade de prendre ce sujet.

de la lecture du texte à la recherche d'un plan

Le texte doit être lu et relu au début du travail. Il faut s'en imprégner en essayant d'analyser la nature du plaisir qu'on ressent, ou la nature de l'intérêt qui s'en dégage. Une autre démarche consiste à « minimiser « cette première impression subjective et à procéder directement à l'étude des procédés d'écriture.

Quel que soit l'ordre des étapes, l'explication linéaire prolonge nécessairement la première lecture. C'est un travail préparatoire du commentaire, qui se fait au brouillon. Le candidat se livrera scrupuleusement à l'étude soignée de chaque paragraphe, ne négligeant ni le vocabulaire, ni la syntaxe, en essayant (si cela est possible) de donner un titre au paragraphe ou à la strophe. Le relevé des champs lexicaux constitue, alors, une étape importante.

Mettant en relation les différents aspects du texte, le candidat tentera de rédiger un plan qui permette un enchaînement des thèmes évoqués. II évitera le plan-catalogue qui suit la progression linéaire du texte (certains textes s'y prêtent : celui de Verlaine pouvait inspirer un plan en deux parties correspondant aux deux principales strophes du texte).

Il n'y a pas de plan type comme pour la dissertation (thèse, antithèse, synthèse). Chaque texte inspire son plan. C'est pour cela qu'il faut lire, crayon à la main, et se poser sans cesse la question du comment (comment l'auteur s'y prend-il pour dire cela, pour susciter l'intérêt, l'émotion). Petit à petit une relation s'établit entre les différents éléments, les différents thèmes, et un plan peut s'articuler.

rédaction de la copie

L'introduction comporte trois points essentiels :

• Situation du texte : dans l'œuvre, si elle est connue de l'élève, ou dans le mouvement littéraire que représente l'auteur (romantisme, symbolisme, réalisme, etc.),

ou dans un type d'écriture représenté (texte lyrique, épique, etc.), ou dans l'époque considérée.

Si l'élève connaît bien l'écrivain, il doit résister à la tentation de dire tout ce qu'il sait. Il ne relève, en effet, que ce qui a un rapport avec le texte et qui l'éclairé de façon intéressante.

• Énoncé de l'idée principale du texte et de sa tonalité (attention ! il ne s'agit pas de résumer le texte, mais d'en souligner l'essentiel).

• Annonce du plan. Elle peut se faire soit par une phrase qui comporte nettement les thèmes qui structureront le devoir, soit par une série de deux (ou trois) interrogations.

Le développement. Le libellé du sujet fournit souvent une indication à l'élève et rappelle l'obligation de s'intéresser aux procédés stylistiques.

• Chaque partie, chaque paragraphe doit comporter une courte phrase d'introduction et de conclusion. Il faut ménager des transitions qui assurent une cohérence à la copie.

• Il est absolument nécessaire de citer le texte. Ne pas oublier les guillemets, savoir aussi qu'un vers doit tenir dans une ligne.

• Chaque citation introduite doit faire l'objet d'un examen précis ; c'est la raison pour laquelle elle ne doit pas être trop longue. Cinq ou six vers contiennent trop d'enseignements possibles. Le lien entre la phrase relevée (ou le vers) et l'analyse doit être tout à fait perceptible.

• Enfin le devoir doit être continu et progressif. Chaque détail, chaque remarque doivent être reliés à l'idée principale.

• Passer une ligne (ou deux) après le développement. La conclusion

Elle fait le bilan du devoir. Reprenant les idées les plus importantes de la copie, elle les relie nettement les unes aux autres. Elle se termine par une perspective plus vaste qui établit des rapports d'opposition ou de ressemblance avec d'autres textes, d'autres auteurs, ou d'autres mouvements littéraires.

La copie

Il est nettement conseillé de rédiger entièrement au brouillon l'introduction et la conclusion. Elles doivent être en effet d'une parfaite correction matérielle.

Rappelons que les titres des différentes parties ne doivent pas figurer sur la copie.

Les pages qui suivent ne donnent pas seulement un corrigé, elles fournissent aussi de nombreux conseils pour l'élaboration du commentaire. En les lisant avec soin, l'élève se forgera une méthode efficace qui lui permettra de choisir cet exercice trop souvent négligé.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles