Databac

Faut-il dire la science ou les sciences ?

Publié le 15/05/2020

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : Faut-il dire la science ou les sciences ? Ce document contient 1728 mots soit 4 pages. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système gratuit d’échange de ressources numériques. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en Philosophie.

« QUELQUES DIRECTIONS DE RECHERCHE • Remarquer que le libellé du sujet implique qu'il n'y a aucune expression totalement satisfaisante.• Qu'est-ce qui peut amener à parler de la science ?— l'interconnexion des sciences ?— un « esprit » scientifique commun à l'ensemble des activités scientifiques ?• Qu'est-ce qui peut conduire à refuser la légitimité de parler de la science ?— Cette expression tend à faire croire — qu'on le veuille ou non — à une unité des activités scientifiques quiapparaît singulièrement douteuse et par là même à orienter les recherches effectuées pour rendre compte de cesactivités vers des explications sans doute erronées.— On peut se demander si la notion de « la science » n'est pas une notion « idéologique » se fondant sur laproblématique sujet-objet mise en cause très sérieusement dans un certain nombre de développements des histoiresdes sciences récentes.En particulier parler de la « science », d'un « esprit scientifique », n'est-ce pas concevoir qu'il est légitime de tenterde définir des « critères de scientificité » (en général), faisant ainsi bon marché des processus réels par lesquels lesconnaissances scientifiques sont produites des sciences instaurées ?Cela ne renverrait-il pas l'essentiel des critères de scientificité vers le « psychologique » et le « moral »? INDICATIONS DE LECTURE • Sur l'histoire des sciences de Fichant (Maspero).Citation p.

100 : « Une science ne naît pas de la définition d'un objet, ni de la rencontre d'un objet, ni de l'impositiond'une méthode.

Elle naît de la constitution d'un corps de concepts, avec leurs règles de production...

Non seulementdes sciences différentes auront des formes différentes de devenir, mais au sein de l'unité nominale d'une mêmescience, des concepts ou des théories peuvent avoir des devenirs différents, des types de constitution ou deformation qu'on ne peut ramener à un modèle unique.

» Introduction. — En fait de langage, c'est l'usage qui fait loi, dit-on, mais en précisant : le bon usage, c'est-à-dire l'usage de ceux qui parlent bien.

Cette norme nous aidera à répondre à une question qui peut se poser lorsqu'onaborde l'épistémologie : faut-il dire la science ou les sciences ? L'épistémologie doit-elle se définir : la philosophie dela science ou bien la philosophie des sciences.Consultons d'abord l'usage.

Nous tâcherons ensuite de déterminer où se trouve le bon usage. 1.

— ACCEPTIONS USUELLES « Science » s'emploie au pluriel comme au singulier. A.

Au pluriel.

— Il y a une faculté des sciences dans laquelle on étudie les sciences mathématiques, les sciencesphysiques et les sciences naturelles.

La faculté de Droit est aussi la faculté des Sciences économiques.

Lessciences humaines relèvent de la faculté connue jusqu'à ces dernières années par la simple dénomination de «faculté des Lettres ».

On dit aussi « docteur ès sciences » (au pluriel), classe de « Sciences expérimentales »(également au pluriel)...

Voilà la façon officielle de parler.Le langage officiel ne fait que suivre l'usage commun.

On oppose couramment les élèves doués pour les sciences àceux qui ont plus de dispositions pour les lettres.

La méthode que Descartes expose dans son célèbre « Discours »doit aider à chercher la vérité dans les sciences »... B.

Au singulier, les emplois sont, sinon plus nombreux, du moins plus divers. Signalons d'abord, bien que dans la question posée il s'agisse uniquement de « la science », que le terme seconstruit également avec une » qui peut remplir deux fonctions grammaticales distinctes : article indéfini (traiterune question avec une science consommée) ; adjectif numéral (la physique n'est plus une science, mais l'ensemblede plusieurs sciences).L'article défini, dans le cas actuel, n'a pas un emploi aussi universel qu'on pourrait le croire.

Alors qu'on dit : laphysique, la chimie, la biologie, on ne dit pas : la science physique, la science chimique, la science biologique.

Ondira bien : les mathématiques, la mathématique, les sciences mathématiques, mais non la science mathématique.On parle des progrès de la science comme des progrès des sciences ; mais les deux termes ne sont pas, semble-t-il,rigoureusement synonymes.

La nuance qui les distingue apparaîtra peut-être grâce à cette remarque : on étudie lessciences, mais non la science.

Opposée aux sciences, la science c'est la connaissance, le savoir, l'instruction...Il est plus classique d'opposer la science à l'art.

L'art a pour fonction de produire soit des choses utiles (l'art del'artisan), soit des oeuvres belles (l'art de l'artiste).

La science, elle, procure le savoir ou consiste dans ce savoirmême.

Mais l'art, lui aussi, comporte un savoir particulier, un savoir-faire.

: il y a une science du dialogue, de lavente ; le peintre doit avoir la science des couleurs ; la femme d'un ministre, la science du monde...Mais quand on parle des progrès de la science, d'un grand serviteur de la science, on ne songe pas à l'instruction,au savoir individuel ou même collectif.

« La science » désigne alors l'ensemble des sciences particulières dont les. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles