Databac

ÉPÎTRE, substantif féminin.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : ÉPÎTRE, substantif féminin. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

ÉPÎTRE, substantif féminin.  

A.—  Lettre missive, en prose, écrite par un auteur ancien. Épîtres de Cicéron (Dictionnaire de l'Académie française.  1798-1932). 

—  Par extension, familier.  Lettre généralement assez longue. Je lui ai écrit aussi une assez longue épître, pour le prier de soutenir vivement ma cause (JACQUES RIVIÈRE, Correspondance [avec Alain-Fournier] , 1905, page 38) : 

Ø Dans ma dernière lettre, je vous disais que j'avais reçu une longue lettre de notre ami Thun, que cette épître arrivée par une voie détournée était remplie de choses confidentielles auxquelles je ne puis répondre par la poste sans compromettre mon correspondant, attendu que les conservateurs allemands ont l'habitude d'ouvrir les lettres... 

ALEXIS DE TOCQUEVILLE, Correspondance avec Henry Reeve, 1838, page 41. 

B.—  Par extension.  Genre littéraire en vers traitant de sujets variés (littéraires, moraux, religieux, etc.) à la manière d'une lettre, avec parfois une pointe badine ou satirique. Épîtres de Boileau. J'ai l'habitude de lire quelque ode ou quelque épître de mon Horace avant de me coucher (VICTOR-JOSEPH ÉTIENNE, DIT DE JOUY, L'Hermite de la Chaussée-d'Antin, tome 5, 1814, page 57 ). Le vers léger, le vers des épîtres de Voltaire (GUSTAVE FLAUBERT, Correspondance,  1846, page 356 ). 

C.—  EXÉGÈSE et LITURGIA.  

1. Lettre missive, en prose, écrite par un apôtre ou un père apostolique et destinée à une communauté chrétienne ou parfois à un particulier. Épître aux Romains, aux Corinthiens, aux Éphésiens, aux Hébreux; épîtres catholiques*. Il faut que je revienne (...) aux divines écritures, surtout à l'évangile et aux épîtres apostoliques (FÉLIX ANTOINE PHILIBERT DUPANLOUP, Journal intime,  1851-76, page 82 ). Les épîtres de saint Paul sont antérieures aux évangiles (JULIEN GREEN, Journal, 1937, page 105 ). 

2. Par extension et par métonymie. 

a) [Dans la liturgie antérieure au Concile de Vatican II]  Passage de l'Ancien ou du Nouveau Testament et, le plus fréquemment, d'une Épître du Nouveau Testament, lu ou chanté à la messe ou début de la liturgie de la parole. Synonymes : récent première, deuxième lecture. L'épître qu'on chantait ce jour-là à la messe et qui était tirée de la fin du dixième chapitre des Proverbes (CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Port-Royal, tome 2, 1842, page 28 ). 

—   [Avec un complément de nom désignant :] 

·    [le passage qui est lu]  Je viens de lire l'épître de l'enfant ressuscité par Élisée (EUGÉNIE DE GUÉRIN, Journal intime, 1838, page 178 ). 

·    [le jour, la fête où cette lecture est faite]  L'épître et l'évangile du dimanche de Quasimodo (CHARLES DU BOS, Journal, 1928, page 84 ). L'épître de l'Immaculée Conception (PAUL CLAUDEL, Un Poète regarde la croix,  1938, page 94 ). 

b) Vieilli.  Moment où l'épître est lue ou chantée. Il est bien en retard, il arrive à l'épître (HONORÉ DE BALZAC, La Maison Nucingen,  1838, page 619 ). 

c) Côté de l'épître. Côté droit, vu des fidèles, de l'autel, du choeur où est faite cette lecture. M. Lestrange occupait la première stalle du côté de l'épître (ANDRÉ BILLY, Introïbo,  1939, page 109 ). 

Remarque : On rencontre dans la documentation a) Épistole, substantif féminin, vieilli et familier Lettre adressée à quelqu'un. Synonyme populaire : bafouille. Pierre [Louys] m'écrivit déjà la plus charmante, la plus intime épistole (Paul Valéry, Correspondance [avec Gide] , 1890-1942, page 133). b) Épistolographe, substantif masculin, vieux. Écrivain de l'Antiquité ayant composé des épîtres. Les épistolographes grecs, latins (Dictionnaire de l'Académie Française 1835, 1878). c) Épistolographie, substantif féminin, vieux. Art d'écrire des épîtres. Pour éviter les fraudes nombreuses auxquelles donnaient lieu (...) les conditions matérielles de l'épistolographie antique, Paul avait coutume d'envoyer aux Églises un spécimen de son écriture (Ernest Renan, St-Paul, 1869, page 233). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 538. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 737, b) 1 341; XXe.  siècle : a) 664, b) 540. 

Liens utiles