Databac

ÉPINARD, substantif masculin.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : ÉPINARD, substantif masculin. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

ÉPINARD, substantif masculin.  

A.—  BOTANIQUE et.  usuel. 

1. Plante potagère à graines épineuses, dont les feuilles d'un vert sombre se consomment généralement cuites. Épinard de Viroflay. Les feuilles d'épinard sont nettement caractérisées par la présence sur leur épiderme de poils glanduleux (DOCTEUR GUSTAVE PLANCHON, E. COLLIN, Les Drogues simples d'origine végétale, tome 1, 1895-96, page 488 ). Dans le fruit d'épinard (...) le calice s'est développé en donnant deux pointes (LUCIEN PLANTEFOL, Cours de botanique et de biologie végétale, tome 1, 1931, page 523 ). En laissant macérer des feuilles d'épinard ou d'ortie pendant 24 heures dans de l'alcool ou de l'acétone, la chlorophylle brute diffuse et les chloroplastes sont décolorés (HENRI CAMEFORT, A. GAMA, Sciences naturelles (Classe de philosophie, mathématiques et sciences expérimentales)  1960, page 331 ). 

—   Domaine culin., au pluriel. Épinards hachés, en branche(s), en purée, à la crème, au gratin, au jus; tourte d'épinards; (une boîte d')épinards en conserve. Un mets digne de la table des rois, un plat d'épinards à la graisse de cailles (JEAN-ANTELME BRILLAT-SAVARIN, Physiologie du goût ou Méditations de gastronomie transcendante,  1825, page 133 ). [La merluche] si vous la voulez verte, vous pilez des épinards dont vous joignez le suc (Les Grandes heures de la cuisine française, Grimod de la Reynière, 1838, page 159) : 

Ø 1.... le dîner commença. Il n'y avait point la morue prédite, mais une anguille chapelurée, nageant dans une eau échalotée qui sentait le cuivre, des oeufs mollets crevés sur des épinards au sucre, des pommes de terre frites, une crème liquide au caramel, du gruyère et des noix;...

GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, L'Oblat, tome 2, 1903, page 45. 

·    Spécialement. Vert d'épinard. Jus vert provenant des épinards cuits et hachés. 

Remarque : Attesté dans DICTIONNAIRE UNIVERSEL DE LA LANGUE FRANÇAISE  (LOUIS-NICOLAS BESCHERELLE) 1845, DICTIONNAIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (ÉMILE LITTRÉ), DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE QUILLET 1965. 

2. Par extension.  Légume dont l'apparence se rapproche de celle de l'épinard et que l'on accommode de la même façon. Épinard d'été (synonyme tétragone), épinard-fraise (synonyme blette) (Dictionnaire de l'Académie Française). 

B.—  Par analogie. 

1. [Par référence à la couleur des feuilles]  Vert épinard ou par ellipse épinard, adjectif invariable Vert sombre et soutenu. Je commence à en avoir soupé d'Infreville et du reste, tous ces petits coins vert épinard (MARCEL PROUST, Sodome et Gomorrhe,  1922, page 800 ). Je m'avisai de ses ongles [de ma voisine] . Leur ordure, une ordure particulière, un peu épinard, me frappa d'une réminiscence précise (JACQUES AUDIBERTI, Le Mal court,  1947, I, page 144 ). 

—   Domaine de la peinture, péjoratif, familier. Paysage épinard, aux épinards et par ellipse épinard(s); plat d'épinards. Peinture médiocre représentant un paysage où domine le vert. [Le] mérite du paysage [de M. Le Roy] qui était probablement un plat d'épinards sans perspective aérienne (HENRI BEYLE, DIT STENDHAL, Vie de Henry Brulard, tome 1, 1836, page 187 ). Lambert. —  Tu crois faire de la peinture, tu ne fais que des épinards. Rouquérolle. —  C'est vrai, je vois vert... J'ai le malheur de voir vert! (EUGÈNE LABICHE, Le baron de Fourchevif,  1859, 10, page 412 ). Le mercier amateur de jolis paysages épinard (DAUMIER DANS LES EXCENTRICITÉS DU LANGAGE FRANÇAIS  (LORÉDAN LARCHEY), Les Excentricités du langage,  1865, page 123) : 

Ø 2.... Oscar (...) me conduisit dans son atelier, où je surpris l'abus qu'il faisait du vert et du jaune; il (...) tapissa mon salon de tous les paysages aux épinards et au beurre frais dont il ne savait comment se débarrasser.

LOUIS REYBAUD, Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale,  1842, page 161. 

2. [Par référence à la forme de la graine]  Graine d'épinard. Élément de décoration (d'une frange, d'un gland) en forme de graine d'épinard. Frange à graine d'épinards. Un énorme chapeau avec des glands à torsades mêlées de graines d'épinards (HENRI BEYLE, DIT STENDHAL, Journal, tome 2, 1805-08, page 448 ). [L'évêque] coiffé de son chapeau plat qui laissait passer par ses trois cornes trois glands d'or à graine d'épinards (VICTOR HUGO, Les Misérables, tome 1, 1862, page 27 ). 

—   Domaine militaire,  populaire et vieux.  (Épaulette à) graine d'épinards ou par ellipse épinard. Insigne torsadé des officiers généraux représentant un grade supérieur dans l'armée française. Peut-il y avoir rien de plus déshonorant au monde, s'écria Leuwen, immobile à sa place, que de s'obstiner à lutter ainsi contre l'absence de rang! Ce démon ne me pardonnera jamais l'absence des épaulettes à graines d'épinards (HENRI BEYLE, DIT STENDHAL, Lucien Leuwen, tome 2, 1836, page 18 ). On doit voir qui vous êtes. Une femme de chambre est une femme de chambre (...). Pourquoi donc a-t-on des épaulettes à graines d'épinards dans le militaire? À chacun son grade! (HONORÉ DE BALZAC, Le Cousin Pons,  1847, page 149 ). Les grands qui viennent au monde avec des épinards d'amiral sur l'épaule (DESNOYER DANS LES EXCENTRICITÉS DU LANGAGE FRANÇAIS  (LORÉDAN LARCHEY)  1862, page 172 ). 

·    Par métonymie.  Grade des officiers supérieurs dont cette épaulette est l'insigne. La graine d'épinards me fut dévolue à une belle majorité. Mais qu'est-ce que la graine d'épinards si le ruban rouge ne la relève pas? (LOUIS REYBAUD, Jérôme Paturot à la recherche d'une position sociale, 1842, page 220 ). 

3. [Par référence à la couleur et à la consistance]  Argot. Plat d'épinards. \" Bouse de vache rencontrée en plein champ \" (Lucien Rigaud, Dictionnaire du jargon parisien, 1878, page 135). 

C.—  Locutions verbales, figurées. 

1. Familier.  [Par référence au mode de préparation des épinards]  Accommoder, beurrer les épinards; mettre du beurre dans les épinards. Améliorer une situation. Ne vous fâchez pas [que nous ne puissions vous donner que 2 francs 50 sur les 4 francs 50 du compte] , mon brave [cabaretier] ; si cela accommodait les épinards, à la bonne heure (FRANÇOIS VIDOCQ, Mémoires de Vidocq, chef de la police de sûreté jusqu'en 1827, tome 3, 1828-29, page 146 ). Dis donc, ma biche, je ne te retiens pas... T'es pas encore trop mal quand tu te débarbouilles (...) Dame! Si ça devait mettre du beurre dans les épinards! (ÉMILE ZOLA, L'Assommoir,  1877, page 748 ). Alors voilà; c'est fini d'la convalo. L'bonhomme il a combiné ça avec el marquis; on rentre demain à Pantruche... et après-demain... tu peux commencer à beurrer les épinards! (RENÉ BENJAMIN, Gaspard, 1915, page 152 ). 

—  Par extension, rare. Raccommoder les épinards. Améliorer les relations entre des personnes. Quoiqu'il est dit que la poule ne doit pas chanter plus haut que le coq, je pacifie tant que je veux pour à c'te fin de racommoder les épinards avant que ça se gâte définitivement (HONORÉ DE BALZAC, Œuvres diverses, tome 1, 1824-30, page 575 ). 

2. Argot de la pègre et de la prostitution. Aller, passer aux épinards. Recevoir de l'argent d'une prostituée (en qualité de souteneur) ou de sa maîtresse. Ohé! (...) T'as passé aux épinards? (...) Tu as reçu de l'argent de ta maîtresse? (LUCIEN RIGAUD, Dictionnaire de l'argot moderne,  1881, page 208 ).  Confer aussi Idem, Dictionnaire du jargon parisien, 1878, page 135 et Dictionnaire de la langue verte (Hector France) 1907. 

—  Par extension, populaire. Aller aux épinards. \" Vivre sans soucis \" (Charles-Louis Carabelli [Langage populaire] ). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 79. 

Liens utiles