Databac

ENCOMBRÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : ENCOMBRÉ, -ÉE, participe passé et adjectif. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

ENCOMBRÉ, -ÉE, participe passé et adjectif.  

I.—  Participe passé de encombrer* 

II.—  Adjectif. 

A.—  [En parlant d'un lieu, parfois d'une personne, d'une partie du corps]  Qui est rempli à l'excès de choses, parfois de personnes. Ciel encombré, rue encombrée. Ce vol insolite du grain (...) multiplierait ici les places vides, et là, les points encombrés (JOSEPH DE PESQUIDOUX, Le Livre de raison,  1928, page 3 ). 

B.—  Au figuré. 

1. [En parlant d'un inanimé abstrait, en particulier d'un espace abstrait, d'un secteur de l'activité humaine]  Qui est envahi de façon excessive. Les carrières sont rares et bien encombrées (FÉLICITÉ-ROBERT DE LAMENNAIS, Lettres inédites... à la baronne Cottu,  1839, page 303 ). Prière de façade (...) trop magnifique et trop encombrée (ABBÉ HENRI BREMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, tome 4, 1920, page 156 ). 

2. [En parlant d'une personne ou d'un de ses attributs]  Qui est envahi d'un point de vue moral, intellectuel, spirituel ou par un excès d'occupations. Dans cette tête encombrée, les idées, les phrases se bousculaient sans pouvoir sortir (ALPHONSE DAUDET, Trente ans de Paris, 1888, page 106 ). 

—  Emploi comme substantif. Il existe un indécis riche (...); c'est un encombré (EMMANUEL MOUNIER, Traité du caractère,  1946, page 418 ). 

 Fréquence absolue littéraire : 879. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 687, b) 1 548; XXe.  siècle : a) 1 456, b) 1 446. 

 

Forme dérivée du verbe \"encombrer\"

 encombrer

ENCOMBRER, verbe transitif.  

A.—  [Le sujet désigne un objet concret, parfois un être animé, une collectivité; le complément d'objet direct désigne parfois une personne, une partie du corps, une collectivité, le plus souvent un objet concret, en particulier un lieu, un espace] 

1. Encombrer quelque chose ou quelqu'un..  Occuper à l'excès au point d'embarrasser, d'obstruer; être source de gêne par le volume, le nombre. Encombrer un trottoir; la foule encombre un lieu; (être) encombré de ballots, de débris, de meubles; chambre encombrée de quelque chose Après avoir débarrassé cette table des livres et des papiers qui l'encombraient (ALEXANDRE DUMAS PÈRE, Le Comte de Monte-Christo, tome 2, 1846, page 451 ). De simples ruisseaux encombrés de petits joncs et envahis par les orchidées (JULES VERNE, Les Enfants du capitaine Grant, tome 2, 1868, page 202 ). 

—  Encombrer quelque chose ou quelqu'un de quelque chose, (rare) avec quelque chose. Trois personnes (...) se placèrent auprès de moi dans la voiture, qu'elles encombrèrent de paquets et de cartons (VICTOR-JOSEPH ÉTIENNE, DIT DE JOUY, L'Hermite de la Chaussée-d'Antin, tome 4, 1813, page 9 ). 

—  Employé absolument. Les meubles (...) n'ajoutent rien, encombrent plutôt (JULIEN GREEN, Journal,  1935-39, page 199 ). 

2. Emploi pronominal. 

a) Sens passif. La chambre s'encombrait, les tiroirs allaient déborder (ÉMILE ZOLA, Le Docteur Pascal,  1893, page 179 ). 

—  S'encombrer de, (rare) par. Les tables (...) s'encombrent de roses blanches, bleues, rouges, roses et jaunes (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, Claudine à l'école,  1900, page 266 ). 

b) Sens réfléchi. Ne voulant pas m'encombrer de bagages (VICTORIEN SARDOU, Rabagas,  1872, II, 11, page 78 ). 

c) Sens réciproque. Les tombereaux venaient s'encombrer à la file (ALPHONSE DE LAMARTINE, Jocelyn,  1836, page 780 ). 

B.—  Au figuré. 

1. [Le sujet désigne une personne, un inanimé concret ou abstrait; le complément d'objet direct désigne un inanimé abstrait, en particulier un espace abstrait, un secteur de l'activité humaine]  Envahir à l'excès. Encombrer le marché. Ce qui prendrait deux minutes semble devoir encombrer une journée entière (HENRI-FRÉDÉRIC AMIEL, Journal,  1866, page 245 ). Vous n'encombrerez plus le palmarès, hein? Vous en laisserez pour les autres, hein? (JOSEPH MALÈGUE, Augustin ou le Maître est là, tome 1, 1933, page 74 ). 

—  Emploi pronominal passif. L'idée de consonance (...) s'encombre de notions nouvelles (CHARLES LALO, Esquisse d'une esthétique musicale scientifique,  1908, page 139 ).  Confer aussi boucher1  exemple 42. 

Remarque : On rencontre dans la documentation, en ce sens, avec une nuance péjorative, le substantif masculin encombreur désignant une personne Ces mille encombreurs de la science (LOUIS-FERDINAND CÉLINE, Mort à crédit, 1936, page 399). 

2. [Le complément d'objet direct désigne une personne, un inanimé relatif à une personne, parfois une collectivité] 

a) [Le sujet désigne une personne, parfois une collectivité]  Causer de l'embarras par sa présence, son existence. Encombrer quelqu'un de sa personne : 

Ø Dans la candeur et l'intensité de son zèle, il ne craint pas d'importuner la jeune malade; il ne s'aperçoit même pas qu'il l'encombre un peu.

ABBÉ HENRI BREMOND, Histoire littéraire du sentiment religieux en France, tome 3, 1921, page 12. 

—  Emploi pronominal réfléchi. Ne t'encombre pas de lui ce jour-là (JACQUES RIVIÈRE, Correspondance [avec Alain-Fournier] , 1907, page 275 ). 

b) [Le sujet désigne un inanimé] 

—   Gêner, embarrasser d'un point de vue matériel (richesse, santé), moral, intellectuel, spirituel. [La mélancolie] c'est un sentiment qui me gêne et m'encombre (ANDRÉ GIDE, Journal,  1930, page 1013 ). Ta mémoire qu'encombrent mille souvenirs futiles (FRANÇOIS MAURIAC, Le Noeud de vipères,  1932, page 59 ). 

·    Emploi pronominal réfléchi. Elle s'encombre d'un tas de préjugés élégants et néfastes (CLAUDE FARRÈRE, L'Homme qui assassina,  1907, page 179 ). 

—   Surcharger de travail, d'occupations. Tout dépendra un peu des avalanches de lettres et d'affaires et de travaux qui m'encombrent ici (VICTOR HUGO, Correspondance,  1849, page 5 ). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 561. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 428, b) 984; XXe.  siècle : a) 904, b) 952. 


Liens utiles