Databac

DRAGUE1, substantif féminin.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : DRAGUE1, substantif féminin. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

DRAGUE2, substantif féminin.  

A.—  Aller à, faire la drague (Dictionnaire historique des argots français (GASTON ESNAULT)). Aller à, faire la maraude. 

B.—  Action de flâner à la recherche d'une aventure galante. Être fort à la drague. Confer La Drague de Guy Bedos dans L'Avant scène, no.  538, 1er.  avril 1974, page 23. 

 

 

 

Forme dérivée du verbe \"draguer\"

 draguer

DRAGUER, verbe transitif.  

A.—  [Correspond à drague1; le sujet désigne un engin et dans l'emploi factitif la personne qui le manipule] (Faire) racler un sol ou un fond pour un usage déterminé. 

1. PÊCHE. (Faire) traîner une drague, un chalut sur le fond, pour pêcher notamment des poissons plats et des coquillages. Draguer des huîtres. Sa coque sombre invisible dans la nuit noire, passait en pleine mer, draguant dans l'eau froide son lourd chalut où mouraient les soles des dîners de demain (PIERRE HAMP, Marée fraîche,  1908, page 75 ). Les concrétions phosphatées, draguées en grand nombre sur l'Agulhas Bank, au sud du cap de Bonne-Espérance, et de formation certainement bien antérieure à l'époque actuelle (LUCIEN CAYEUX, Causes anciennes et causes actuelles en géologie,  1941, page 31 ). 

—  emploi absolu. Draguer (les fonds). Les vapeurs naviguent souvent trente heures pour atteindre les pêches de fond, vers l'Irlande ou l'Espagne, et reviennent en draguant au chalut (PIERRE HAMP, Marée fraîche,  1908 page 14 ). Nous gagnâmes un chenal d'eau libre le long de terre où nous draguâmes, sondâmes et recueillîmes des températures et échantillons d'eau de mer (JEAN-BAPTISTE CHARCOT, La Mer de Groënland,  1929, page 61 ). 

2. MARINE. (Faire) racler en traînant un engin (câble ou grappin) adapté à l'enlèvement notamment des mines sous-marines. Droit pour les alliés et les États-Unis, en dehors des eaux territoriales allemandes, de draguer tous les champs de mines et de détruire les obstructions placées par l'Allemagne, dont l'emplacement devra leur être indiqué (MARÉCHAL FERDINAND FOCH, Mémoires pour servir à l'histoire de la guerre de 1914-1918, tome 2, 1929, page 314 ). 

—  Par extension.  [En parlant d'une ancre qui chasse (confer ancre)]  \" Racler le fond sans y mordre \" (Dictionnaire de la langue française (ÉMILE LITTRÉ)). L'ancre drague le fond (DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE ET ANALOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (PAUL ROBERT) ). 

—  Par métaphore.  Ramasser comme le ferait une drague : 

Ø 1. Quand la nuit eut dragué dans ses plis le reste d'or qui traîne sur les champs vers le soir, il y eut une heure fraîche, où les herbes commencèrent à boire la rosée.

RENÉ BAZIN, Le Blé qui lève,  1907, page 202. 

3. Par extension.  TRAVAUX PUBLICS.  

a) Nettoyer le fond d'une rivière, d'un bassin, d'un port au moyen d'une drague. Draguer un port, un estuaire; draguer la vase, les sédiments. Synonyme : curer. Lorsqu'il y aura nécessité de draguer une partie de rivière que l'on sait être un lieu de reproduction pour les truites ou pour toute autre espèce qui fraye dans les cailloux, il faudra ne faire l'opération qu'après les éclosions (Code de la pêche fluviale. 1875, page 134 ). 

—  Par analogie. Il faudrait bâtir la digue que l'ingénieur Prony avait vérifiée possible. Par elle, le flux et le reflux devenus plus actifs, dragueraient chaque jour le port, assainiraient la ville (JULES MICHELET, Sur les chemins de l'Europe,  1874, page 476 ). 

b) Nettoyer un terrain. On commence par draguer toute la partie du terrain affouillable et compressible recouvrant la couche choisie pour y asseoir les fondations (ERNEST DEGRAND, JEAN RÉSAL, Ponts en maçonnerie,  1888, page 183 ). 

B.—  [Correspond à drague2 ] Au figuré et avec une nuance argotique. 

1. [Le complément désigne une personne ou une chose]  Rôder à la recherche de. Draguer au flan. Synonymes : chercher, rechercher. Draguons donc Paris, et ravitaillons-nous, tant bien que mal, du reste (JULES LAFORGUE, Les Complaintes,  1885, page 129 ). 

—  emploi absolu. Les poulets, bien sûr, dragueraient dans Montmartre (...). Mais y se casseraient le tarin à vouloir piger (LANGUE VERTE ET NOIRS DESSEINS  (AUGUSTE LE BRETON), Du Rififi chez les hommes,  1953, page 30 ). Ses potes [d'Antoine, victime de coups de couteau] draguaient à la recherche du coupable (JULES SIMON, Petit Simonin illustré par l'exemple,  1957, page 243 ). 

2. [Le complément désigne une personne]  Entrer en relation pour nouer une aventure galante. Synonymes : racoler, lever. D. (personnage masculin d'un film) « drague » les filles (étrangères) séduites par l'exotisme (Le Monde.  30 septembre 1969, dans le Dictionnaire des mots nouveaux (PIERRE GILBERT), 1971 ). 

—  Absolument.  Déambuler à la recherche d'une aventure galante. Depuis près d'une heure, je draguais dans Montmartre (...). C'était bien du flan ma virée, au fond (JULES SIMON, Touchez pas au grisbi,  1953, page 141) : 

Ø 2. Le calme. Neuf heures. Les quelques amateurs de cinéma venaient de passer. Plus rien, à part une voiture, un jeune qui tourne, passe et repasse et ralentit devant les terrasses, draguant dans le vide.

CLAUDE COURCHAY, La Vie finira bien par commencer, Paris, Gallimard, 1972, page 49. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 15 


 

DRAGUE1, substantif féminin.  

Engin servant à racler le fond (de la mer, d'un lac, d'un fleuve, etc.) pour recueillir ou ramasser quelque chose ou pour nettoyer. 

A.—  [L'idée dominante est celle de récupération, de saisie] 

1. PÊCHE.  Nasse employée pour la pêche à la traîne, dont l'embouchure possède à la partie inférieure une forte racloire destinée à arracher les coquillages se trouvant sur les fonds marins ou les rochers. Pêcher à la drague; drague à huîtres, à moules. La drague rapporte de ces profondeurs, parfois en surprenante abondance, des dents de requins et des caisses tympaniques de baleines (ALBERT DE LAPPARENT, Abrégé de géologie,  1886, page 42) : 

Ø 1. Nous donnâmes plusieurs coups de drague en partant; et nous prîmes des huîtres, auxquelles étaient attachées des poulettes, petites coquilles bivalves que très-communément on rencontre pétrifiées en Europe...

Voyage de la Pérouse autour du monde (MILET DE MUREAU)  tome 3, 1797, page 25. 

Remarque : 1. \" On comprend sous le nom générique de drague les pêches qui se font à la traîne avec des filets à manche \" (Traité général des Eaux et Forêts - Chasses et pêches (JACQUES-JOSEPH BAUDRILLART) 1827); sens vieilli. 2. Plusieurs dictionnaires généraux (Dictionnaire de la langue française (ÉMILE LITTRÉ), Dictionnaire des dictionnaires (SOUS LA DIRECTION DE PAUL GUÉRIN) 1892, Grand Larousse de la langue française en six volumes) attestent le diminutif draguette, substantif féminin Petite drague. 

2. MARINE.  

a) Câble lesté ou grappin de fer qu'on promène au fond de l'eau pour en tirer les objets immergés. Il y avait alors plus de trois jours et trois nuits que nous n'avions rien bu ni mangé (...). Nous fîmes une espèce de drague en plantant quelques clous (...) dans deux pièces de bois (...) nous les jetâmes dans la cabine et les promenâmes ça et là, avec le faible espoir d'accrocher quelque article qui pût servir à notre nourriture (CHARLES BAUDELAIRE, Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, traduit d'Edgar Poe,  1858, page 119 ). 

b) Emplois spéciaux. 

—  Drague pour mines sous-marines (DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE ET ANALOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (PAUL ROBERT) ). Filin remorqué par un navire, immergé à profondeur constante et muni de cisailles qui coupent les orins des mines rencontrées pour les faire remonter à la surface. 

—  Drague hydrographique ou flottante (Grand Larousse de la langue française en six volumes). Filin remorqué par deux embarcations, maintenu horizontalement à la profondeur désirée par des flotteurs et qui sert à repérer les roches sous-marines. 

B.—  [L'idée dominante est celle de nettoyage]  MARINE et TRAVAUX PUBLICS.  Engin conçu et utilisé pour enlever à des fins de nettoyage et de curage ce qui se trouve au fond généralement de l'eau : 

Ø 2.... mais cet immense chantier de travail sans lendemain et d'entreprise sans échéance est la plupart du temps à l'abandon, les dragues, les maries-salopes, les chalands envasés dans les eaux noires de rouille où mijote et se détériore une machinerie en panne...

BLAISE CENDRARS, Bourlinguer,  1948, page 305. 

—  Spécialement. 

·    Drague à main, à bras. Pelle très creuse, à long manche, permettant de curer les eaux peu profondes ou les puits (d'après Dictionnaire des sols (GEORGES PLAISANCE, ANDRÉ CAILLEUX) 1958). 

·    Drague mécanique. Machine montée sur une construction flottante (chaland, bateau, ponton) dont le travail consiste à curer les canaux, rivières, ports, etc. afin qu'ils restent navigables. Synonymes : dragueuse, revoyeur, curemôle. 

·    Drague à claie. \" Instrument aratoire employé pour approfondir les labours sans ramener à la surface la terre du fond; c'est une sorte de sous-soleuse \" (Vocabulaire de géographie agraire (PAUL FÉNELON) 1970). 

·    Drague à chapelets, à godets, à échelles; drague aspirante ou suceuse. Les types de dragues sont très nombreux. En France, on n'emploie que la drague à échelles ou à godets et la drague aspirante ou suceuse (J. BOURDE, Les Travaux publics,  1929, page 135) : 

Ø 3. La vallée maintenant s'éveillait, emplie de lumière et de mouvement. Une drague au loin se mit à haleter, tandis qu'on entendait le bruit sourd des graviers roulant dans les godets, dont la chaîne remontait des profondeurs du fleuve. Chaque fois qu'un godet arrivait au sommet de la drague, le soleil y accrochait une lueur, rapide comme un éclair.

ÉMILE MOSELLY, Terres lorraines,  1907, page 216. 

Par métaphore. Les badauds, enracinés par la curiosité et l'horreur, se pressaient plus nombreux encore à l'entrée de la rue Jean-Goujon (...). On faisait la chaîne, une drague dont chaque godet humain passait au suivant, avec des gestes saccadés, des seaux pliants qui partaient pleins et arrivaient vides (PAUL MORAND, Fin de siècle,  1957, page 157 ). 

·    Drague rotative. Les dragues rotatives (...) effectuent simultanément le creusement et le curage (JULIEN-NAPOLÉON HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines,  1905, page 985 ). 

—  Par analogie.  MÉDECINE.  \" Sorte de curette en mousse, généralement à longue tige, agissant d'avant en arrière, utilisée surtout pour l'évacuation des corps étrangers dans un conduit naturel \" (Dictionnaire français de médecine et de biologie (ALEXANDRE MANUILA, LUDMILLA MANUILA, M. NICOLE, H. LAMBERT) tome 1 1970). Drague biliaire du Dr Desjardins (Catalogue d'instruments de chirurgie de la Maison Collin, 1935, page 236 ). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 17 

 

Forme dérivée du verbe \"draguer\"

 draguer

DRAGUER, verbe transitif.  

A.—  [Correspond à drague1; le sujet désigne un engin et dans l'emploi factitif la personne qui le manipule] (Faire) racler un sol ou un fond pour un usage déterminé. 

1. PÊCHE. (Faire) traîner une drague, un chalut sur le fond, pour pêcher notamment des poissons plats et des coquillages. Draguer des huîtres. Sa coque sombre invisible dans la nuit noire, passait en pleine mer, draguant dans l'eau froide son lourd chalut où mouraient les soles des dîners de demain (PIERRE HAMP, Marée fraîche,  1908, page 75 ). Les concrétions phosphatées, draguées en grand nombre sur l'Agulhas Bank, au sud du cap de Bonne-Espérance, et de formation certainement bien antérieure à l'époque actuelle (LUCIEN CAYEUX, Causes anciennes et causes actuelles en géologie,  1941, page 31 ). 

—  emploi absolu. Draguer (les fonds). Les vapeurs naviguent souvent trente heures pour atteindre les pêches de fond, vers l'Irlande ou l'Espagne, et reviennent en draguant au chalut (PIERRE HAMP, Marée fraîche,  1908 page 14 ). Nous gagnâmes un chenal d'eau libre le long de terre où nous draguâmes, sondâmes et recueillîmes des températures et échantillons d'eau de mer (JEAN-BAPTISTE CHARCOT, La Mer de Groënland,  1929, page 61 ). 

2. MARINE. (Faire) racler en traînant un engin (câble ou grappin) adapté à l'enlèvement notamment des mines sous-marines. Droit pour les alliés et les États-Unis, en dehors des eaux territoriales allemandes, de draguer tous les champs de mines et de détruire les obstructions placées par l'Allemagne, dont l'emplacement devra leur être indiqué (MARÉCHAL FERDINAND FOCH, Mémoires pour servir à l'histoire de la guerre de 1914-1918, tome 2, 1929, page 314 ). 

—  Par extension.  [En parlant d'une ancre qui chasse (confer ancre)]  \" Racler le fond sans y mordre \" (Dictionnaire de la langue française (ÉMILE LITTRÉ)). L'ancre drague le fond (DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE ET ANALOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (PAUL ROBERT) ). 

—  Par métaphore.  Ramasser comme le ferait une drague : 

Ø 1. Quand la nuit eut dragué dans ses plis le reste d'or qui traîne sur les champs vers le soir, il y eut une heure fraîche, où les herbes commencèrent à boire la rosée.

RENÉ BAZIN, Le Blé qui lève,  1907, page 202. 

3. Par extension.  TRAVAUX PUBLICS.  

a) Nettoyer le fond d'une rivière, d'un bassin, d'un port au moyen d'une drague. Draguer un port, un estuaire; draguer la vase, les sédiments. Synonyme : curer. Lorsqu'il y aura nécessité de draguer une partie de rivière que l'on sait être un lieu de reproduction pour les truites ou pour toute autre espèce qui fraye dans les cailloux, il faudra ne faire l'opération qu'après les éclosions (Code de la pêche fluviale. 1875, page 134 ). 

—  Par analogie. Il faudrait bâtir la digue que l'ingénieur Prony avait vérifiée possible. Par elle, le flux et le reflux devenus plus actifs, dragueraient chaque jour le port, assainiraient la ville (JULES MICHELET, Sur les chemins de l'Europe,  1874, page 476 ). 

b) Nettoyer un terrain. On commence par draguer toute la partie du terrain affouillable et compressible recouvrant la couche choisie pour y asseoir les fondations (ERNEST DEGRAND, JEAN RÉSAL, Ponts en maçonnerie,  1888, page 183 ). 

B.—  [Correspond à drague2 ] Au figuré et avec une nuance argotique. 

1. [Le complément désigne une personne ou une chose]  Rôder à la recherche de. Draguer au flan. Synonymes : chercher, rechercher. Draguons donc Paris, et ravitaillons-nous, tant bien que mal, du reste (JULES LAFORGUE, Les Complaintes,  1885, page 129 ). 

—  emploi absolu. Les poulets, bien sûr, dragueraient dans Montmartre (...). Mais y se casseraient le tarin à vouloir piger (LANGUE VERTE ET NOIRS DESSEINS  (AUGUSTE LE BRETON), Du Rififi chez les hommes,  1953, page 30 ). Ses potes [d'Antoine, victime de coups de couteau] draguaient à la recherche du coupable (JULES SIMON, Petit Simonin illustré par l'exemple,  1957, page 243 ). 

2. [Le complément désigne une personne]  Entrer en relation pour nouer une aventure galante. Synonymes : racoler, lever. D. (personnage masculin d'un film) « drague » les filles (étrangères) séduites par l'exotisme (Le Monde.  30 septembre 1969, dans le Dictionnaire des mots nouveaux (PIERRE GILBERT), 1971 ). 

—  Absolument.  Déambuler à la recherche d'une aventure galante. Depuis près d'une heure, je draguais dans Montmartre (...). C'était bien du flan ma virée, au fond (JULES SIMON, Touchez pas au grisbi,  1953, page 141) : 

Ø 2. Le calme. Neuf heures. Les quelques amateurs de cinéma venaient de passer. Plus rien, à part une voiture, un jeune qui tourne, passe et repasse et ralentit devant les terrasses, draguant dans le vide.

CLAUDE COURCHAY, La Vie finira bien par commencer, Paris, Gallimard, 1972, page 49. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 15 


 

DRAGUE3, substantif.  

Argot. 

A.—  Substantif féminin.  [Chez les camelots] 

1. Vente de plantes médicinales, d'orviétans, de remèdes plus ou moins charlatanesques (confer Galtier-Boissière, Devaux, Dictionnaire d'argot, 1939, page 34) : 

Ø Le pathos [hérité des vieux marchands d'orviétan] est resté, encore que certains « ouvriers de la drague » soient garçons intelligents et de belle culture.

ALEXANDRE BREFFORT. dans L'Œuvre,  28 janvier 1937, page 2, colonne 1. 

2. Par extension. 

a) \" Fonds de commerce ou état de saltimbanque; attirail d'escamoteur \" (Dictionnaire de la langue française (ALFRED DELVAU) 1866). 

b) Le métier de banquiste lui-même. Monter une drague. S'établir charlatan. Il avait pris des associés et monté une drague (JULES VALLÈS DANS LUCIEN RIGAUD, Dictionnaire du jargon parisien,  1878, page 125 ). 

B.—  Substantif masculin. 

1. Par métonymie.  [Chez les camelots]  Celui qui vend de la drague, des plantes médicinales. Synonyme : dragueur. Les « dragues » sont les descendants stylisés de l'ancien marchand d'orviétan (ALEXANDRE BREFFORT DANS LUCIEN RIGAUD, Dictionnaire du jargon parisien,  1878, page 125 ). 

2. Par extension.  Médecin : J'ai poissé la fauf d'un drague (j'ai volé la tabatière d'un médecin) (Dictionnaire complet de l'argot employé dans \"Les Mystères de Paris \"  1844, page 41 ). 

 

 

 

Forme dérivée du verbe \"draguer\"

 draguer

DRAGUER, verbe transitif.  

A.—  [Correspond à drague1; le sujet désigne un engin et dans l'emploi factitif la personne qui le manipule] (Faire) racler un sol ou un fond pour un usage déterminé. 

1. PÊCHE. (Faire) traîner une drague, un chalut sur le fond, pour pêcher notamment des poissons plats et des coquillages. Draguer des huîtres. Sa coque sombre invisible dans la nuit noire, passait en pleine mer, draguant dans l'eau froide son lourd chalut où mouraient les soles des dîners de demain (PIERRE HAMP, Marée fraîche,  1908, page 75 ). Les concrétions phosphatées, draguées en grand nombre sur l'Agulhas Bank, au sud du cap de Bonne-Espérance, et de formation certainement bien antérieure à l'époque actuelle (LUCIEN CAYEUX, Causes anciennes et causes actuelles en géologie,  1941, page 31 ). 

—  emploi absolu. Draguer (les fonds). Les vapeurs naviguent souvent trente heures pour atteindre les pêches de fond, vers l'Irlande ou l'Espagne, et reviennent en draguant au chalut (PIERRE HAMP, Marée fraîche,  1908 page 14 ). Nous gagnâmes un chenal d'eau libre le long de terre où nous draguâmes, sondâmes et recueillîmes des températures et échantillons d'eau de mer (JEAN-BAPTISTE CHARCOT, La Mer de Groënland,  1929, page 61 ). 

2. MARINE. (Faire) racler en traînant un engin (câble ou grappin) adapté à l'enlèvement notamment des mines sous-marines. Droit pour les alliés et les États-Unis, en dehors des eaux territoriales allemandes, de draguer tous les champs de mines et de détruire les obstructions placées par l'Allemagne, dont l'emplacement devra leur être indiqué (MARÉCHAL FERDINAND FOCH, Mémoires pour servir à l'histoire de la guerre de 1914-1918, tome 2, 1929, page 314 ). 

—  Par extension.  [En parlant d'une ancre qui chasse (confer ancre)]  \" Racler le fond sans y mordre \" (Dictionnaire de la langue française (ÉMILE LITTRÉ)). L'ancre drague le fond (DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE ET ANALOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (PAUL ROBERT) ). 

—  Par métaphore.  Ramasser comme le ferait une drague : 

Ø 1. Quand la nuit eut dragué dans ses plis le reste d'or qui traîne sur les champs vers le soir, il y eut une heure fraîche, où les herbes commencèrent à boire la rosée.

RENÉ BAZIN, Le Blé qui lève,  1907, page 202. 

3. Par extension.  TRAVAUX PUBLICS.  

a) Nettoyer le fond d'une rivière, d'un bassin, d'un port au moyen d'une drague. Draguer un port, un estuaire; draguer la vase, les sédiments. Synonyme : curer. Lorsqu'il y aura nécessité de draguer une partie de rivière que l'on sait être un lieu de reproduction pour les truites ou pour toute autre espèce qui fraye dans les cailloux, il faudra ne faire l'opération qu'après les éclosions (Code de la pêche fluviale. 1875, page 134 ). 

—  Par analogie. Il faudrait bâtir la digue que l'ingénieur Prony avait vérifiée possible. Par elle, le flux et le reflux devenus plus actifs, dragueraient chaque jour le port, assainiraient la ville (JULES MICHELET, Sur les chemins de l'Europe,  1874, page 476 ). 

b) Nettoyer un terrain. On commence par draguer toute la partie du terrain affouillable et compressible recouvrant la couche choisie pour y asseoir les fondations (ERNEST DEGRAND, JEAN RÉSAL, Ponts en maçonnerie,  1888, page 183 ). 

B.—  [Correspond à drague2 ] Au figuré et avec une nuance argotique. 

1. [Le complément désigne une personne ou une chose]  Rôder à la recherche de. Draguer au flan. Synonymes : chercher, rechercher. Draguons donc Paris, et ravitaillons-nous, tant bien que mal, du reste (JULES LAFORGUE, Les Complaintes,  1885, page 129 ). 

—  emploi absolu. Les poulets, bien sûr, dragueraient dans Montmartre (...). Mais y se casseraient le tarin à vouloir piger (LANGUE VERTE ET NOIRS DESSEINS  (AUGUSTE LE BRETON), Du Rififi chez les hommes,  1953, page 30 ). Ses potes [d'Antoine, victime de coups de couteau] draguaient à la recherche du coupable (JULES SIMON, Petit Simonin illustré par l'exemple,  1957, page 243 ). 

2. [Le complément désigne une personne]  Entrer en relation pour nouer une aventure galante. Synonymes : racoler, lever. D. (personnage masculin d'un film) « drague » les filles (étrangères) séduites par l'exotisme (Le Monde.  30 septembre 1969, dans le Dictionnaire des mots nouveaux (PIERRE GILBERT), 1971 ). 

—  Absolument.  Déambuler à la recherche d'une aventure galante. Depuis près d'une heure, je draguais dans Montmartre (...). C'était bien du flan ma virée, au fond (JULES SIMON, Touchez pas au grisbi,  1953, page 141) : 

Ø 2. Le calme. Neuf heures. Les quelques amateurs de cinéma venaient de passer. Plus rien, à part une voiture, un jeune qui tourne, passe et repasse et ralentit devant les terrasses, draguant dans le vide.

CLAUDE COURCHAY, La Vie finira bien par commencer, Paris, Gallimard, 1972, page 49. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 15 


Liens utiles