Databac

DIVORCE, substantif masculin.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : DIVORCE, substantif masculin. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

DIVORCE, substantif masculin.  

A.—  DROIT.  Dissolution légale du mariage civil prononcée par un tribunal du vivant des époux, à la demande d'un ou des deux conjoints selon des formes déterminées par la loi. Demander le divorce. La question du divorce et de l'indissolubilité du lien conjugal (LOUIS-GABRIEL A. DE BONALD, Législation primitive considérée dans les derniers temps par les seules ténèbres de la raison, tome 1, 1802, page 129 ). Nous obtiendrons le divorce aux torts réciproques (GEORGES DUHAMEL, La Passion de Joseph Pasquier,  1945, page 228) : 

Ø 1. Il s'arrangera donc, n'importe comment, pour que le divorce, quand divorce il y aura, soit prononcé contre sa femme. Et il y aura divorce, car sir Archibald est puissant, et plus retors, qu'on ne le croirait, à voir sa carrure. Maria, certes, pourrait se défendre; mais à condition d'attaquer : il faudrait qu'elle espionnât un peu chez elle, vît ce qui s'y passe, le fît constater, et demandât le divorce elle-même.

CLAUDE FARRÈRE, L'Homme qui assassina,  1907, page 179. 

—  Par extension : 

Ø 2. Le lendemain soir, les époux firent deux lits, d'un accord tacite. À partir de ce moment, il y eut divorce entre eux. 

ÉMILE ZOLA, Madeleine Férat,  1868, page 249. 

SYNTAXE : Divorce par consentement mutuel, pour cause déterminée; affaire de, cas de, instance de, loi du, procès de/en divorce; admettre le, consentir au divorce; intenter une action en divorce. 

—  Régionalisme (Canada).  Tapage, chahut (confer Dionne 1974). 

B.—  Au figuré.  Rupture de l'union entre deux ou plusieurs personnes, groupes ou entités abstraites. Synonymes : antinomie, dissenssion, hiatus. Divorce déplorable que l'on tâche de produire entre les hommes, entre les classes (JULES MICHELET, Le Peuple,  1846, page 39 ). Le divorce entre le roman et le gothique (JULIEN GREEN, Journal,  1938, page 137 ). Ce divorce entre l'homme et sa vie, l'acteur et son décor, c'est proprement le sentiment de l'absurdité (ALBERT CAMUS, Le Mythe de Sisyphe,  1942, page 18 ). 

—  Faire divorce (vieilli). Rompre une union, un attachement. L'époque où la philosophie et les sciences exactes allaient tendre à faire divorce (AUGUSTIN COURNOT, Essai sur les fondements de nos connaissances et sur les caractères de la critique philosophique,  1851, page 125 ). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 631. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 1 011, b) 563; XXe.  siècle : a) 954, b) 944. 

 

Forme dérivée du verbe \"divorcer\"

 divorcer

DIVORCER, verbe intransitif.  

A.—  [Le sujet désigne un époux]  Rompre légalement son mariage. Divorcer avec, d'avec. Divorcer avec Hortense (EMMANUEL DIEUDONNÉ, COMTE DE LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, tome 2, 1823, page 123) : 

Ø 1. Un de mes amis avait dû divorcer d'avec une Espagnole, à cause de l'irritation nerveuse que lui causait, répété sur le rythme de vingt fois à la minute, le petit froissement de son éventail qu'elle refermait d'un coup sec...

HENRI DE MONTHERLANT, La Petite Infante de Castille,  1929, page 617. 

—  Divorcer de quelqu'un (surtout au participe passé) Deux soeurs (...) divorcées déjà de deux imbéciles (ALEXANDRE ARNOUX, Paris-sur-Seine,  1939, page 41 ). 

—  emploi absolu. Une ancienne amie, qui avait divorcé après un mariage malheureux (SIMONE DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, page 510 ). 

—  Emploi pronominal avec valeur de verbe subjectif, vieux. Peut-on se divorcer en Suède (GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, Lettres inédites à Louis de Narbonne, 1792, page 53 ). 

B.—  Par métaphore ou au figuré.  Rompre dans une situation grave et apparemment sans issue avec quelqu'un ou quelque chose en y renonçant. Divorcer avec, d'avec, de. Divorcer avec toutes choses (AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Histoire de ma vie, tome 3, 1855, page 291 ). Genty qui avait divorcé de tout travail sérieux (FERDINAND FABRE, Mademoiselle de Malavieille,  1865, page 57) : 

Ø 2.... il y avait en moi une lassitude de moi-même qui suis incorrigible, qui cours vers toutes les contrariétés, j'aurais voulu divorcer d'avec moi-même, vivre une nouvelle vie sous un nouveau nom.

MAURICE BARRÈS, Mes cahiers, tome 4, 1905-06, page 153. 

—  emploi absolu. La Norvège et la Suède ont divorcé (CHARLES MAURRAS, Kiel et Tanger,  1914, page 203 ). La diplomatie et la conscience ont divorcé depuis longtemps (JEAN-RICHARD BLOCH, Destin du siècle,  1931, page 81 ). 

Remarque : 1. On rencontre dans la documentation divorcer en emploi transitif factitif, rare.  Prononcer le divorce. Je suis séparée de mon mari et la loi civile nous divorcera (JOSEPH MALÈGUE, Augustin, tome 2, 1933, page 490). 2. Le verbe divorcer se conjugue avec l'auxiliaire avoir pour marquer l'action, avec l'auxiliaire être pour marquer l'état qui en résulte (confer divorcé, adjectif). Confer LE BON USAGE  (MAURICE GREVISSE) 1969, § 658. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 142. 


Liens utiles