Databac

DÉRAILLER, verbe intransitif.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : DÉRAILLER, verbe intransitif. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

DÉRAILLER, verbe intransitif.  

A.—  CHEMIN DE FER.  Sortir des rails. Trois (...) trains militaires ont déraillé hier, les rails ayant été enlevés (ANDRÉ MALRAUX, La Condition humaine,  1933, page 194) : 

Ø 1. La berline d'Étienne venait de dérailler, au passage le plus difficile. Il n'arrivait point à rouler droit, sur ces rails qui se faussaient dans la terre humide...

ÉMILE ZOLA, Germinal,  1885, page 1167. 

—  Par analogie.  Faire passer la chaîne d'une bicyclette d'un pignon sur un autre à l'aide du dérailleur. On « déraille » pour « mettre le grand » sur la « polymultipliée » (Comment parlent les sportifs, dans Vie et Langage 1952-1954 dans Vie et langage.  1952-54, page 137 ). 

·    Familier.  [Le sujet désigne un mécanisme, une machine]  Fonctionner mal. La pendule déraille (DICTIONNAIRE DU FRANÇAIS CONTEMPORAIN  (JEAN DUBOIS)  1967, Lexis 1975 ). 

B.—  Par métaphore ou au figuré.  Dévier; s'écarter de son but; s'engager dans l'erreur. Ce garçon-là a déraillé... Il s'est bien mal conduit avec nous, et pourtant je vous assure qu'il valait mieux que ça (PAUL BOURGET, Physiologie de l'amour moderne,  1890, page 163 ). Il avait essayé de boire. Son geste déraillait, cherchait la carafe ailleurs que sur la chaise (JEAN COCTEAU, Les Enfants terribles,  1929, page 180 ). Mais revenons aux faits; ne déraillons pas; procédons avec méthode et par ordre (ALEXANDRE ARNOUX, Les Crimes innocents.  1952, page 228 ). 

—  En particulier.  MUSIQUE.  S'écarter de la ligne mélodique. Ils ne jouaient ni très juste ni très en mesure; mais ils ne déraillaient jamais (ROMAIN ROLLAND, Jean-Christophe, L'Aube, 1904, page 61 ). 

·    Par analogie : 

Ø 2.... il [M. de Guermantes] m'entraîna vers maman en me disant : « Voulez-vous me faire le grand honneur de me présenter à Madame votre mère? » en déraillant un peu sur le mot mère.

MARCEL PROUST, Le Côté de Guermantes 2,  1921, page 338. 

—  Par extension.  [Le sujet désigne une personne]  S'écarter du bon sens, du sens commun, déraisonner, divaguer. Papa m'inquiète un peu. Il maigrit. Il déraille. Il griffonne toute la journée (GEORGES DUHAMEL, Suzanne et les jeunes hommes,  1941, page 205 ). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 5 

DÉRIVÉS : 1.  Déraillard,  substantif masculin.  populaire péjoratif.  Petit train qui donne l'impression d'être exposé à des déraillements. L'humble déraillard d'Alexandre à Port-Saïd, qui s'en va à l'allure d'une vieille bête fatiguée (JEAN THARAUD, JÉRÔME THARAUD, Le Passant d'Éthiopie,  1936, page 54 ). 2.  Dérailleur,  substantif masculin. a)  CHEMIN DE FER.  Dispositif permettant de faire sortir un véhicule des rails (confer René Champly, Nouvelle encyclopédie pratique, tome 4, 1927, page 210). Attesté dans Nouveau Larousse illustré-Larousse de la Langue française en six volumes et DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE QUILLET 1965. b)  [Par analogie de fonction]  CYCLISME.  Dispositif permettant de faire passer la chaîne d'une bicyclette d'un pignon sur un autre. Ainsi cette magnifique bécane, munie d'un dérailleur (...) comment se défendre de l'acquérir? (ALEXANDRE ARNOUX, Pour solde de tout compte,  1958, page 199 ). 

Liens utiles