Databac

DÉPORTÉ, -ÉE, participe passé, adjectif et substantif.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : DÉPORTÉ, -ÉE, participe passé, adjectif et substantif. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

DÉPORTÉ, -ÉE, participe passé, adjectif et substantif.  

I.—  Participe passé de déporter* 

II.—  Adjectif et substantif masculin et féminin.   [Correspond à déporter I] 

A.—  [Celui, celle] qui a été condamné(e) à la peine de la déportation. Un déporté qui a rompu son ban (Dictionnaire de l'Académie Française. ); la plupart des déportés moururent (Dictionnaire de l'Académie Française. ). Le 28 fructidor 1797, je reçus ordre d'appareiller pour Cayenne. Je devais y conduire soixante soldats et un déporté (ALFRED DE VIGNY, Servitude et grandeur militaires,  1835, page 36 ). 

B.—   Moderne.  Qui est ou a été interné(e) dans un camp de concentration. Déportés politiques, raciaux; camp de déportés; médaille des Déportés et Internés politiques. Lise L..., déportée d'Auschwitz (JULIEN GREEN, Journal,  1945, page 276 ). Sept millions de Juifs assassinés, sept millions d'Européens déportés ou tués (ALBERT CAMUS, L'Homme révolté,  1951, page 231 ) : 

Ø 1. Dès que les prisonniers et les déportés seront sortis de leur enfer, la France sera appelée à ratifier le suffrage des millions de morts et de vivants qui ont tout donné pour que ce jour entre les jours se lève enfin.

FRANÇOIS MAURIAC, Le Bâillon dénoué,  1945, page 391. 

Remarque : Les emplois substantivaux figurent en général sous le participe passé, mais en vedette autonome dans Grand Larousse encyclopédique en dix volumes-Grand Larousse de la Langue française en six volumes, DICTIONNAIRE DU FRANÇAIS CONTEMPORAIN  (JEAN DUBOIS), DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE QUILLET 1965. 

III.—  Adjectif.   [Correspond à déporter II]   TECHNOLOGIE.     Écarté par rapport à un axe. Bielles déportées : 

Ø 2.... la jeep (...) possède des bielles dites déportées, l'axe du pied ne correspondant pas à l'axe de la tête de bielle, (...) ce déport (...) est de quatre millimètres.

CHARLES CHAPELAIN, Cours moderne de technique automobile,  1956, page 47. 

Remarque : 1. Attesté dans DICTIONNAIRE ALPHABÉTIQUE ET ANALOGIQUE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (PAUL ROBERT ) 2. On rencontre dans la documentation déport, substantif masculin  Léger écart dans l'ajustement de pièces par rapport à un axe pour obtenir une meilleure résistance (supra exemple 2; confer aussi écuanteur). Sens absent des dictionnaires généraux et techniques. 

 Fréquence absolue littéraire : 149. 

 

Forme dérivée du verbe \"déporter\"

 déporter

DÉPORTER, verbe transitif.  

I.—  [Avec l'idée dominante d'éloignement] .

A.—  Condamner une personne à la peine de la déportation, l'exiler dans un lieu déterminé hors du territoire national. On les déporta dans une île; ils furent tous déportés à la Guyane (Dictionnaire de l'Académie française.  1835-1932). Les lettres de cachet permettaient au pouvoir royal, (...) d'exiler, de bannir, de déporter, d'enfermer pour sa vie entière, sans jugement, un homme quel qu'il fût (GERMAINE NECKER, BARONNE DE STAËL, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, tome 1, 1817, page 222) : 

Ø 1. Les royalistes, qui depuis le 9 thermidor avaient fait déporter tant de montagnards et de patriotes, ont jeté plus tard de grands cris et poussé des gémissements sans fin sur les souffrances de leurs gens à Sinnamarie, sur la famine, la grande chaleur et les maladies qu'ils avaient supportées à Cayenne.

ÉMILE ERCKMANN ET ALEXANDRE CHATRIAN, DITS ERCKMANN-CHATRIAN, Histoire d'un paysan, tome 2, 1870, page 442. 

—  Par extension, vieilli.  Transporter une personne, une chose, hors de son pays, de son milieu d'origine. Lord Elgin, en déportant au British Museum les frises du Parthénon (LÉON DAUDET, Études et milieux littéraires,  1927, page 27 ). 

B.—  Moderne.  Interner dans un camp de concentration. Être déporté dans un camp de concentration, au camp de X. L'ennemi (...) jetait en prison des milliers de patriotes pour les déporter ensuite (CHARLES DE GAULLE, Mémoires de guerre,  1954, page 227 ). 

II.—  [Avec l'idée dominante d'écart latéral] 

A.—  [Le sujet désigne le vent, le courant, etc.]  Écarter un véhicule, un corps en mouvement de sa route, de sa ligne de marche, de sa trajectoire. Le courant déporte le nageur; avion déporté par le vent; être déporté [en voiture] dans les virages; voiture [dont la direction est instable] déportant à droite ou à gauche. Synonyme : dévier. Une mouette silencieuse, déportée par le vent, décrivait des lacets et des pentes (HENRI QUEFFÉLEC, Un Recteur de l'île de Sein,  1944, page 28) : 

Ø 2.... déporté malgré lui de son siège, il [Jacques] perd l'équilibre. Sa courroie lui laboure les côtes. Que se passe-t-il donc? L'avion a perdu sa position horizontale, et pique du nez.

ROGER MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, page 731. 

—  Emploi pronominal à sens passif.  [Le sujet désigne un véhicule, un corps en mouvement]  S'écarter de sa route. La voiture se déporte sur le bas-côté. Cerf-volant il [Apollinaire] devenait. Léger, luttant, secouant ce fil, se creusant, se déportant de droite et de gauche (JEAN COCTEAU, La Difficulté d'être,  1947, page 160 ). 

B.—  Au figuré, rare. Avec les « camarades », il [Gide] se laisse souvent déporter au delà des limites qu'il s'était tracées (ROGER MARTIN DU GARD, Notes sur André Gide,  1951, page 1404 ). 

III.—  Emploi pronominal.  [Avec l'idée de désistement] 

A.—  Vieux.  Se désister, se départir. Se déporter de ses prétentions; il s'est déporté de la poursuite de ce procès, de cette affaire (Dictionnaire de l'Académie française.  1798-1878) : 

Ø 3. Pendant cette conversation, le duc de Berri vint à la porte et dit au duc Jean : « Mon neveu, déportez-vous d'entrer au conseil, on ne vous y verrait pas avec plaisir. »

PROSPER DE BARANTE, Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, tome 2, 1821-24, page 426. 

B.—  DROIT.  vieilli.  [Le sujet désigne un juge, un arbitre]  Se récuser. Le juge peut demander à s'abstenir (ou à se déporter), en dehors des cas de récusation déterminés par la loi, pour un simple scrupule de conscience (Nouveau répertoire de droit, Paris, Dalloz, tome 4, 1965, page 49 ). 

Remarque : Les sens anciens de se déporter, « se conduire; se réjouir », mentionnés encore par quelques dictionnaires du XIXe.  siècle se retrouvent dans le substantif correspondant déportement. 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 5 

DÉRIVÉS : Déport3,  substantif masculin.   PROCÉDURE CIVILE.  Acte par lequel un juge se déporte, se récuse de lui-même. Synonyme partiel : récusation. Déport d'un juge, d'un arbitre (Dictionnaire de l'Académie française.  1835, 1878).  Payer sans déport (vieux). Payer sans retard. Il fut condamné à payer l'amende sans déport (Dictionnaire de l'Académie française.  1798-1878). Attesté en outre dans Grand dictionnaire universel du XIXe. siècle (Pierre Larousse), Grand Larousse encyclopédique en dix volumes, DICTIONNAIRE DE LA LANGUE FRANÇAISE  (ÉMILE LITTRÉ), Dictionnaire général de la langue française (Adolphe Hatzfeld, Arsène Darmesteter). 


Liens utiles