Databac

DÉPLIER, verbe transitif.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : DÉPLIER, verbe transitif. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

DÉPLIER, verbe transitif.  

A.—  1. Défaire, étendre, ouvrir ce qui est plié. Déplier une carte, un journal, un mouchoir, un lit, un paravent, une table. La jeune élégante qui (...) fait déplier cent pièces, cause deux heures, et part sans acheter (JULES MICHELET, Le Peuple, 1846, page 131 ). Laure continuait de jouer avec son éventail; elle en dépliait, en repliait les feuilles (JULES SANDEAU, Sacs et parchemins, 1851, page 29 ). Papa déplie sa serviette, pliée en quatre au beau milieu de l'assiette (HERVÉ BAZIN, Vipère au poing,  1948, page 270) : 

Ø 1.... elle se levait tous les jours à quatre heures le matin, et toute la journée dépliait ses toilettes de jadis, ses lettres de Musset, les relisait...

MAURICE BARRÈS, Mes cahiers, tome 10, 1914, page 298. 

—  Emploi pronominal. 

a) Réfléchi.  S'étendre, s'ouvrir. Les feuilles se dépliaient, comme de petites mains ridées, au bout des branches noires (ROMAIN ROLLAND, Jean-Christophe, La Révolte, 1907, page 582 ). 

b) Passif. C'est un divan; il paraît qu'il se déplie en forme de lit (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, Claudine,  1900, page 116 ). 

—  Déplier ses membres, ses jambes. Volat se mit lentement debout : on eût dit, à le voir, qu'il dépliait son grand corps pièce à pièce (MAURICE GENEVOIX, Raboliot,  1925, page 207 ). Marie se leva ou plutôt déplia ses membres secs, soigneusement, comme le menuisier déplie son mètre de bois aux articulations fragiles (HERVÉ BAZIN, Le Bureau des mariages,  1951, page 157 ). 

·    Emploi pronominal réfléchi.  Se lever. Gilberte se déplia d'un bond (GABRIELLE COLLETTE, DITE COLETTE, Gigi,  1944, page 10 ). Le soldat a dû comprendre qu'on parlait de lui : il se déplie lentement et s'en va sur ses longues pattes de faucheux (JEAN-PAUL SARTRE, La Mort dans l'âme,  1949, page 266 ). 

2. Par extension.  Déballer. 

a) Défaire le papier qui enveloppe quelque chose. Déplier des sandwiches (Confer aéroplace, exemple 2). Elle déplia le paquet qu'elle tenait serré contre sa poitrine et en tira le vieux registre de Mlle.  Lénette (ANDRÉ THEURIET, La Maison des deux barbeaux,  1879, page 142 ). 

b) Étaler, exposer. Un tailleur évoque la chasse à tir rien qu'en dépliant sur un lainage couleur bois de rose, un brin de bruyère et une canne de battue (PAUL MORAND, Londres, 1933, page 180 ). 

·    emploi absolu  \" Étaler de la marchandise \" (Dictionnaire de l'Académie Française). \" La pluie qui survint dès le matin, empêcha les marchands de déplier sur la place \" (Dictionnaire de l'Académie Française). 

B.—  Au figuré. 

1. [En parlant d'une chose]  Exposer longuement, expliquer. Je veux que nous soyons l'un pour l'autre des confidents (...) Je veux déplier toute son âme pli à pli (OCTAVE FEUILLET, Scènes et proverbes,  1851, page 91 ). Mathias Duval possédait au plus haut point ce don d'exposer, de déplier délicatement une difficulté intellectuelle (LÉON DAUDET, Devant la douleur,  1931, page 194 ). Et ces gens parlent, pensent tout haut, déplient leur vie devant vous plus vite et mieux en troisième que dans les autres classes (PAUL MORAND, Chroniques de l'homme maigre,  1941, page 36) : 

Ø 2. Prendre un texte de l'Écriture et nous l'interpréter moralement selon nos besoins actuels, le déplier et l'étendre dans tous les sens en nous le traduisant dans un langage qui soit nôtre (...) c'est là en quoi Massillon excelle.

CHARLES-AUGUSTIN SAINTE-BEUVE, Causeries du lundi, tome 9, 1851-62, page 8. 

2. [En parlant d'une personne]  En emploi pronominal réfléchi.  Manifester librement ses facultés, ses sentiments; s'épanouir. Antonyme : se replier sur soi-même. Malgré ma froideur, cette âme enhardie s'est dépliée : j'ai vu ce visage changer d'expression et se rajeunir (HONORÉ DE BALZAC, Mémoires de deux jeunes mariées, 1842, page 218 ). Gâli sentait son coeur se déplier : il avait, face à lui, l'Océan Pacifique (PAUL MORAND, Bouddha vivant,  1927, page 178) : 

Ø 3. Jacques avait évidemment le don (...) de créer, par un mot, un sourire, par l'intérêt qu'il témoignait aux êtres, une température favorable à l'éclosion de la confiance, de la sympathie. (...) auprès de lui, les natures les plus rétives, les plus fermées, finissaient par échapper à leur sortilège, par se déplier, par s'épanouir. 

ROGER MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, page 399. 

Remarque : 1. On rencontre chez Huysmans, déplier + complément désignant une personne « qui semble signifier : permettre à quelqu'un de s'exprimer sans contrainte, de sortir de lui-même ». Durtal s'abandonna dans cette chapelle où chacun mettait un peu du sien pour l'adjuver et, songeant à la confession qu'il allait faire, il supplia le seigneur de le soutenir, il l'implora pour que le moine voulût bien le déplier (JORIS-KARL HUYSMANS, En route, tome 2, 1895, page 82). 2. On rencontre dans la documentation α ) Dépli, substantif masculin  État de ce qui est déplié; pli défait. Quand nous réfléchissons, il se fait matériellement dans nos organes des plis, des déplis, des replis qui vont jusqu'au froncement, si la réflexion est profonde (JOUBERT, Pensées, tome 1, 1824, page 152 ). β ) .) Dépliure, substantif féminin  Extension.  Par métaphore Rien de plus étrange que la manière dont une époque se regarde. Le nez sur elle-même, et sans le recul ni la dépliure des perspectives, elle se croit toujours déshéritée, vide, confuse, néfaste (JEAN COCTEAU, Foyer artistes, 1947, page 126). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 340. Fréquence relative littéraire : XIXe.  siècle : a) 284, b) 508; XXe.  siècle : a) 551, b) 599. 

DÉRIVÉS : 1.  Dépliable,  adjectif.  Qui peut être déplié. Nos raisonnements sur les systèmes isolés ont beau impliquer que l'histoire passée, présente et future de chacun d'eux serait dépliable tout d'un coup, en éventail (HENRI BERGSON, L'Évolution créatrice,  1907, page 9 ). Remplacer le papier en rouleaux des cabinets par du papier en folios dépliables (LOUIS-FERDINAND DESTOUCHES, DIT CÉLINE, Voyage au bout de la nuit,  1932, page 530 ). 2.  Dépliage, dépliement,  substantif masculin.  Action de déplier. Un domestique lui remit le Times non coupé, dont Phileas Fogg opéra le laborieux dépliage avec une sûreté de main qui dénotait une grande habitude (JULES VERNE, Le Tour du monde en quatre-vingts jours,  1873, page 10 ). Voici le dépliement de la grande aile poétique! (PAUL CLAUDEL, Cinq grandes odes,  1910, page 265 ).  Par métaphore. On n'entendait que (...) le dépliement égal des vagues sur la côte à peine déclive (ALEXANDRE ARNOUX. Abisag, , ou l'Église transportée par la foi.  1919, page 9 ). 

Liens utiles