Databac

DÉPERDITION, substantif féminin.

Publié le 06/12/2021

Extrait du document

Ci-dessous un extrait traitant le sujet : DÉPERDITION, substantif féminin. . Ce document contient 0 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous un de vos documents grâce à notre système d’échange gratuit de ressources numériques ou achetez-le pour la modique somme d’un euro symbolique. Cette aide totalement rédigée en format pdf sera utile aux lycéens ou étudiants ayant un devoir à réaliser ou une leçon à approfondir en : Dictionnaire

 

DÉPERDITION, substantif féminin.  

A.—  Perte, diminution progressive (de quelque chose). 

1. De matière. Déperdition de sel. Au moment de la transmutation radioactive, il se produit une légère déperdition de masse du noyau (BERTRAND GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, ses aspects politiques et techniques, 1962, page 17 ). 

2. D'énergie. Une substance isolante empêchant la déperdition de chaleur (Larousse mensuel illustré.  1926, page 471 ). 

—  Par analogie. Déperdition des forces (physiques ou morales). Besoin physique de m'étendre, le coeur battant, croyant que j'ai la fièvre. Sentiment de déperdition nerveuse (HENRI DE MONTHERLANT, Le Démon du bien,  1937, page 1339) : 

Ø 1.... il avait obscurément conscience d'une déperdition inouïe de ses forces, d'une dissipation de sa vie. Sitôt sur la pente, la volonté s'abandonna, l'être fléchit tout d'une pièce.

GEORGES BERNANOS, L'Imposture,  1927, page 369. 

—  Par métaphore : 

Ø 2.... ce que vous nommez l'expérience, votre expérience, dit Dieu, moi je le nomme la déperdition, la diminution, le décroissement, la perte de l'espérance...

CHARLES PÉGUY, Le Mystère des Saints Innocents,  1912, page 184. 

B.—  Par extension.  Perte, gaspillage. Quelle déperdition dans le pollen des fleurs! À peine un millionième passe dans la valvule fécondante et vit (ERNEST RENAN, Dialogues philosophiques,  1876, page 71 ). 

Remarque : On rencontre dans la documentation le verbe transitif déperdre.  Perdre peu à peu. Je ne suis qu'un crible tournant qui laisse déperdre tout ce qu'il a reçu (HENRI-FRÉDÉRIC AMIEL, Journal, 1866, page 494).  Emploi pronominal On ne gagne rien à une extrémité de son être sans se déperdre à l'autre (CHARLES-FERDINAND RAMUZ, Aimé Pache, 1911, page 170). 

STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 77. 


Liens utiles